General Electric : « Ce n’est que mensonges et trahisons », déclare Marie-Guite Dufay

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, le 22 juin 2019 à Belfort pour la manifestation de soutien aux salariés de General Electric.

« General Electric poursuit sa casse sociale et plus personne ne s’en étonne. Il est loin le temps des promesses. Depuis le rachat de la branche énergie d’Alstom, ce n’est que mensonges et trahisons ! Alors que GE devait créer 1 000 emplois en France, les plans sociaux ou de départs volontaires se succèdent », déplore Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté. Elle réagit au projet de General Electric de supprimer 300 emplois en France, dans sa branche Steam, dont 240 à Belfort, comme le révélait Le Trois ce jeudi. « Il y a un an, après un combat exemplaire et une mobilisation sans pareil, GE s’était engagé à signer un accord pour pérenniser l’activité gaz sur Belfort. Depuis les négociations sont au point mort. En septembre, 83 salariés de la filière Hydro sont sortis des effectifs au nom d’une restructuration comptable. L’alternateur de nos barrages hydroélectriques sera désormais chinois ou indien. Aujourd’hui, GE sacrifie 240 emplois dans la branche Steam Power, qui conçoit la turbine Arabelle présente dans les réacteurs de nos centrales nucléaires. Le groupe touche à la souveraineté industrielle de la France et risque de mettre en péril notre indépendance énergétique et notre sécurité nationale », poursuit-elle. Elle aussi en appelle à Emmanuel Macron, président de la république. « À l’heure où des milliards d’euros sont mobilisés pour favoriser la relance, la relocalisation d’activités stratégiques, les Français ne comprendraient pas que l’État oublie une nouvelle fois les alstomiens et les alstomiennes », écrit-elle. Elle plaide pour un rachat de la branche énergie de GE par EDF et Framatom, pour « recréer un champion énergéticien français ».

 

Ceci vous intéressera aussi
Covid-19 : les 20 premiers établissements où vont commencer les vaccinations dans la région
Le vaccinations vont commencer dans les quinze premiers jours de janvier dans une vingtaine d'établissements.

La vaccination contre le covid va démarrer dans les quinze premiers jours de janvier dans une vingtaine d'établissements de Bourgogne-Franche-Comté. Lire l'article

L’inquiétude de l’ARS de Bourgogne-Franche-Comté à la veille du Nouvel An

Alors que la situation est « très défavorable », l'agence régionale se montre inquiète lors de son bilan mensuel et appelle à Lire l'article

Le docteur Mohamed Si Abdallah nommé directeur adjoint de l’ARS
Le docteur Mohamed Si Abdallah, nommé directeur général adjoint de l'agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté.

Le docteur Mohamed Si Abdallah, directeur général adjoint de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté. | ©ARS BFC Le docteur Mohamed Si Abdallah a Lire l'article

14 000 doses de vaccin Moderna arrivent à Besançon, Dijon et Lons-le-Saunier
14 000 doses de vaccin Moderna et 30 000 doses de vaccin Pfizer sont livrées cette semaine, selon l'ARS. Image par Willfried Wende de Pixabay 

L'ARS de Bourgogne Franche-Comté annonce l'arrivée du vaccin Moderna, validé en fin de semaine dernière, dans la région cette semaine. Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut