Le Trois –

PUB

Les élus de la Région alertent sur un hôpital public « en grande souffrance »

Soignants dans le couloir d'une unité covid-19 de l'hôpital Nord-Franche-Comté.

La Région lance, en chœur, un cri d’alarme sur la situation de l’hôpital public. A l’unanimité, les élus ont adopté le 24 juin en session plénière un voeu intitulé « Urgence pour l’hôpital public » qui lance un appel aux pouvoirs publics nationaux.

La Région lance, en chœur, un cri d’alarme sur la situation de l’hôpital public. Pour lui donner du poids, les élus ont adopté le 24 juin lors d’une session plénière un voeu intitulé Urgence pour l’hôpital public qui lance un appel aux pouvoirs publics nationaux.

Elus socialistes, radicaux, écologistes, communistes et républicains : tous étaient d’accord, lors de la session plénière de la Région le 24 juin, pour adopter les vœux portés par la majorité au sujet de l’hôpital. Dans ces voeux, les élus alertent sur un hôpital public en « grande souffrance et du personnel au bord de l’épuisement. » 

Dans ce long courrier, les élus s’inquiètent des fermetures de lits : 17 900 lits d’hospitalisation en moins entre 2016 et 2020. Et du traitement inégal des salariés. « Malgré l’effort de revalorisation des salaires des professionnels du soin et des fonctions socio-éducatives engagé dans le cadre du Ségur de la santé, il demeure à ce jour qu’un quart des salarié.e.s de cette filière en sont toujours exclus », pointent-ils dans leur communiqué. 

Dans le communiqué sont listés les établissements en difficulté. Le CHU de Besançon, le centre hospitalier de Nevers, Vesoul, Auxerre, et du Nord Franche-Comté (lire notre article sur l’état des urgences). Et encore bien d’autres comme celui de Mouthe ou de Pontarlier. « Ces dégradations des services menacent l’égal accès des habitants aux hôpitaux et portent atteinte à la prise en charge de tous les patients, notamment dans les services d’urgence.»

C’est aussi notamment Baptiste Petitjean, ancien candidat aux élections législatives dans le Territoire de Belfort, membre du parti politique chevènementiste Refondation républicaine qui s’est emparé du sujet dans le Territoire de Belfort, en plaidant pour une réflexion à long terme sur l’organisation du système de santé et à l’offre dans le Territoire de Belfort alors que « l’hôpital Nord Franche-Comté est le seul établissement de santé pour une zone de 350 000 habitants ».

Sollicitation des pouvoirs publics

De concert, les élus ont estimé impératif la sollicitation des pouvoirs publics nationaux pour qu’ils prennent conscience de « la situation dramatique des hôpitaux ». Ils espèrent « une réforme complète de l’organisation et du financement de notre système de santé » pour mettre fin à l’approche « purement comptable » de la prise en charge des patients. Pour anticiper les besoins de formation, de rémunération, et d’amélioration des conditions de travail des soignants et des équipes associées. « Il faut revaloriser les fonctions de soignants et recentrer les missions sur les soins, en les déchargeant des tâches administratives telles que la saisie des données informatiques », donnent pour exemple les élus dans leur communiqué. 

Ils sollicitent, aussi, la réouverture de 4000 lits qui avaient été annoncés lors du Ségur de la Santé. Et menacent de demander des moratoires pour chaque fermeture de services ou d’hôpitaux en attendant d’avoir des réponses. 

 

Nos derniers articles

Pays de Montbéliard : une opération « place nette », 11 gardes à vue et 26 000 euros d’avoirs criminels

Pour endiguer le trafic de drogue, le gouvernement a lancé une vaste opération nommée « place nette XXL ». L’une de ses opérations s’est déroulée dans le pays de Montbéliard du 8 au 10 avril.

Belfort : l’ultimatum de Damien Meslot envers l’Education nationale

Damien Meslot annonce quitter un dispositif commun avec l’Éducation nationale et l’État qui permet de mettre des moyens supplémentaires dans les quartiers prioritaires. La raison : la fermeture de 9 classes à Belfort. Une annonce qui agace profondément certains élus.

Des élus RN brandissent des affiches anti-immigrés en plein conseil régional

La présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts