General Electric : Meslot et Zumkeller interpellent le ministre

Un accord a été signé pour éviter la délocalisation d'heure de travail à General Electric à Belfort.

C’est au tour du maire de Belfort et président du Grand Belfort, Damien Meslot, et du député Michel Zumkeller, d’écrire au ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Ils attirent son attention sur la demande de General Electric à ses fournisseurs de baisser de 20 % leurs prix et sur des délocalisations en cours, depuis Belfort.

C’est au tour du maire de Belfort et président du Grand Belfort, Damien Meslot, et du député Michel Zumkeller, d’écrire au ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Ils attirent son attention sur la demande de General Electric à ses fournisseurs de baisser de 20 % leurs prix et sur des délocalisations en cours, depuis Belfort.

« La direction du groupe semble vouloir accélérer le transfert d’activités de son site de Belfort vers des pays à bas coût et d’autres délocalisations seraient à l’étude. Ces agissements se font en pleine épidémie de covid-19 qui sert de prétexte à GE pour renier l’accord syndical courageusement négocié́ », dénonce Damien Meslot, président du Grand Belfort, dans un communiqué envoyé ce mercredi 6 mai où il indique avoir écrit au ministre. Mardi, Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, avait également interpellé le ministre. Comme le député européen Christophe Grudler, la semaine dernière. Le 30 avril, le député Michel Zumkeller avait également écrit au ministre. « La Direction de General Electric Gas Power vient d’écrire à tous ses sous-traitants pour leur demander de diminuer leur prix de 20 %. Dans la crise que nous vivons, cette demande est bien évidemment inacceptable », tance Michel Zumkeller.

Comité Maugis

Damien Meslot rappelle les garanties industrielles négociées lors de l’accord du mois d’octobre. « Il serait inacceptable que les termes de cet accord ne soient pas respectés par la direction de GE, ce même groupe qui n’a pas tenu ses engagements relatifs au rachat de l’activité énergie d’Alstom », prévient Damien Meslot qui demande, comme Michel Zumkeller, l’intervention du ministre. Le maire de Belfort revient sur le comité Maugis, qui doit répartir la pénalité de 50 millions d’euros de General Electric pour ne pas avoir créé 1 000 emplois comme promis.  « Les acteurs locaux font preuve de volontarisme pour anticiper l’avenir et développer l’emploi sur notre territoire. Aujourd’hui, la plupart des projets proposés en ce sens par les entreprises sont bloqués par l’absence de versement des 50 millions d’euros promis », indique Damien Meslot. Il demande que le dispositif juridique soit enfin créé pour permettre les versements. « La situation actuelle doit nous amener à changer radicalement de modèle de société́, remarque de son côté Michel Zumkeller. Malheureusement, il semble que ces géants qui sont plus des financiers que des industriels, ne l’aient pas compris. »

Ceci vous intéressera aussi
Damien Meslot : « Pays de Montbéliard Agglomération ne veut pas parler avec ses voisins »

Damien Meslot, président Les Républicains (LR) du Grand Belfort, regrette le choix des élus de Pays de Montbéliard Agglomération de Lire l'article

Bourogne : plein feu sur le LRU du 1er régiment d’artillerie

Le 1er régiment d’artillerie de Bourogne est le seul régiment français a disposer du lance-roquette unitaire (LRU). Cette arme est Lire l'article

Quand le monde des entreprises et celui des armées se lient autour d’un club

Rapprocher le monde des armées de celui de l’entreprise. Favoriser l’acculturation. Telle était l’ambition des acteurs qui ont signé une Lire l'article

Les Restos du cœur proposent un service itinérant dans le Territoire de Belfort

Dès le mois de juillet 2022, la section départementale des Restos du Cœur met en place un centre itinérant pour Lire l'article

Défilement vers le haut