Le Trois –

Cyril Caritey : « La direction de GE s’entête, c’est irresponsable »

Des ouvriers des ateliers de General Electric de Bourogne et de Belfort ont fait valoir leur droit de retrait, ce mardi matin. Ils dénoncent le danger de travailler dans les ateliers compte tenu de la pandémie du coronavirus Covid-19. Aucune décision n’est prise pour le moment.

Des ouvriers des ateliers de General Electric de Bourogne et de Belfort ont fait valoir leur droit de retrait, ce mardi matin. Ils dénoncent le danger de travailler dans les ateliers compte tenu de la pandémie du coronavirus Covid-19. Aucune décision n’est prise pour le moment. – mis à jour à 20h20.

Cyril Caritey, délégué syndical de la CGT est remonté ! Près de 250 personnes, des ateliers de Bourogne et de Belfort, ont fait valoir leur droit de retrait, ce mardi matin. Ils estiment qu’ils sont en danger de poursuivre le travail. Si le télé-travail existe pour les cadres, ces mesures n’existent pas pour les ouvriers. « On est des bêtes à produire que l’on n’est pas capable de protéger », s’emporte le délégué syndical. Dans les ateliers, la proximité est forte. « Nous pouvons être avec des porteurs sains qui contaminent les autres », insiste Cyril Caritey, qui ne veut pas être « responsable de ça ». Il réclame l’arrêt de la production avec une mise en place du chômage partiel et menace d’aller devant les tribunaux si des cas se déclarent. Une procédure pour danger grave et imminent a déjà été lancée ce mardi matin.

« La seule solution, le confinement »

« La seule solution reste le confinement » martèle le délégué syndical de la CGT. Lui ne compte plus sortir de chez lui. « La direction s’entête. C’est irresponsable. Elle ne mesure pas le danger », tance-t-il. Dans un tract distribué ce matin, la CGT dénonce : « L’entreprise ne prend pas ses responsabilités après mainte et mainte interpellations ni ne prend en compte à sa juste valeur cette période tragique car aucune disposition de masque FFP2 ni de gel hydro-alcoolique ne sont disponibles dans les ateliers, aucune désinfection des postes de travail n’est effectuée. »

Pour l’instant, personne ne travaille pendant 48 heures, confirme Cyril Caritey. Le temps pour la direction d’étudier les possibilités note le délégué syndical. Une réunion est programmée demain matin, par visio-conférence, pour évoquer des pistes. « Cette demande est formulée dans plusieurs établissements », remarque également Cyril Caritey. Qui a donné la consigne aux ouvriers, « de ne plus y aller ».

“L’industrie de l’énergie n’est pas une industrie ordinaire”, répond une source proche de la direction. “On a arrêté toutes les activités de production pour s’assurer que toutes les conditions sanitaires sont réunies”, poursuit ce proche de la direction. Aucun calendrier de reprise n’est avancé selon cette source pour voir comment on s’adapte aux différentes situations. Ces positions sont valables pour les activités Steam (ex Alstom) et turbines à gaz.

Lundi, PSA a arrêté toutes ses usines en Europe. Aujourd’hui, le site d’Alstom Belfort a décidé de faire tourner au ralenti l’usine., sans fermer l’usine. Les ouvriers sont repartis chez eux en début d’après-midi, ce mardi.

Nos derniers articles

La Banque de France propose un nouvel outil d’analyse aux dirigeants

La Banque de France lance un outil à l’adresse des chefs d’entreprises. L’espace dirigeant regroupe toutes les informations Banque de France sur son entreprise : cotation, indicateurs de marché, performances et prise de contact facilitée avec l’institution financière.

Carte scolaire : « La baisse démographique continuera d’avoir des conséquences dans le Territoire de Belfort »

Retrait de postes, démographie, baisse du nombre d’élèves, avec Mariane Tanzi, directrice adadémique des services de l’éducation nationale, le point sur la dynamique de l’année scolaire à venir dans le Territoire de Belfort.

Alstom va vendre une partie de ses activités de signalisation en Amérique du Nord

Le constructeur ferroviaire Alstom va vendre ses activités de signalisation conventionnelle en Amérique du Nord à l'allemand Knorr-Bremse AG pour 630 millions d'euros, une opération qui s'inscrit dans le cadre de son plan de désendettement, a annoncé l'industriel vendredi.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts