Le Trois –

PUB

Quatre plaintes, une enquête ouverte : la montée du racisme et de l’antisémitisme à Belfort

Des tags antisémites sur les murs de Danjoutin au premier plan, mais aussi sur la maison blanche en fond, ce vendredi 14 juin. | ©Le Trois - H.G.
Analyse
En l’espace de trois semaines, dans le Territoire de Belfort, les plaintes ont afflué. Tags antisémites, propos à caractères racistes, violences, la Ligue des droits de l’homme alerte, à deux jours du premier tour des élections législatives.

« La société se délite », expose, amère, Chantal Philippon, membre de la Ligue des droits de l’homme, ce 28 juin, de la section du Territoire de Belfort. Par mail, la ligue a alerté les rédactions la veille. En moins de trois semaines, quatre plaintes ont été déposées. Et une enquête a été ouverte ce vendredi par la procureure de la République du Territoire de Belfort (lire notre article). Dans toutes ces procédures, un fil rouge : la montée de la haine, qu’elle soit accompagnée de racisme ou d’antisémitisme. 

« Dès le lendemain des européennes, un jeune mineur non accompagné en logement diffus s’est retrouvé avec sa porte taguée d’une croix gammée à la Pépinière », déplore Chantal Philippon.  « Le centre de la Douce a porté plainte », poursuit-elle. Une information que nous n’avons pas pu encore confirmer au moment où nous mettions en ligne. La LDH parisienne va également porter plainte pour ce fait. 

Dans la foulée, rien que dans le Territoire de Belfort, on recense en deux semaines une plainte du maire pour des tags antisémites à Danjoutin (lire ici), une plainte d’un militant La France insoumise pour injure à caractère raciste à Belfort (lire ici), une enquête ouverte par la procureure de la République à Lepuix pour provocation publique à la haine et injure publique en raison de l’origine, de l’ethnie, de la nation ou de la race (lire ici). Ainsi qu’une plainte datant du 27 juin d’un réfugié afghan, livreur Uber Eats que Le Trois a pu consulter, pour violences à Belfort. Celui-ci raconte avoir été tabassé par un patron de restaurant. « J’ai été le voir après mon service car j’avais eu une mauvaise note et je souhaitais savoir pourquoi.  Il m’a donné des coups de poings et de pieds. Me disant que j’étais un réfugié. » Il est également suivi par la Ligue des droits de l’homme qui est en train de constituer une plainte de son côté. 

« Il y a une accélération claire et nette des faits de racismes et d’antisémitisme », relate la Ligue des droits de l’homme. « Accompagnée par une banalisation et une décomplexion », complètent Chantal Philippon et Sylvie Rodier, aussi coprésidente de la ligue. D’autres faits leur remontent, régulièrement, depuis ces deux semaines. « Et puis, il y a encore tout ce qu’on ne sait pas », poursuivent-elles. Un courrier a été envoyé au préfet du Territoire de Belfort ce jeudi 27 juin. Ce que la ligue demande : « Agir avec fermeté et détermination contre toutes ces formes de racisme. »

Le tag retrouvé sur la porte du jeune mineur non accompagné. | ©DR

Sollicitée, la préfecture indique que la Ligue des droits de l’homme belfortaine sera reçue mardi 2 juillet pour discuter de ces sujets. Elle indique également que le préfet du Territoire de Belfort a effectué un signalement auprès de la procureure de la République au sujet de l’événement de Lepuix, au titre de l’article 40 du code de procédure pénale, qui oblige tout élu ou fonctionnaire à alerter la justice lorsqu’il constate ou a connaissance d’un crime ou d’un délit.

La montée du RN en toile de fond

Sylvie Rodier s’est engagée dans la Ligue des droits de l’homme lorsque Jean-Marie Le Pen était au second tour des élections présidentielles face à Jacques Chirac, en 2002. En 22 ans, elle a pu voir monter l’extrême-droite, notamment dans les dix dernières années. Elle analyse les facteurs, notamment les attentats en France, qui ont poussé les amalgames. « L’état d’urgence permanent. » Et puis la colère des populations de ne pas être entendus par l’État depuis plusieurs années. « Le pouvoir n’entend pas. Les gens trouvent dans leur colère un bouc émissaire, un défouloir. Et c’est toujours l’autre. Celui qui n’a pas la même couleur de peau. » Il y a eu, aussi, la crise des gilets jaunes. « Un désarroi pour les classes populaires. » Pour autant, elle reste désemparée de ce vote « souvent pas justifié ». Chantal Philippon abonde. « Il y a des endroits, dans les quartiers, où il peut y avoir des points de crispation entre les populations. Mais là, le vote de campagne, où il y a peu d’insécurité, si ce n’est quelques cambriolages, est incompréhensible. » 

Les élections européennes, avec le RN en tête partout en France, a décomplexé des postures, des agissements, selon les deux bénévoles. « Le préfet doit absolument prendre des mesures fortes pour empêcher cette montée du racisme. Il faut aussi dire aux gens de ne pas rester dans leur coin, en parler pour que les personnes puissent être suivies par nous. Pareil pour les témoins, il faut faire remonter. Intervenir si on s’en sent capable. » 

Au niveau national, la Ligue des droits de l’homme est submergée de plaintes pour des faits à caractère raciste et antisémite depuis deux semaines. À Belfort, la ligue déborde également de dossiers. « Avant décembre, on voyait 4 à 6 personnes par semaine. Depuis la loi immigration, environ 8 personnes par semaine. Là, ce mercredi, on a vu 10 personnes en une journée. »

Nos derniers articles

Montbéliard : 10 nouvelles places à la Maison d’enfants à caractère social

Dix nouvelles places sont créées dans la Maison d’enfants à caractère social de Montbéliard, gérée par l’association de sauvegarde de l’enfant à l’adulte nord Franche-Comté (ASEA NFC). Des enfants en difficulté, âgés de 6 à 11 ans, vont être accompagnés dans cet espace entièrement rénové. L’accueil débute dès le 16 juillet.

Sochaux : l’aventure du Mattern Lab est officiellement terminée

L’assemblée générale du Mattern Lab a entériné, ce lundi 15 juillet en fin d’après-midi, le principe de liquidation de l’association, apprend-on auprès de l'association.

Mandeure : la maison du maire touchée par incendie, la piste criminelle envisagée

Un incendie s'est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche au domicile du maire de Mandeure, Jean-Pierre Hocquet, a indiqué lundi le procureur de la République, précisant que la piste d'un acte volontaire est envisagée.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts