Le Trois –

PUB

Eurocks : « sans le mécénat », le billet serait 15 à 20 euros plus cher

Sur le festival, les mécènes ont leur propre village.| ©Le Trois - EC
Entretien
Aux Eurocks, 150 mécènes contribuent à l'organisation du festival. Certains sont présents depuis le tout début. Depuis 20 ans, le réseau s’est structuré, avec l’arrivée de la loi Aillagon. Un enjeu pour les Eurockéennes depuis : fidéliser les mécènes et faire croître le dispositif.

Vingt ans de mécénat. Aux Eurockéennes de Belfort, la loi Aillagon a permis aux entreprises de faire des dons défiscalisables à 60%, si elles soutiennent des structures via le mécénat. Les critères : un don entre 5 000 euros et jusqu’à 2 millions d’euros, qui doit être non lucratif et servir à l’intérêt général. 150 mécènes soutiennent le festival des Eurockéennes. Par des dons financiers, mais aussi en accompagnant les projets d’accessibilité du festival, par exemple, via des dons en nature ou en compétences.

Frédéric Adam, responsable du pôle partenariat se remémore : « Quand j’étais stagiaire, je me suis proposé pour gérer le club des partenaires. Des partenaires qui se sont investis, qui ont fait des dons. C’était précurseur, ils n’avaient pas d’avantages fiscaux. » Aujourd’hui, cela est structuré, plus professionnel. Les Eurocks ont tissé des liens forts. Avec ceux qu’ils appellent les grands mécènes : le Crédit Agricole, Optymo, Mercedes, par exemple. Mais aussi de plus petites entreprises, dans le territoire. Elles sont nombreuses dans le Territoire de Belfort. « On essaye de convaincre en expliquant qu’ils contribuent à faire vivre leur territoire. Chaque don est important, même quand il s’agit de quelques milliers.»

Aujourd’hui, les dons des mécènes représentent 20% du budget total des Eurockéennes. Et le lien ne s’est pas terni avec les années. Pendant le covid, ils ont continué à soutenir largement le festival. Idem lorsque deux journées ont été annulées à cause de l’orage, l’année dernière. « Sur les 150 mécènes, seul deux ou trois ont tiqué. Les autres n’ont rien réclamé. » S’il parle de réclamation, c’est parce que les mécènes bénéficient de contreparties pendant le festival: des billets, un espace VIP, une plateforme surélevée pour les concerts, un village mécène, où ils peuvent se rencontrer et discuter. C’était d’ailleurs l’idée de base lors de la création du festival en 1989 par le conseil général : créer du lien, des rencontres, et ce, notamment pour les entreprises, rappelle Frédéric Adam.

« Les festivals en ont besoin à tout prix »

En France, 108 000 entreprises sont mécènes. Yann Queinnec, délégué général de l’association Admical, dédiée au mécénat en France, explique que malgré les craintes d’une chute du mécénat en France avec la guerre en Ukraine, cela n’a pas tant joué. En treize ans, le nombre de mécènes a quadruplé, explique-t-il. 9% des entreprises sont mécènes, avec un don moyen de 8 000 euros. La pente est ascendante, depuis l’arrivée de la loi. Mais elle pourrait croître encore, selon lui, si elle ne souffrait pas d’une « perception négative, de méfiance ». Notamment parce que le mécénat est « parfois vu comme une niche fiscale ». « Tout ce système est loin d’être acquis, le sujet est chalengé par les pouvoirs publics qui questionnent la rentabilité de la défiscalisation », remarque Yann Queinec. « Pourtant, les festivals en ont besoin à tout prix », complète-t-il. Il voit les lois évoluer pour réguler. Depuis 2019, les entreprises qui donnent plus de deux millions d’euros ne bénéficient plus d’une déduction fiscale aussi importante.

Sur le sujet, les avis convergent : le mécénat est essentiel pour l’avenir de la culture, peu importe la manière dont il est vu. Pour Fleur Pellerin, ancienne ministre de la Culture sous François Hollande, il y a de bonnes et de mauvaises niches fiscales. « Celle-ci a un réel intérêt: il y a des retombées économiques intéressantes pour les territoires ». Pour Sylvie Laurent, DHR du Crédit Agricole Franche-Comté, le mécénat, plutôt qu’une niche, est plutôt un moyen de « contribuer au développement du territoire », de « montrer son ancrage sur celui-ci ». Yann Queinnec complète : « Le mécénat est aussi un moyen de s’aligner sur les objectifs de responsabilité sociétale des entreprises ».

Pour les Eurockéennes, l’objectif est de maintenir les partenariats avec les mécènes, et de développer encore ce réseau. Notamment parce que de nombreux dirigeants d’entreprises mécènes, qui ont adhéré il y a vingt ans, partent à la retraite. « Il faut faire de la pédagogie pour convaincre les repreneurs », détaille Frédéric Adam. Mais la tâche est essentielle. « Sans le mécénat, les billets coûteraient 15 à 20 euros de plus. » Pour conclure, il déclare en riant : « Et ne vous inquiétez pas, les Eurocks n’ont pas été créés pour blanchir l’argent. »

Nos derniers articles

Vellescot : l’écloserie de Philippe Courtot, un savoir-faire en danger

Philippe Courtot est le seul pisciculteur de Franche-Comté à posséder une écloserie. Il devra bientôt prendre sa retraite. Son savoir-faire est en danger. Pour faire part de ses inquiétudes, il a convié préfecture et élus.

Fesches-le-Châtel : Cristel, la revanche de l’inox face à la menace PFAS

Numéro un des fabricants d’articles culinaires en inox, l’entreprise Cristel, localisée à Fesches-le-Châtel dans le Doubs, ne cesse de grandir depuis 2020. Rencontre.

Peugeot passe au volant rectangulaire à partir de 2026

Peugeot va équiper un premier modèle de voiture d'un volant rectangulaire en 2026 avant de l'étendre à toute la gamme, a indiqué vendredi le chef de produit du constructeur, Jérôme Micheron.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts