Le Trois –

Last Train : « Le rock peut être beau et élégant »

Last Train juste avant de monter sur la Grande scène des Eurockéennes, le 2 juillet 2022 (©Sam Coulon).

Les Alsaciens de Last Train ont enflammé la Grande scène, ce samedi soir. Un moment de pur bonheur pour ce groupe né à une dizaine de kilomètres de la presqu’île du Malsaucy. Un rêve devenu réalité. Une date qui ponctue une ascension pour cet étendard de la scène rock francophone.

Les Alsaciens de Last Train ont enflammé la Grande scène, ce samedi soir. Un moment de pur bonheur pour ce groupe né à une dizaine de kilomètres de la presqu’île du Malsaucy. Un rêve devenu réalité. Une date qui ponctue une ascension pour cet étendard de la scène rock francophone. Rencontre. – mis à jour le 3 juillet à 13h20.

On les avait laissés en juillet 2019. Au terme d’un projet, au Malsaucy, qui célébrait le festival, alors que la crise sanitaire avait eu raison de son maintien. Ils avaient tourné un clip dans une fresque monumentale dessinée par l’artiste belfortain Saype (lire notre article). Il venait de terminer leur 2e album. Il devait le partager avec le public. Et la covid-19 les avait rattrapés.

Trois ans plus tard, on les retrouve. Si le sort s’est acharné contre le festival, avec l’annulation des deux premières journées, il a quand même réussi à ouvrir. Battus par les flots, il ne rompt pas. Et Last Train a pu se produire. Enfin. Ce groupe aux déjà 500 dates est un passionné de la scène. Il vibre avec. « On restera un groupe de scène », insiste Julien, guitariste et vidéaste du groupe, mais surtout le porte-parole du groupe pour les questions liées au Football-club Sochaux-Montbéliard ! Ce moment de communion, de partage et de dévouement est ancré viscéralement dans la peau de ces quatre jeunes hommes. « Ça nous manquait d’être au contact des gens, de les rencontrer, de discuter avec eux », avoue-t-il. Last Train enchaîne à présent les dates. Ils étaient à Chambéry (Savoie) vendredi. Ils seront au Main Square Festival d’Arras, ce dimanche (Pas-de-Calais). Le live, c’est un échange. C’est vivant. « C’est un aller-retour d’énergie », image Jean-Noël Scherrer, le guitariste et chanteur. Le groupe vient de signer son premier Olympia, au mois de mars. Si la crise sanitaire a repoussé leur prestation aux Eurockéennes, elle n’a pas totalement ralentie son ascension.

Tout en longueur

Plus que le retour de la scène, les quatre jeunes hommes ont surtout accompli un rêve en se produisant sur la presqu’île du Malsaucy. En 2020, Jean-Noël Scherrer confiait que les Eurockéennes étaient « leur festival de cœur ». En 2016, ils avaient déjà goûté un peu à ce rêve, en se produisant sur la scène de la Loggia. « On a grandi à 20 km », souffle la bande, qui s’est rencontrée au collège Jean-Monnet de Dannemarie, dans le Haut-Rhin, pour expliquer ce lien charnel avec les Eurockéennes de Belfort. Dès qu’ils ont eu « l’autorisation des parents », dixit Antoine Baschung, ils sont venus découvrir ce festival et ses têtes d’affiche. « On a appris à aimer cette ambiance, le camping… » sourit-il, avant que Julien n’ajoute : « Une année, on jouait à Bordeaux en même temps que les Eurockéennes. On est revenu dès le lendemain pour faire les Eurocks en tant que festivalier. » Des passionnés. Des vrais.

[ En images ]

Photos prises par Le Trois – Sam Coulon

Cette passion transpire dans leur musique. Une musique singulière, teintée des canons du rock, mais d’une profondeur épique. Les morceaux durent et s’émancipent des carcans du temps. Déjà, avec Fire, l’un des premiers morceaux, cette longueur existait. Cette dynamique mélodique aussi. L’introduction prenait tranquillement par la main l’auditeur pour l’emmener dans le morceau. On retrouve cette idée dans le morceau The Big picture, qui dure 10 minutes. « On aime bien les titres qui mettent du temps à s’installer », observe Jean-Noël. Ils aiment les musiques d’ambiance, les musiques de film. On sent l’épopée, qui leur ressemble. « On galère plus à faire un titre de 3 minutes que de 10 minutes », sourit Antoine. Leur musique est une esthétique. Est esthétique. Ils prennent le temps. Ils réfléchissent. Ils doivent s’y sentir bien. « Le rock peut être beau. Il peut être élégant. Il peut être fédérateur », estime Jean-Noël. Last Train fait une synthèse et impose une marque. Un discours. Un ton organique et spontanée. Mais une ambiance enivrante, qui tranche avec les clichés du genre. À l’heure où le hip-hop et l’électro se taillent la part du lion, Last train trace sa route et pose ses marques. Revendique-t-il quelques chose ? « C’est notre moyen d’expression », répond simplement Jean-Noël. Et Timothée de dire qu’ils ne veulent pas être catégorisés ou classés. Ils s’expriment. Le rock est « légitime », ajoutent-ils simplement. Cette liberté, ce ton, ils l’ont gardé en se lançant dans un projet créatif tout aussi singulier : la réalisation d’une court-métrage, tout en musique. Une véritable introspection, où l’on questionne la dualité humaine. Notamment. On mesure alors la dimension cinématographique du groupe. Le poids aussi de leur discours. De leur poésie. La profondeur de leur musique. Et l’émotion qui en ressort.

Nos derniers articles

À Belfort, Orange innove pour que le réseau internet soit toujours plus rapide

Orange a fêté ses 30 ans à Belfort jeudi 13 juin. L’occasion pour l’entreprise de dévoiler ses avancées technologiques, notamment sur la box internet et le déploiement de la fibre.

Air to Go, l’appli mobilité-santé pour se déplacer

Atmo Bourgogne-Franche-Comté met à disposition des utilisateurs de modes doux (marche, vélo, trottinette...) et pratiquants d’activités en plein air (randonnée, running, cyclisme...) une appli smartphone pour s’informer sur l’état de la qualité de l’air.

À Danjoutin, les habitants entre colère et indifférence après des tags antisémites

Lundi 10 juin, des tags antisémites sont apparus dans la commune de Danjoutin. Pour le moment, on en recense 5, sur des murs communaux, des banques ou encore des maisons. Si certains habitants s’indignent, d’autres ne semblent pas prendre la mesure de ces écrits.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts