Le Trois –

PUB

GE Belfort: déçue par Le Maire, l’intersyndicale en appelle à Macron

Les élus de l'intersyndicale de GE: Francis Fontana, Philippe Petitcolin et Cyril Caritey. Ils en appellent désormais à Emmanuel Macron. | ©Le Trois – P.-Y.R.

L’intersyndicale pensait avoir été entendue par Bruno Le Maire, lors de sa visite à Belfort lundi. Elle lui reproche aujourd’hui de ne pas avoir tenu sa promesse de demander à Lary Culp, le président de GE, de modifier le plan social et veut rencontrer Emmanuel Macron.

L’entente cordiale entre l’intersyndicale de GE Belfort et Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, n’aura pas duré une semaine. Lundi, les délégués syndicaux se félicitaient d’avoir pu expliquer pendant plus de deux heures au ministre leur point de vue sur le plan social et les enjeux pour l’avenir du site de Belfort. Et ils pensaient avoir infléchi la réflexion du ministre, à qui ils reprochaient jusqu’alors de relayer le discours de GE pour justifier les 1040 suppressions de postes.
Parmi les engagements pris lundi par Bruno Le Maire figurait celui de s’entretenir avec Lary Culp pour tenter de le convaincre de revoir son plan social à la baisse. « M. Le Maire ne s’est pas entretenu avec Lary Culp, ont déploré ce vendredi après-midi les délégués de l’intersyndicale. La parole de M. Le Maire n’a plus aucune valeur ».
Pour les syndicalistes, l’enjeu était en effet de retarder ce qui s’annonce pour eux comme un véritable compte à rebours. Une réunion est convoquée le 17 juin pour commencer à discuter du plan social. Cette réunion marquera le début d’une période de quatre mois au x termes de laquelle le plan social deviendra effectif, qu’il y ait eu accord ou non. Or, les syndicalistes veulent à tout pris obtenir une réduction des suppressions de postes.

"C'est un combat de longue haleine. Notre détermination n'est pas entamée"

« Bruno Le Maire n’est plus un interlocuteur fiable, estiment les syndicalistes. Il n’a pas pris la mesure de ce plan social ; c’est le plus important depuis le début du mandat d’Emmanuel Macron. »
Et c’est aujourd’hui avec Emmanuel Macron lui-même que les élus syndicaux veulent parler. « Nous souhaitons qu’il vienne nous rencontrer à Belfort le lundi 10 juin, à l’occasion de sa visite à Ornans, au musée Courbet. Nous attendons de lui l’engagement d’une discussion d’égal à égal avec Lary Culp. Nous nous rappelons de la phrase d ‘Emmanuel Macron, lorsqu’il est venu à Belfort en tant que ministre de l’Économie lors du rachat d’Alstom par GE. Il nous avait dit : « Je ne suis pas un homme d’un instant ; vous pouvez compter sur moi ; je reviendrai. » Et bien, aujourd’hui, il faut qu’il revienne. »

Ce vendredi matin, des salariés ont retardé le départ d’une turbine. Ils ont lancé une pétition, qui sera proposée à la signature des spectateurs du Fimu pendant tout le week-end. D’autres actions seront sans doute organisées dans les jours à venir. « C’est un combat de longue haleine. On grillera nos cartouches progressivement. Notre détermination n’est pas engagée : la vie des salariés et de leur famille est en jeu. »

Au Fimu, une banderole appelant à manifester le samedi 22 juin à Belfort, avec des logos aussi divers que la CGT et le Medef, le Grand Belfort et la Région.

Nos derniers articles

Héricourt : mais que se passe-t-il chez Gaussin ?

Procédures judiciaires en cascade. Blocage de matériel. Déclarations dans la presse. Manœuvres de déstabilisation. Depuis janvier, le groupe Gaussin et sa filiale Metalliance sont au cœur d’un imbroglio économico-financier. L’entreprise, experte en annonces grandiloquentes ces dernières années, est en péril. Retour, sur les grandes dates des cinq derniers mois, pour cerner les enjeux.

Pays de Montbéliard : la bourse aux matériaux, le bon plan pour particuliers et artisans

13 entreprises répondent présentes à la première édition de la bourse aux matériaux dans le pays de Montbéliard. L'occasion pour les artisans de vendre leur stock de chutes et pour les bricoleurs de s’approvisionner à petits prix.

Belfort : des étudiants s’opposent fermement au déménagement de leur établissement

Les étudiants du département Carrières sociales de Belfort-Montbéliard vont devoir déménager, début 2025, pour que leur établissement soit rénové. Ils s'y opposent. Mauvaise isolation phonique, couloirs étroits, manque de place dans les salles, les étudiants dénoncent leurs conditions d'accueil dans le nouveau bâtiment.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts