Le Trois –

PUB

General Electric : les comités de groupe Europe interpellent les députés européens

Un accord a été signé pour éviter la délocalisation d'heure de travail à General Electric à Belfort.
Bâtiment de General Electric, au coeur du Techn'Hom, à Belfort (©Le Trois – illustration).

La contestation contre General Electric s’organise à l’échelle de l’Europe. Les représentants des comités de groupe Europe de GE Power, GE Renewable et de Central GE ont écrit aux responsables des groupes politiques du parlement européen pour les alerter sur la situation observée chez le géant américain. Le Trois a pu consulter la lettre. Morceaux choisis.

La contestation contre General Electric s’organise à l’échelle de l’Europe. Les représentants des comités de groupe Europe de GE Power, GE Renewable et de Central GE ont écrit aux responsables des groupes politiques du parlement européen pour les alerter sur la situation observée chez le géant américain. Le Trois a pu consulter la lettre. Morceaux choisis.

15 000 emplois. C’est le nombre d’emplois directs perdus en Europe depuis 2015, chez General Electric, estiment les secrétaires et coordinateurs des comités de groupe Europe de General Electric Power, GE Renewable et Central GE, dans un courrier en date du 9 février ; les comités de groupe Europe sont l’émanation des représentations des salariés dans chaque pays où est présent General Electric.

Ce courrier est adressé aux présidents des cinq groupes politiques du Parlement européen, ainsi qu’à Manon Aubry, unique députée européenne française vice-présidente de groupe. Les représentants du personnel, qui s’associe à l’échelle du groupe, politisent le dossier, mais au niveau de l’Union européenne. Un acte loin d’être anodin. Bien connu à Belfort, le dossier General Electric prend de plus en plus une dimension européenne et est étudié globalement ; c’est le dossier de la souveraineté énergétique.

Au mois de janvier, l’ensemble des représentants du personnel du comité de groupe Europe du business Gaz avaient déjà formulé une déclaration commune à l’adresse de General Electric, où il notait leur profond ras-le-bol (notre article).

6 restructurations en 5 ans

En septembre 2020, GE employait 57 500 personnes en Europe, selon ces représentants du personnel. Près de 17 000 sont dans sa branche Power (gaz, nucléaire, conversion de puissance) et 14 500 dans sa branche renouvelable (éolien, hydro, réseaux). En France, ce sont plus d’un quart des effectifs qui ont été supprimés sur cette période (notre article).

« Nous souhaitons porter à votre attention nos préoccupations concernant les actions de GE depuis son acquisition de la division énergie d’Alstom en 2015 et les implications que cela a, non seulement pour les travailleurs de GE Power, mais aussi et surtout pour la capacité́ du marché́ européen de l’énergie à répondre aux défis auxquels nous sommes actuellement confrontés », écrivent les six signataires dans ce courrier, que Le Trois a pu consulter.

Depuis le rachat d’Alstom, ce sont six restructurations qui ont été organisées en Europe. Ils estiment qu’aux 15 000 emplois directs supprimés, autant l’ont été chez les sous-traitants et fournisseurs « tous essentiels au développement du marché unique de l’énergie et à la nécessaire transition énergétique vers un avenir moins pollué par le carbone », écrivent-ils. Ils dénoncent une stratégie basée sur une « rentabilité à court terme au détriment des investissements et d’une vision industrielle capable de relever les défis énergétiques », poursuivent-ils.

« GE ne semble plus capable »

Selon ces représentants du personnel, GE a consacré 4 milliards de dollars à la R&D en 2020. « Seuls quelques millions sont investis en Europe dans les secteurs industriels et les budgets sont encore inférieurs de 25 % en 2020 », avancent-ils. « L’absence de toute vision industrielle à long terme entraîne le désengagement et la destruction des compétences européennes, avec l’impact que cela implique sur la capacité́ du secteur énergétique européen à répondre aux défis de l’avenir », dénoncent les signataires.

« GE est l’un des rares grands fabricants d’équipements énergétiques (OEM) dans le monde. Malheureusement, GE ne semble plus capable de maintenir son empreinte industrielle en Europe, estime le courrier, avant de poursuivre : Dans un marché aussi concentré, avec si peu d’acteurs, la destruction continue de compétences clés met en danger l’ensemble du secteur énergétique européen, au profit des États-Unis et de l’Asie. »

Les élus demandent une entrevue avec les présidents de groupe, afin « d’examiner les réponses européennes qui pourraient être nécessaires afin de protéger et de nourrir un secteur énergétique industriel capable de répondre aux besoins énergétiques européens et aux défis de l’avenir ».

Nos derniers articles

Le Fimu lutte contre le harcèlement sexuel avec l’application Safer

Pour sa 37e édition, le festival international de musique universitaire (Fimu) a mis en place un dispositif afin de prévenir les violences sexistes et sexuelles. Les festivaliers peuvent installer l'application Safer ou la trouver sur l’application du Fimu. Le principe est simple : si une personne est victime ou témoin d’une agression, il lui suffit de lancer l’alerte via l’application.

Vers un renforcement du protocole de sécurité des établissements scolaires dans le Territoire de Belfort

Travaux de sécurisation des entrées des établissements scolaires, renforcement du lien avec les forces de l’ordre, travail pour aider les victimes de violences au sein des écoles… Le Territoire de Belfort signe une convention ce 17 mai en ce sens, qui est en fait un protocole pour les années à venir.

De Belfort à Nevers à la force des bras pour sensibiliser au handicap

Le top départ est donné mardi 21 mai à 12 h. Jérôme Guidet, Mélanie Decrind et Hervé Lenfant, tous les trois en situation de handicap, se lanceront dans une course de 500 km reliant Belfort à Nevers. L’objectif de ce périple en vélo à main, sensibiliser les habitants de la Bourgogne-Franche-Comté au handisport.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts