Le Trois –

EDF rachète deux fois plus cher la branche nucléaire de General Electric

Alternateurs pour turbine à vapeur Arabelle, destinées à la centrale d'Akkuyu, en Turquie. | ©Le Trois – Thibault Quartier

La partie nucléaire de General Electric vendue à EDF est valorisée à hauteur d’1,2 milliard de dollars. Deux fois le prix de vente de cette entité, en 2014. Une entité dont les contours sont aussi réduits.

La partie nucléaire de General Electric vendue à EDF est valorisée à hauteur d’1,2 milliard de dollars. Deux fois le prix de vente de cette entité, en 2014. Une entité dont les contours sont aussi réduits.

« On l’a vendu pas chère et on la rachète très chère ! » s’étonne un témoin privilégié de la vente de la branche énergie d’Alstom en 2014-2015. Ce qu’il évoque, c’est le prix de vente de la partie nucléaire de ce deal, en cours de rachat à General Electric par EDF (lire notre article). Selon Le Canard Enchaîné, dans son édition du 16 février, EDF rachète « deux fois plus cher que le prix de vente ». Une information que Le Trois est en mesure de confirmer.

Aujourd’hui, « la valorisation du deal », selon une source proche du dossier, est fixée à 1,2 milliard de dollars (1,050 million d’euros). Un montant bien supérieur aux 273 millions d’euros annoncés le 4 février dans Les Échos, quelques jours avant la confirmation de négociations exclusives entre EDF et General Electric et avant l’annonce de la relance de la filière nucléaire en France par Emmanuel Macron, depuis Belfort. « Ce secret protège aussi un tour d’escamontage pas très avouable », tance Le Canard Enchaîné. « EDF fait mine de croire que l’entreprise dispose de près de 800 millions de trésorerie qui viennent en déduction du prix de vente », poursuit l’hebdomadaire satirique. Or, ces 800 millions sont des acomptes versés par les clients. « Le chiffre d’affaires, dans les années à venir, sera donc réduit d’autant », écrit Le Canard Enchaîné. « Démarrer une aventure avec 0 trésorerie, c’est revenir en arrière. », dénonçait à ce sujet, après le discours présidentiel, Saïd Bersy, délégué syndical CGT de l’entité qui fabrique la turbine à vapeur Arabelle. À cela s’ajoute une dette de 65 millions d’euros reprise à GE.

EDF va donc bien débourser 1,2 milliard de dollars pour acquérir cette entité. Les deux industriels ne confirment pas ces éléments financiers. Dans leur communiqué de presse commun, transmis le 10 février au matin, quelques heures avant le discours d’Emmanuel Macron devant une turbine Arabelle symbolisant un retour sous giron français de ce savoir-faire, General Electric et EDF précisaient quand même que  « les conditions financières de la transaction envisagée n’ont pas été précisées ».

588 millions d’euros en 2014

En 2014, Geast était valorisé 588 millions d’euros, selon des documents que Le Trois a pu consulter ; un montant deux fois inférieur à celui d’aujourd’hui. Certes, l’activité semble plus porteuse aujourd’hui qu’il y a 8 ans. Selon une source proche du dossier, à l’époque, l’entité enregistrait 500 millions d’euros de contrats, contre 5,5 milliards d’euros de contrats aujourd’hui.

Selon des documents liés au rachat de 2014 que Le Trois a pu consulter, Geast, qui comprenait Steam power system et Steam power services, comptait 3 979 salariés, dont 1 824 à Belfort. Au 31 décembre 2021, ces deux entités comptabilisaient à Belfort 1 486 salariés, soit une réduction de 18,53 % des effectifs (retrouvez notre article sur l’érosion des effectifs). Au-delà des effectifs, il faut regarder le périmètre de rachat. Si le spectre est large et réjouit le monde politique et les partenaires sociaux, sans pour autant lever tous les doutes (lire notre article), l’hebdomadaire n’oublie pas de souligner que l’Américain conserve la construction de l’îlot conventionnel (turbine Arabelle et alternateur) pour les centrales nucléaires du continent américain, « soit une base installée de plus de 100 GW », indiquait le communiqué de presse conjoint d’EDF et GE, le 10 février. L’encore conglomérat américain conserve aussi GE Hitachi nuclear energy, « un fournisseur de premier plan dans le domaine du cycle de vie des réacteurs », dixit le communiqué, qui va déployer le premier SMR commercial au Canada, à Chalk River ; des SMR où l’ambition politique affichée est forte en France, mais où la dynamique industrielle est plus timide (lire notre article). L’américain conserve aussi l’activité très rentable de services aux centrales à charbon, à l’échelle du monde, comme Le Trois l’indiquait dès le mois de novembre (lire notre article).

Huit ans après la vente à General Electric, si l’activité rachetée par EDF est plus porteuse, elle est aussi moins garnie et moins dotée en termes de compétences avec une érosion des effectifs. Elle a pourtant coûté près de deux fois plus cher. General Electric avait dépensé près de 15 milliards d’euros pour acquérir toute la partie énergie d’Alstom, en 2014 puis en 2018, quand Alstom avait cédé pour 2,6 milliards d’euros ses parts dans les différentes co-entreprises.

Nos derniers articles

Montbéliard : un astronaute comme grand témoin du forum hydrogène

L’astronaute Philippe Perrin est le grand témoin du 4e forum Hydrogen business for climate, organisé les 1er et 2 octobre, à l’Axone, à Montbéliard. Il a volé à bord de la navette spatiale Endeavour, en 2002. Et il accompagne Blue spirit aero, qui developpe un avion d’aéro-club avec pile à combustible.

Belfort, 2e antenne du Village by CA en Franche-Comté

Le Village by CA Franche-Comté, implanté depuis 7 ans à Besançon, ouvre un deuxième site au CrunchLab à Belfort, pour renforcer son ancrage régional dans le nord Franc-comtois. Une façon d’être toujours au plus près des start-up, entreprises et écosystèmes territoriaux, qui confirme l’ambition du Village by CA Franche-Comté d’accompagner les entrepreneurs locaux pour impulser le développement et la transformation de tout le territoire.

Champagney : après le Malsaucy, les Ballastières touchés par les cyanobactéries

Les lieux naturels de baignade continuent d’être touchés par la présence de cyanobactéries. Après l’étang du Malsaucy, des cyanobactéries ont été détectées au site des Ballastières, à Champagney, en Haute-Saône.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts