Le Trois –

PUB

Neext Engineering s’associe à deux leaders du nucléaire et au CNRS

Sparta est un projet énergétique intégré, à destination des industriels consommant énormément d’énergie. | ©Neext Engineering​
La start-up belfortaine du nucléaire Neext Engineering s’associe à des acteurs de premier plan de la filière : Westinghouse, General Electric Steam et le CNRS. Ces entités s’associent pour développer le projet Sparta, un projet de petite centrale nucléaire destinée à la décarbonation de l’industrie. Ils le soumettent à l’appel à projet France 2030 dédié aux réacteurs nucléaires innovants.

Belfort. « La capitale de l’énergie », aiment à rappeler les acteurs de la filière. Le projet de la start-up Neext engineering ne devrait pas contredire cette idée. Et la cité du Lion ne sera pas en reste pour fournir la force vive de ses équipes, parmi ses spécialistes des questions énergétiques.

Créée à l’automne 2022 (lire notre article), la société veut concevoir de petits réacteurs nucléaires modulaires, souvent appelés SMR, pour small modular reactor. Quelques mois après sa naissance, elle frappe un grand coup, en s’associant avec des acteurs « légitimes de la filière nucléaire », apprécie Jean Maillard, président et co-fondateur de Neext Engineering. Ce sont l’Américain Westinghouse, l’entité nucléaire de General Electric en cours de rachat par EDF (lire notre article) et un laboratoire du CNRS (à découvrir ici).

« Certes, Westinghouse est un acteur américain, convient Jean Maillard, joint par téléphone, conscient des remarques qui peuvent être formulées à Belfort. Mais pour nous, ils ont l’une des technologies les plus crédibles pour adresser la décarbonation de l’industrie. » Westinghouse a participé au programme nucléaire français, via notamment sa licence des Réacteurs à Eau Pressurisée (REP), « qui a permis le déploiement du parc (…) d’aujourd’hui”, replace Xavier Pitoiset, ingénieur en chef au sein de l’organisation Digital & Innovation chez Westinghouse. « Nous avons également participé, avec d’autres industriels français, à la création de la Franco-Américaine de Constructions Atomiques (Framatome) en 1958 », ajoute-t-il.  

Électricité et chaleur

Westinghouse développe actuellement des réacteurs à neutrons rapides refroidi au plomb (lead fast reactor – LFR) de génération IV, autour duquel est pensé le projet Sparta, porté par ces quatre partenaires. Ce consortium développe un projet énergétique intégré, à destination des industriels consommant énormément d’énergie, les entreprises électro-intensives, comme les cimenteries ou encore les aciéries. Cette solution doit permettre de décarboner leur process industriel.

Sparta vise à tirer « partie de la technologie nucléaire de nouvelle génération comme source d’énergie », indique le communiqué de presse annonçant ce projet. En plus de l’électricité, cette technologie permet aussi de produire de la chaleur à haute température pour les procédés industriels, « qui reposent actuellement sur la combustion de combustibles fossiles émetteurs de carbone ». La centrale pourrait donc fournir de l’électricité, mais aussi de la chaleur, permettant ainsi à l’industriel de fabriquer par exemple de l’hydrogène, de l’ammoniac ou des carburants de synthèse. Ce projet est très prometteur « notamment pour l’amélioration du rendement de conversion de l’énergie thermique de source nucléaire », valide Silvia Lasala, maître de conférences au CNRS LRGP et porteuse du projet européen Reacher. Autre avantage, de taille… la compacité de la solution.

Cette génération de réacteurs « [maximise] l’utilisation du combustible nucléaire et [minimise] la production de déchets nucléaires », appuie également le communiqué de presse, qui souligne aussi les avantages du recours du plomb en termes de sûreté. La technologie s’appuiera notamment sur les turbines et alternateurs développés par General Electric, qui adresse plusieurs tailles de réacteurs, dont des SMRs.

Fabriquer autrement

Sparta cherche aussi « à révolutionner », dixit Jean Maillard, la construction des centrales nucléaires, en innovant « dans la façon dont nous concevons, intégrons et exploitons un système énergétique modulaire », ajoute le communiqué. « Les outils numériques innovants de Neext engineering seront développés pour configurer la centrale à la demande, rationaliser la préfabrication, optimiser la livraison et enfin faire fonctionner le système », complète le communiqué. « Nous sommes là pour ouvrir de nouvelles voies », insiste Jean Maillard, ingénieur diplômé des Arts et métiers. « Je ressens de cette équipe le même enthousiasme, le même désir d’innovation et le même potentiel que dans les années 1950 lorsque nos partenaires ont commencé à façonner la souveraineté nucléaire française », confie pour sa part Nicolas Moulin, co-fondateur de Neext Engineering. C’est l’ancien dirigeant de la co-entreprise « nucléaire » GE-Alstom, nommée Geast ; elle était née du rachat de la branche énergie d’Alstom par General Electric.

Fin mars, les partenaires déposeront le dossier France 2030. Ils attendent la réponse au cœur de l’été. Si elle est positive, Neext Engineering recrute dès que possible 25 personnes, installées dans de futurs bureaux à Belfort, dont la région dispose de la main d’œuvre qualifiée. Ils recruteront des ingénieurs intégrateurs, des ingénieurs multi-physique et des développeurs informatiques. Si Sparta est lauréat de l’appel à projet, 10 millions d’euros seront fléchés vers les quatre partenaires ; l’enveloppe globale de cet appel à projet s’élève à 500 millions d’euros. Commencera alors une période de recherches pour développer Sparta, jusqu’en décembre 2025. Dès 2026, la volonté est d’être au minimum 50 personnes pour mettre en place le projet. Et en 2030, un démonstrateur opérant est attendu. Aujourd’hui, la puissance de la centrale est envisagée « entre 100 et 600 MW thermique », indique Jean Maillard. Les premières années du projet serviront justement à déterminer la première gamme de puissance.

Cette technologie n’est pas positionnée pour remplacer d’anciennes centrales à charbon, comme peut le faire le projet de SMR Nuward d’EDF. « Sparta répond à des besoins industriels, de territoires isolés ou de grands équipements, comme les ports ou les aéroports », détaille Jean Maillard. Et le projet attire déjà les curiosités. « Nous sommes entrés en discussion avec les directions de ports, aéroports et avec un pays africain », confirme Jean Maillard, dont la société a ouvert son capital à un fonds citoyen (lire notre article). Le président de conclure : « Sparta contribuera au leadership nucléaire français et européen et à la sécurité énergétique par le développement de technologies nucléaires de nouvelle génération. »

Nos derniers articles

Le Fimu lutte contre le harcèlement sexuel avec l’application Safer

Pour sa 37e édition, le festival international de musique universitaire (Fimu) a mis en place un dispositif afin de prévenir les violences sexistes et sexuelles. Les festivaliers peuvent installer l'application Safer ou la trouver sur l’application du Fimu. Le principe est simple : si une personne est victime ou témoin d’une agression, il lui suffit de lancer l’alerte via l’application.

Vers un renforcement du protocole de sécurité des établissements scolaires dans le Territoire de Belfort

Travaux de sécurisation des entrées des établissements scolaires, renforcement du lien avec les forces de l’ordre, travail pour aider les victimes de violences au sein des écoles… Le Territoire de Belfort signe une convention ce 17 mai en ce sens, qui est en fait un protocole pour les années à venir.

De Belfort à Nevers à la force des bras pour sensibiliser au handicap

Le top départ est donné mardi 21 mai à 12 h. Jérôme Guidet, Mélanie Decrind et Hervé Lenfant, tous les trois en situation de handicap, se lanceront dans une course de 500 km reliant Belfort à Nevers. L’objectif de ce périple en vélo à main, sensibiliser les habitants de la Bourgogne-Franche-Comté au handisport.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts