Le « comité Maugis » présélectionne 8 nouvelles entreprises

Gaussin industrie a présenté début octobre 2020 de nouveaux véhicules à hydrogène.

Ananké, Avions Mauboussin, Couturier, Energiestro, Gaussin, Lisi, Macphy, Purple Alternative Surface viennent de franchir une première étape pour bénéficier du fonds issus des pénalités de GE. Prochaine étape pour ces entreprises : la réunion du comité de gestion du fonds qui doit se réunir début mars.

Ananké, Avions Mauboussin, Couturier, Energiestro, Gaussin, Lisi, McPhy, Purple Alternative Surface viennent de franchir une première étape pour bénéficier du fonds issus des pénalités de GE. Prochaine étape pour ces entreprises : la réunion du comité de gestion du fonds qui doit se réunir début mars.

GE avait promis de créer 1000 emplois lors du rachat de la branche énergie d’Alstom ; Pour ne pas avoir tenu cet engagement, l’entreprise américaine a dû s’acquitter d’une pénalité de 50 millions d’euros, destinés à financer la réindustrialisation et la diversification, notamment du nord Franche-Comté.

Les huit dossiers présélectionnés par le « comité Maugis » représentent un potentiel de plus de 2500 emplois, qui viendront donc s’ajouter aux 200 créations d’emplois possibles, liées aux projets déjà définitivement sélectionnés pour H2Sys, Faurecia, Isthy et MacPlus. Donc beaucoup plus que les promesses non tenues du géant américain, si les prévisions de créations d’emploi se confirment.

Ces huit dossiers présélectionnés représentent une enveloppe globale de demandes de financement de plus de 25 millions d’euros, qui, là aussi, viendrait s’ajouter aux quelques 13 millions d’euros dont l’attribution a été confirmée hier. Ce sont donc 38 millions d’euros sur un total de 50 millions qui sont en passe d’être consommés si ces dossiers sont définitivement validés .

Les huit entreprises présélectionnées ce jour sont Ananké, Avions Mauboussin, Couturier, Energiestro, Gaussin, Lisi, Macphy, Purple Alternative Surface. Pour ces huit entreprises, la prochaine étape interviendra début mars, où le comité de gestion doit se réunir pour donner un avis définitif sur les dossiers présélectionnés.

Guy Maugis, qui préside le comité de présélection, lors d'un point presse en visio-conférence de jeudi.
Guy Maugis, qui préside le comité de présélection, lors d'un point presse en visio-conférence de jeudi. (copie d'écran)

10 autres projets à examiner

Le comité présidé par M. Maugis a rejeté trois projets ce jour. Les critères qui président à son avis sont liés à la création d’emplois pérennes, la pertinence du projet industriel, sa dimension et son influence prévisible sur l’évolution du tissus industriels. Des projets peuvent ainsi être rejetés si la demande de subvention approche les 50% pour un projet qui a peu de chances d’aboutir, si le comité estime qu’il y a un effet d’aubaine, autrement dit que l’entreprise n’a pas forcément besoin d’une subvention pour lancer son projet, ou si les emplois créés pourraient ne pas être pérenne ou risqueraient d’être délocalisés.

Une dizaine d’autres projets doivent soit être encore examinés par le « comité Maugis », soit ont fait l’objet de demandes de compléments d’information.

À ce jour, le comité n’a pas enregistré de demande pour le projet porté par les salariés d’Hydro.
La prochaine réunion du comité Maugis est prévus pour la mi-mars.

Des dossiers majoritairement orientés vers la transition écologique

Les dossiers présélectionnés par le comité Maugis relèvent très souvent de la transition écologique, à l’instar de ceux qui ont été définitivement sélectionnés (H2Sys, Isthy, Faurecia). Voici un aperçu, (par ordre alphabétique) des huit projets qui seront soumis début mars au comité de gestion du fonds pour décision définitive.

Ananké est une start up belfortaine créé en 2017. Elle détient un brevet déposé en 2015 pour un moteur destiné à récupérer la « chaleur fatale », autrement dit la chaleur non exploitée et perdue dans le process industriel.

Avions Mauboussin est aussi une start up belfortaine, installée au Techn’hom. Elle développe un avion qui décolle et atterrit en 100 mètres., sans bruit, ni émission de CO2, grâce, notamment, à l’hydrogène.

Couturier est une entreprise d’usinage et de mécanique de précision qui propose un projet de système de centrifugation pour le domaine du médical.

Energiestro, entreprise installée à Châteaudun, « développe depuis plusieurs années la technologie du « volant de stockage d’énergie », dans le but de réduire le coût du stockage trop élevé des batteries, et ainsi augmenter la pénétration des énergies renouvelables »(selon le site de l’entreprise). Cette entreprise pourrait installer un site dans le Territoire de Belfort.

Gaussin Manugistique, installé à Héricourt, diffuse des véhicules pour la manutention et la logistique dans le secteur aéroportuaire et les opérateurs du secteur de la logistique. L’entreprise a présenté cet automne une gamme électrique et hydrogène.

Lisi, installé à Grandvillars, emploie environ 12500 salariés à travers le monde. Le projet présenté porte sur son projet de centre de formation pour les cadres à Grandvillars

McPhy est un fabricant et un concepteur d’équipements de production et de distribution d’hydrogène zéro-carbone, dont le siège social est situé dans la Drôme. Son projet est de créer une usine de fabrication d’électrolyseurs à hydrogène verte, qui pourrait voir le jour dans le Territoire de Belfort (d’autres sites sont candidats en France).

Purple Alternative Surface a pour projet de récupérer des déchets plastiques pour transformer en revêtement routier.

Ceci vous intéressera aussi
La SNCF commande 15 TGV supplémentaires à Alstom
Alstom et la SNCF ont dévoilé mercredi 26 mai le nez de la nouvelle motrice du TGV M.

La compagnie ferroviaire française porte sa commande initiale de 100 à 115 exemplaire du TGV de nouvelle génération Avelia. Les Lire l'article

Le prestige de la ration de combat française [vidéo]

24 heures avec le 35e RI. Le Trois a passé 24 heures avec les soldats de la 4e compagnie du 35e Lire l'article

Après 12 ans de travail dans les transports, il monte son entreprise de VTC à Belfort

Après 10 ans à travailler dans le secteur du transport, le belfortain Michael El Mekki a  décidé de créer sa Lire l'article

Les volleyeuses de Belfort à une marche du niveau semi-professionnel 

Dans le gymnase George Thurnerr, à Belfort, les ballons retentissent. L’équipe féminine de Volley-Ball vient de reprendre les entraînements pour Lire l'article

Défilement vers le haut