Necronomi’Con : « Le navire amiral de la culture geek »

La Necronomi’Con #3, la convention geek du nord Franche-Comté, se déroule samedi et dimanche, à l’AtraXion, à Andelnans. Mais les festivités autour des cultures Geek, nippone et pop’ débutent dès mardi soir, avec la projection, en partenariat avec Cinéma d’Aujourd’hui, de Millenium actress, un film d’animation.

La Necronomi’Con #3, la convention geek du nord Franche-Comté, se déroule samedi et dimanche, à l’AtraXion, à Andelnans. Mais les festivités autour des cultures Geek, nippone et pop’ débutent dès mardi soir, avec la projection, en partenariat avec Cinéma d’Aujourd’hui, de Millenium actress, un film d’animation. Entretien avec Stéphane Laurent, le président de l’évènement.

Depuis l’an passé, vous organisez des warm-up, avant l’évènement. Quel est l’objectif ?

Nous ne pouvons plus faire grandir en taille la manifestation principale, à l’AtraXion. Budgétairement, nous n’avons pas non plus les moyens de prendre des risques. De fait, nous grossissons en envergure. Nous cherchons des partenaires extérieurs qui œuvrent dans la culture populaire : le cinéma, avec Cinéma d’Aujourd’hui ; les arts numériques, avec l’espace Gantner ; ou la musique avec La Poudrière (le concert programmé ce jeudi a finalement été annulé, NDLR). L’idée est de construire une semaine thématisée sur le territoire en menant des actions culturelles, avant la convention. Nous sommes le navire amiral de la culture geek et nous ouvrons le pont supérieur à tous les autres acteurs.

Ce mardi soir, vous organisez, avec Cinéma d’aujourd’hui, la projection de Millenium actress…

La programmation est faite par Cinéma d’aujourd’hui. Ils nous font une série de propositions dans les films disponibles. Cette année, l’association nous a rapidement proposé ce film. L’an passé, nous avions projeté un film de Hayao Miyazaki. On aimait bien l’idée de rester dans la thématique des films d’animation. Millenium actress est le chef d’œuvre de Satoshi Kon, sorti en 2002. Cinéma d’aujourd’hui a intégré la projection dans sa programmation.

Vous avez aussi noué un partenariat avec l’espace Gantner…

"L’idée est de construire une semaine thématisée sur le territoire."
Stéphane Laurent
Président de la Necronomi'Con.

Les warm-up sont une nouveauté de la 2e édition de la Necronomi’Con. Mais cette année, vous organisez aussi un after, au mois de mars.

L’an passé, nous avons failli accueillir Brice Fournier, qui interprète Kadoc dans Kaamelott, le frère de Karadoc. Cela ne s’est finalement pas fait. Mais nous avons tissé des liens avec des salles, notamment le théâtre Louis-Jouvet. Cette année, on voulait donc faire 4 warm-up, avant la convention. Je suis depuis quelques temps l’humoriste suisse, au visage d’informaticien, Thomas Wisel. Je trouvais qu’il collait bien à l’esprit Geek. J’ai contacté son agent, mais il n’était pas disponible en janvier, car il file actuellement son spectacle. On a donc décidé de le faire plus tard et de s’inscrire dans sa tournée (ce sera le 27 mars, au centre culturel de la Pépinière, NDLR).

Avec le journaliste Marcus et le Roi de la Nuit comme guest stars, l’évènement acquiert une certaine notoriété…

Sur la billetterie, nous sommes sur un rythme similaire à celui de l’an dernier. L’engouement du public est aussi notable. Leur venue est une belle consécration. Cette année, nous sommes montés en compétences. Notre équipe compte désormais cinq bénévoles. Nous sommes perfectionnistes et nous voulons que tout le monde soit accueillis aux petits oignons.

Défilement vers le haut