Le Trois –

PUB

Le nouveau chef de corps du 35 va commander un bataillon de l’Otan en Roumanie

Le colonel Philippe Le Duc est le nouveau chef de corps du 35e régiment d'infanterie de Belfort. | ©35e RI
Entretien
Le colonel Philippe Le Duc est le nouveau chef de corps du 35e régiment d’infanterie. Il succède au colonel Thibaut de Lacoste Lareymondie. Dès le mois de juillet, il part avec 300 Gaillards en Roumanie, dans le cadre de la mission Aigle, où il commandera un bataillon de l’Otan. Rencontre.

2 juin. Le colonel Philippe Le Duc devient le 120e chef de corps du 35e régiment d’infanterie (35e RI), plus ancien régiment en garnison dans la même ville (lire notre article) ; cela fait 150 ans qu’il est attaché à Belfort. Il succède au colonel Thibaut de Lacoste Lareymondie (lire notre article), en poste depuis deux ans, le temps de passage d’un chef de corps. Le colonel Philippe Le Duc arrive de l’état-major du commandement des forces terrestres. Cette structure « est responsable de toute la préparation opérationnelle des forces terrestres », détaille l’officier supérieur. Cet état-major doit définir à quoi on doit s’entrainer. Et comment. Les schémas d’engagement bougent drastiquement ces dernières années, tournée autour de la guerre opposant des forces conventionnelles aux moyens élevés et équivalents, comme en témoigne le conflit en Ukraine depuis février 2022. Avant, l’engagement français relevait plus souvent de la gestion de crise ou de la lutte anti-terroriste.

Dans les guerres dites asymétriques, l’engagement est celui de petits détachements. « Dans un combat de haute intensité, l’échelle est plus grande, explique le colonel. On est plutôt à l’échelle de la brigade ou de la division, avec plus de masse, de profondeur ou de durée d’actions. » L’attrition est y considérable et la consommation de matériel également. Lors de son passage à Lille, il a remis à plat les nouveaux concepts stratégiques et redéfini les préparations nécessaires. Des préparations qui ont existées. Mais elles remontent à la Guerre froide. Et à cette époque, la France n’était pas dans le commandement intégré de l’organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan) ; le général De Gaulle l’avait quitté en 1966 et le retour est effectif depuis avril 2009.

Déjà un passage à Belfort

Le colonel Philippe Le Duc est déjà passé par le 35e RI (2004-2011), comme commandant de section et commandant de compagnie, avec les grades de lieutenant et de capitaine. Il avait choisi Belfort à sa sortie de l’école d’infanterie. « J’ai une réelle fierté de commander là où j’ai été lieutenant, où j’ai porté le drapeau comme présidents des lieutenants », confie-t-il. Le CV du nouveau chef de corps est dense, notamment en termes d’opérations extérieures : Liban, Afghanistan, Émirats Arabe Unis, Sahara Occidental… « J’ai fait beaucoup de missions différentes, confie-t-il, modestement, ce qui a enrichi ma culture opérationnelle » Il a été dans des forces pré-positionnées, en appui. Il a participé à des missions de l’Otan ou à des missions Casques bleus.

« À présent, nous devons apprendre à travailler ensemble », explique le colonel Philippe Le Duc. Il faut donc des « procédures » communes et les éprouver. Dans ce schéma, une brigade française pourrait très bien être intégrée à un corps d’armée américain. Il faut donc apprendre à travailler avec des unités internationales, mais aussi faire cohabiter, par exemple, des unités de l’infanterie mécanisée, comme le 35e RI avec le véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI), avec des chars Leclerc, dont l’emploi initial était pensé en commun. Ça ne l’était plus ces dernières années.

300 militaires du 35 en Roumanie

Début juillet, le nouveau chef de corps change de cadre. Direction la base de Cincu, dans le centre de la Roumanie, où il prend la tête du bataillon multinational, dans le cadre de la mission Aigle. 300 militaires du 35e RI y seront déployés, dont l’une des quatre compagnies de combat du régiment, ainsi que des éléments de commandement et de logistique. Selon l’état-major des armées (infographie ci-dessous), le bataillon compte environ 700 hommes, dont 600 français (85,7 % des effectifs). Les militaires du 35e RI seront notamment appuyés par un escadron du 1er régiment de chasseurs, doté de chars Leclerc, d’éléments du 19e régiment du génie de Besançon ou encore d’éléments du 1er RA, dont des lance-roquettes unitaires (lire nos articles). Il y aura aussi des effectifs belges, luxembourgeois et hollandais.

La mission vise « à montrer la cohésion de l’Otan et à renforcer les dispositifs de nos alliés », indique le colonel Philippe Le Duc, en l’occurrence, ici, la Roumanie, frontalière de l’Ukraine et qui se défend d’une agression russe. Elle vise aussi au « renforcement de la posture dissuasive et défensive de l’Otan », replace le ministre des Armées. C’est une unité avancée, prête à être engagée si besoin.

La mission Aigle a été engagée dès le 28 février 2022, d’abord avec une force de réaction rapide qui a permis de déployer 500 hommes en quelques jours. Puis la mission s’est consolidée au fur et à mesure du printemps 2022, armée notamment par la 7e brigade blindée, dont l’état-major est à Besançon (Doubs). Dès leur arrivée, des entraînements sont prévus, en interne du bataillon, pour coordonner toutes les forces de l’unité, puis avec les alliés roumains et d’autres unités otaniennes.

Recrutement

L’officier sera de retour dans la cité du Lion à l’automne. Il poursuivra l’effort sur le recrutement, en développant « l’attractivité ». Le réengagement du régiment sera un facteur positif pour attirer des candidats, car l’entraînement porte « sur le cœur de métier », convient l’officier. Il veut aussi gonfler les effectifs de la réserve opérationnelle et, forcément « consolider la capacité à nous engager ».

Un dossier qu’il connait parfaitement, compte tenu de sa précédente affectation. Une volonté qui fait surtout écho au colonel immortel du 35e RI, le colonel Maud’Huy. « La préparation des troupes au combat lui tenait à cœur », rappelait à son égard le colonel Jean Augier, ancien chef de corps du 35 (lire notre article), et qui a valorisé le testament du colonel Maud’Huy, dont la caserne belfortaine porte aujourd’hui le nom. Au cours de l’été, une autre compagnie belfortaine sera projetée, à la Réunion. Et une dernière sera affectée à des missions Sentinelle.

Nos derniers articles

Le Fimu lutte contre le harcèlement sexuel avec l’application Safer

Pour sa 37e édition, le festival international de musique universitaire (Fimu) a mis en place un dispositif afin de prévenir les violences sexistes et sexuelles. Les festivaliers peuvent installer l'application Safer ou la trouver sur l’application du Fimu. Le principe est simple : si une personne est victime ou témoin d’une agression, il lui suffit de lancer l’alerte via l’application.

Vers un renforcement du protocole de sécurité des établissements scolaires dans le Territoire de Belfort

Travaux de sécurisation des entrées des établissements scolaires, renforcement du lien avec les forces de l’ordre, travail pour aider les victimes de violences au sein des écoles… Le Territoire de Belfort signe une convention ce 17 mai en ce sens, qui est en fait un protocole pour les années à venir.

De Belfort à Nevers à la force des bras pour sensibiliser au handicap

Le top départ est donné mardi 21 mai à 12 h. Jérôme Guidet, Mélanie Decrind et Hervé Lenfant, tous les trois en situation de handicap, se lanceront dans une course de 500 km reliant Belfort à Nevers. L’objectif de ce périple en vélo à main, sensibiliser les habitants de la Bourgogne-Franche-Comté au handisport.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts