Sochaux : PSA annonce une équipe de nuit en septembre

La direction de PSA Sochaux a annoncé la mise en place dès la rentrée d'une équipe de nuit sur le système 2 (3008 et 5008).

La direction du site PSA de Sochaux-Belchamp, a annoncé le retour d’une quatrième équipe de montage à la rentrée. Une équipe de nuit sera active dès septembre sur le système 2, produisant le 3008, le 5008 et l’Opel Grandland X. Et un volant d’intérimaires doit revenir.

La direction du site PSA de Sochaux-Belchamp, a annoncé le retour d’une quatrième équipe de montage à la rentrée. Une équipe de nuit sera active dès septembre sur le système 2, produisant le 3008, le 5008 et l’Opel Grandland X. Et un volant d’intérimaires doit revenir. – mis à jour le 23 juin à 20h

« La dynamique commerciale des modèles du groupe, et notamment celle des CSUV 3008, 5008 et Grandland nous permet aujourd’hui d’annoncer la reconstitution de l’équipe de nuit sur le système 2 en septembre », se réjouit la direction du site de PSA Sochaux, dans un communiqué de presse publié à l’issue du comité social et économique de ce mardi 23 juin. Le système 2 tourne à deux tournées complètes depuis ce lundi 22 juin.

Au mois de septembre, une équipe sera installée sur le système1, qui produit la 308, et 3 équipes sont programmées sur le système 2. Une production journalière de 1 740 véhicules est envisagées. « Cette reprise d’activité́ se répercutera bien évidemment sur l’ensemble de la filière régionale, ce qui constitue une très bonne nouvelle », se réjouit la direction de PSA. « C’est la reconnaissance que les véhicules conçus et fabriqués à Sochaux sont les plus appréciés par les clients », relève le syndicat Unsa dans son communiqué de presse. Cette 4e équipe représente 700 à 800 salariés.

Ajustement du calendrier

Pour assurer les objectifs du mois de juin, le samedi initialement prévu sur le système 1 le 4 juillet est anticipé́ à ce samedi 27 juin. Un seul samedi sera travaillé́ sur ce système en juillet, à savoir le 18 juillet. Sur le système 2, les heures supplémentaires envisagées ce samedi 27 juin sont annulées, la production ayant « tenu ses engagements ».

Retour d'intérimaires

Du côté des syndicats, on salue cette bonne nouvelle, « signes positifs de reprises de l’activité », dixit la CFDT. On s’attarde surtout sur le renforcement des équipes, avec l’arrivée de 20 salariés PSA du site de Gliwice (Pologne, usine Opel) et de 30 intérimaires, alors que l’on évoquait une situation « explosive » dans les ateliers ces dernières semaines et que l’on réclamait des renforts.

Cela permet de satisfaire « nos collègues PSA d’autres sites et nos intérimaires locaux », apprécie la CFDT. Même son de cloche pour Force ouvrière sur cet équilibre entre salariés de PSA et intérimaires, mais le syndicat rappelle que le constructeur a « un devoir social envers les intérimaires du nord Franche-Comté́ ! » Et appelle à des recrutements. Ces remarques font suite au tollé généré par l’annonce du constructeur de faire venir plusieurs centaines de salariés PSA polonais dans son usine d’Hordain, dans le Nord. La polémique avait contraint PSA à baisser le contingent de 400 à 124. 200 salariés d’autres usines françaises, dont Mulhouse, doivent également renforcer les effectifs sochaliens.

La CGT se réjouit aussi du retour de cette équipe de nuit. « Nous revendiquons que chaque intérimaire, qui était présent sur le site avant le confinement soit repris sans délais et se voit aussi proposer une embauche en CDI PSA », demande toutefois le syndicat. Et de préciser dans leur prise de parole : « Depuis la crise du COVID vous avez mis au chômage partiel à l’échelle du groupe plus de 8 000 intérimaires et vous refusez de les reprendre. Ils ont pourtant participé pleinement à la fabrication des 3,4 milliards euros de bénéfices pour 2019 sans compter les milliards des années précédentes. » Par contre, le syndicat rejette le recours à des salariés de PSA venant de Pologne. Il ne s’est pas positionné sur ce sujet, ayant le sentiment que PSA jouait « les travailleurs d’Opel contre les intérimaires ».

Avant le confinement, l’usine PSA Sochaux, qui emploie 7 300 employés permanents, faisait travailler 2 000 intérimaires.

Défilement vers le haut