Le Trois –

PUB

GE : une médiation avec les fournisseurs sur la baisse des prix de 20 %

Fa ce à ce différend, une médiation a été entamée entre General Electric et des représentants des fournisseurs.
General Electric Gas a demandé à ses fournisseurs de baisser leur prix de 20% provoquant un tollé.

La demande de General Electric à ses fournisseurs de baisser de 20 % leurs tarifs a provoqué la colère de nombreux acteurs économiques et politiques. Ils sont nombreux à avoir saisi le ministre de l’Économie, qui a adressé le dossier au médiateur des entreprises. Lançant une médiation entre les acteurs. En cours.

La demande de General Electric à ses fournisseurs de baisser de 20 % leurs tarifs a provoqué la colère de nombreux acteurs économiques et politiques. Ils sont nombreux à avoir saisi le ministre de l’Économie, qui a adressé le dossier au médiateur des entreprises. Lançant une médiation entre les acteurs. En cours.

Dans un courrier daté du 20 avril, Rajesh Thakkar, le vice-président Sourcing, c’est-à-dire le responsable des achats, du business gaz de General Electric, demandait à l’ensemble des fournisseurs de General Electric gaz de notamment baisser leur prix de 20 %. Une information que révélait Le Trois. Cette requête a provoqué un tollé. Particulièrement dans le nord Franche-Comté. La CPME était monté au créneau. Le syndicat des PME avait alerté le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire.

Démarche volontaire

De nombreux élus de la région avaient également saisi le ministre (ici et ici). Certains ont eu des échanges téléphoniques. Bruno Le Maire avait adressé le dossier au médiateur des entreprises, Pierre Pelouzet. Le médiateur des entreprises « aide les chefs d’entreprise à trouver des solutions à tout type de différends qu’ils peuvent rencontrer avec une autre entreprise ou administration. À ce titre, il propose un service de médiation gratuit, rapide et confidentiel », indique la page dédiée à ce dispositif sur le site du ministère de l’Économie. Il « n’est ni juge, ni expert, ni arbitre, ni conciliateur », explique également le site Internet.

De sources concordantes, une médiation a donc été entamée entre des représentants des fournisseurs et General Electric France au sujet de cette demande du géant américain de baisser les tarifs de 20 %. S’il y a médiation, c’est que toutes les parties sont autour de la table. « La médiation est un processus de négociation qui repose sur la liberté et la responsabilité des personnes, confirme la définition du dispositif. Elle repose sur une démarche volontaire, impliquant la responsabilité de chacune des parties tandis que tous les échanges sont couverts par la plus stricte confidentialité. Chacun peut y mettre fin quand il le souhaite. »

Contexte particulier

Cette médiation intervient dans un contexte très particulier. Le 13 mai, la direction de l’entité turbines à gaz de General Electric a annoncé délocaliser 40 000 heures de travail aux États-Unis et en Arabie Saoudite. Un projet qui fragilise le futur projet industriel du site belfortain, acté en octobre 2019 en contrepartie du plan de suppression de 485 postes. Nous savons également que les 200 emplois envisagés dans l’aéronautique dans une démarche de diversification sont aujourd’hui peu probables à la suite de la crise qui touche l’aviation. L’intersyndicale rencontre ce mercredi des représentants de Bercy, avec la direction de General Electric, dans le cadre de la commission de suivi du plan de sauvegarde de l’emploi. Ce dossier devrait aussi être sur la table.

Nos derniers articles

Fesches-le-Châtel : Cristel, la revanche de l’inox face à la menace PFAS

Numéro un des fabricants d’articles culinaires en inox, l’entreprise Cristel, localisée à Fesches-le-Châtel dans le Doubs, ne cesse de grandir depuis 2020. Rencontre.

Peugeot passe au volant rectangulaire à partir de 2026

Peugeot va équiper un premier modèle de voiture d'un volant rectangulaire en 2026 avant de l'étendre à toute la gamme, a indiqué vendredi le chef de produit du constructeur, Jérôme Micheron.

Le tribunal reconnaît le “caractère professionnel” du burn-out d’un ancien salarié de Segula

Nordine El Mir a dénoncé ses conditions de travail à Segula Technologies, entreprise qu’il a quitté en 2020. Cette situation l’a conduit, alors, à se mettre en arrêt, pour burn-out. Celui-ci n’a pas été reconnu par la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) au titre de la législation professionnelle. Le tribunal judiciaire de Montbéliard vient d’invalider cette décision.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts