Le Trois –

PUB

Philippe Petitcolin : « Faire de Belfort le champion des centrales SMR »

Rolls Royce a annoncé sa volonté de construire 16 SMR prochainement.

L’association Apsiis, qui regroupe des salariés de General Electric, des syndicalistes et des entrepreneurs locaux se mobilisent depuis un an pour sécuriser et développer les compétences d’ingénieries dans l’énergie du nord Franche-Comté. Il y a plusieurs mois, ils ont placé Belfort sur la carte du déploiement de la technologie des petits réacteurs nucléaires modulaires. Jeudi matin, elle aura l’occasion de reparler de ce dossier aux équipes du président.

L’association Apsiis, qui regroupe des salariés de General Electric, des syndicalistes et des entrepreneurs locaux se mobilisent depuis un an pour sécuriser et développer les compétences d’ingénieries dans l’énergie du nord Franche-Comté. Il y a plusieurs mois, ils ont placé Belfort sur la carte du déploiement de la technologie des petits réacteurs nucléaires modulaires. Jeudi matin, elle aura l’occasion de reparler de ce dossier aux équipes du président.

Les Anglais avec Rolls Royce, les Américains avec NuScale. Plusieurs pays se positionnent sur la technologie des small modular reactor (SMR), les petits réacteurs nucléaires modulaires. La Russie est aussi sur les rangs. Le Canada ambitionne d’installer un de ces équipements dès 2026, à Chalk river, comme le note la Revue générale nucléaire, éditée par la société française de l’énergie nucléaire. En France, le dossier a été replacé sur le devant de la scène à l’été 2021, notamment par l’association de préfiguration de sociétés d’intégration et ingenierie systèmes (Apsiis). Composée de salariés de General Electric, de syndicalistes, d’entrepreneurs locaux, d’experts économiques, de sous-traitants, elle vise «  à sécuriser et développer des compétences d’ingénierie autour de l’énergie dans le nord Franche-Comté », rappelle Philippe Petitcolin, le président de cette association.

L’association a flairé rapidement les opportunités de cette technologie et l’intérêt de placer Belfort sur la carte de son déploiement. L’été dernier (lire notre article), elle a écrit une lettre ouverte rappelant les enjeux ; et le 12 octobre, lors de son discours France 2030, Emmanuel Macron a évoqué un intérêt certain pour déployer ces SMR (lire notre article). Ce jeudi matin, l’association rencontre sur ce dossier le conseiller énergie du président de la République, Stanislas Rezine. « La France, grâce à Belfort, peut être championne des centrales SMR », insiste Philippe Petitcolin. Depuis un an, un groupe de travail de l’association travaille les opportunités de cette technologie et de ses marchés. « Il y a des perspectives d’avenir », souligne celui qui est aussi secrétaire du comité social et économique (CSE) de l’entité turbines à gaz de General Electric, syndiqué à la CFE-CGC.

« Nous avions identifié le décommissionnement des centrales à charbon », relève notamment Philippe Petitcolin. Et le gaz est aussi dans le viseur. Il rappelle l’intérêt « modulaire » de cette technologie, dont les composants peuvent être fabriqués en usine, puis transporter par la route, le rail ou un bâteau. Surtout, il remarque que les SMR permettent de construire des centrales électriques très rapidement. En déployant cette technologie, on retoucherait des marchés internationaux. Le SMR, placé sur des gammes de puissance similaires à celles du charbon et du gaz permet de cannibaliser ces deux dernières technologies, et de s’adresser à leurs clients. Le syndicaliste se questionne surtout sur l’avenir du géant américain à Belfort, qui conserve des activités autour des turbines à gaz notamment. Cette ouverture vers le SMR est une option pour garantir l’avenir de compétences clé dans la conception, l’assemblage et la mise en route de centrales électriques.

Philippe Petitcolin rappelle que la France avait accueilli, à la centrale de Bouchain (Nord), un démonstrateur, où tournait la turbine à gaz la plus puissante du monde, la 9HA. Un partenariat EDF – General Electric. « On avait enregistré un record du monde d’efficacité », rappelle Philippe Petitcolin. Ensuite, GE avait vendu massivement ses turbines à gaz 9HA. Apsiis veut donc reproduire cette initiative, en créant un démonstrateur SMR, qui permettra ensuite de vendre la technologie dans le monde entier. Et il vise la centrale de Fessenheim, en cours de démantèlement. À ce sujet, elle a rencontré des représentants de l’exécutif régional Grand Est et et de celui de Bourgogne-Franche-Comté pour envisager ce « premier démonstrateur ».

« EDF, c’est peut-être la première pierre de la construction d’un écosystème », estime Philippe Petitcolin. « De nouveau, on peut envisager des choses, confie-t-il. Nous avons juste perdu 7 ans d’innovation et d’investissement dans l’outil industriel. Et ce sont 7 ans de pertes de compétences. »

Nos derniers articles

Avant la naissance, la pollution de l’air nous touche déjà

Certaines personnes sont plus vulnérables ou plus sensibles que d’autres à la pollution de l’air, du fait de leur capital santé ou de leur âge. Par rapport à la population générale, ces personnes vont présenter plus rapidement ou plus fortement des symptômes suite à une exposition à cette pollution, que ce soit à court terme ou à long terme. L'exposition à la pollution atmosphérique pendant la grossesse a été associée à un large éventail de conséquences néfastes à la naissance et pendant l'enfance. Récemment, une étude française a mis en évidence la vulnérabilité du placenta à la pollution de l'air…

Une proposition de résolution face aux problèmes de santé des pompiers

Florian Chauche, député de la 2nde circonscription du Territoire de Belfort, a déposé une proposition de résolution au gouvernement, pour que soit débattue les questions relatives à la santé physique et mentale des pompiers. Un document signé par 98 députés de l'hémicycle.

Le Fimu lutte contre le harcèlement sexuel avec l’application Safer

Pour sa 37e édition, le festival international de musique universitaire (Fimu) a mis en place un dispositif afin de prévenir les violences sexistes et sexuelles. Les festivaliers peuvent installer l'application Safer ou la trouver sur l’application du Fimu. Le principe est simple : si une personne est victime ou témoin d’une agression, il lui suffit de lancer l’alerte via l’application.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts