Le contrat de rachat par EDF de l’activité nucléaire de GE Steam Power est signé

Une turbine à vapeur Arabelle, destinée à la centrale nucléaire d'Hinkley point en Angleterre. C'est la plus puissante du monde. (Archives Le Trois - Photo GE)
La turbine Arabelle née chez le Belfortain Alstom va revenir dans le giron français : l'accord de rachat de la branche énergie de GE par EDF, annoncé en février 2021, vient d'être signé. Lors de sa venue à Belfort en février, Emmanuel Macron avait annoncé le projet de construction de six nouveaux réacteurs EPR équipés de cette technologie.
Une turbine Arabelle dans les locaux de Belfort. | © Archives Le Trois - Photo GE

(AFP)

La turbine Arabelle née chez le Belfortain Alstom va revenir dans le giron français : l'accord de rachat de la branche énergie de GE par EDF, annoncé en février 2021, vient d'être signé. Lors de sa venue à Belfort en février, Emmanuel Macron avait annoncé le projet de construction de six nouveaux réacteurs EPR équipés de cette technologie.

La nouvelle est importante pour l’industrie belfortaine et au-delà : EDF et General Electric ont signé ce vendredi 4 novembre 2022 « un accord définitif pour l’acquisition par EDF des activités de GE Steam Power portant sur l’îlot conventionnel » des futures centrales nucléaires, françaises en particulier, dont les turbines constituent l’élément principal, a annoncé EDF dans un communiqué. « Ces activités comprennent notamment la fourniture des équipements pour les nouvelles centrales nucléaires, dont les turbines Arabelle, ainsi que la maintenance et les mises à niveau des équipements des centrales nucléaires existantes hors Amériques », a indiqué EDF. « Les turbines à vapeur de GE Steam Power peuvent notamment équiper les réacteurs de technologie EPR et EPR2 (European Pressurized Reactor) ainsi que les SMR (Small Modular Reactor) », a souligné EDF, qui rappelle que la conclusion de cet accord survient près de neuf mois après la conclusion d’un « accord d’exclusivité » entre EDF et GE le 10 février 2022.
En marge d’une visite à Belfort, le nouveau préfet de Région, Franck Robine soulignait que le président de la République, lors de sa venue à Belfort en février dernier, avait annoncé la construction de six nouveaux réacteurs EPR en France dans le cadre du nouveau plan énergétique. De quoi remplir le plan de charge du site de Belfort.

La concrétisation de l'achat espérée fin 2023

Cette transaction permettra à EDF « de maîtriser les technologies et les compétences relatives à l’ilot conventionnel des centrales nucléaires, essentielles pour la pérennité du parc nucléaire existant et les futurs projets », selon le groupe. Alors que le besoin d’électricité va croître pour permettre au pays de s’extraire des énergies fossiles, l’exécutif soutient la construction de six réacteurs EPR de nouvelle génération, avec une option pour huit autres, parallèlement à l’essor des énergies renouvelables, solaire et éolien marin d’abord.
La réalisation de l’acquisition est « envisagée au second semestre 2023 », après levée des conditions suspensives habituelles et l’obtention des autorisations réglementaires requises. L’annonce de cet accord survient deux jours après la présentation en conseil des ministres d’un projet de loi visant à accélérer la construction de nouveaux réacteurs nucléaires.

En février, les deux groupes avaient synchronisé l’annonce d’un « accord d’exclusivité » préalable avec la présentation à Belfort par le président Emmanuel Macron de la stratégie énergétique de la France, où sont fabriquées les gigantesques turbines Arabelle. Ces turbines équipent les centrales françaises, utilisant la vapeur d’eau issue des réacteurs nucléaires pour faire tourner les alternateurs qui produisent l’électricité.

Des syndicats inquiets pour l'emploi

La vente en 2015 des activités qui formaient la branche énergie d’Alstom à l’américain General Electric, lorsque Emmanuel Macron était ministre de l’Economie, avait suscité d’intenses polémiques.  L’annonce intervient également alors qu’EDF est en plein processus de renationalisation, une opération à 9,7 milliards d’euros, lancée le 4 octobre par l’État, afin de relancer un vaste programme nucléaire après une année noire pour le groupe. L’énergéticien fait face à une baisse de sa production électrique, à un niveau historiquement bas en raison de l’indisponibilité de près de la moitié des 56 réacteurs du parc nucléaire, à l’arrêt pour des maintenances prévues ou des problèmes de corrosion soupçonnés ou avérés.
Le groupe a revu jeudi soir une nouvelle fois à la baisse son estimation de production nucléaire pour l’année 2022, en raison notamment d’un arrêt plus long que prévu de quatre réacteurs.
Prenant acte de l’accord, les fédérations CGT de l’énergie et de la métallurgie, ont exigé vendredi « la clarification du projet industriel que souhaite porter le groupe EDF avec GE Steam en son sein ». Elles entendant aborder « ces questions stratégiques essentielles dès la prise de fonction du futur PDG, Luc Rémont, au fait de l’historique du dossier, dont la nomination est en cours de finalisation ».
Lors de la vente controversée en 2014 de la branche énergie d’Alstom à GE, celui-ci conseillait Alstom comme banquier à Bank of America Merrill Lynch. Selon Christian Mougenot, délégué CFDT GE Steam Power à Belfort, 300 postes sont menacés en Europe dans le cadre de cette acquisition.

Ceci vous intéressera aussi
Les Fake news : la construction d’une autre réalité [vidéo]

Les Fake news inondent nos réseaux à une échelle jamais vu et avec une rapidité qu’il est très difficile de Lire l’article

40 communes du nord Franche-Comté ont un fort potentiel radon dans leur habitat

Le pôle métropolitain, après une étude de l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, propose aux communes potentiellement soumises à Lire l’article

338 armes récupérées dans le Territoire de Belfort

L’opération d’abandon d’armes à l’État a été fructueuse dans le Territoire de Belfort. Plus de 300 armes et près de Lire l’article

En 1906, à Belfort, la « résurrection » d’un mort fait le tour du monde !

En ce mois de janvier 1906, des médias du monde entier évoquent une affaire extraordinaire survenue au tribunal de Belfort. Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal