Necrocomi’Con : le portrait geek de Stéphane Laurent

Stéphane Laurent, enseignant à l’IUT Belfort-Montbéliard et responsable de la licence professionnelle Mosel, tournée vers l’événementiel, est le président de la convention geek généraliste Necrenomi’Con, organisée à l’AtraXion les 3 et 4 février. Il s’est prêté, pour My Aire Urbaine, au jeu du questionnaire (malhonnête) de Proust, version geek. Une manière de découvrir que tout le monde a une part de geek en lui. Films, jeux vidéo, littérature, dessins animés, bandes dessinées, jeux de société, la culture geek brasse large et fait partie intégrante de la culture populaire. Un portrait haut en couleurs, pop où on apprend qu’il aime Star wars, Dragon Ball Z, les Boomerangs et les séries d’Arte. Et qu’il rêve d’avoir les griffes de Wolverine.

On commence doucement. Êtes-vous plutôt dessins animés ou bandes dessinées ?

Stéphane Laurent – BD… Je suis en train de lire Airborn 44 (Casterman, ndlr). J’apprécie le fait que ce soit hyper documenté.

Plutôt Comics ou Manga ?

Stéphane Laurent – Comics et j’apprécie autant les Marvel que les DC Comics. Quel personnage serais-je si je devais choisir ? Plutôt Wolverine, à cause de la barbe, mais aussi parce que j’ai toujours rêver d’avoir des griffes… (rire).

Êtes-vous super-héros ou super-vilain ?

Stéphane Laurent – Super-vilain… Mais je m’explique. Un film n’est réussi que si le méchant est réussi. Un film comme Dark Knight de Christopher Nolan (2008) est monstrueux car le méchant – en l’occurrence le Joker (interprété par Heath Ledger) – est monstrueux. Le personnage est exceptionnel.

Passons aux jeux de société. Plutôt jeux coopératifs ou chacun pour sa pomme ?

Stéphane Laurent – Les jeux coopératifs, esprit que l’on retrouve dans les escape game, c’est vraiment sympa et marrant. En ce moment, je joue pas mal à The Game.

Entre un bon tarot, un Zombicide et un Blanc-manger, coco, vous choisissez quoi ?

Stéphane Laurent Difficile de choisir. Les trois (rire)… Zombicide, j’aime beaucoup mais je n’y joue pas assez. Pendant les vacances de Noël, dans les soirées entre copains, j’ai beaucoup joué à Limite-Limite !

On va parler cinéma. Sabre laser ou baguette magique ?

Stéphane Laurent Sabre laser à mort. Je suis de la génération du Retour du Jedi (Star wars, épisode 6, sorti en 1983, ndlr) et d’Alien.

Star wars ou Star treck ?

Stéphane Laurent Star wars. On rêve tous de piloter le X-Wing Fighter de la résistance, avec ses ailes qui s’ouvrent et se déploient.

On continue dans l’univers Star wars. Êtes-vous plutôt Jedi ou Sith ?

Stéphane Laurent (Rire) Jedi. J’ai une âme de chevalier !

Vous aimez les films. Mais êtes-vous plutôt cinéphile ou série-vore ?

Stéphane Laurent Pas facile comme question… Je ne vais pas assez au cinéma pour dire que je suis cinéphile. Une chose est sûre, j’aime beaucoup les séries d’Arte. Mais ça, c’est mon côté prof !

Passons aux jeux vidéo. Super Mario ou Street Fighter ?

Stéphane Laurent Je dirais Medal of honor ! Et j’ai fait mes premières Lan (parties de jeux vidéo faites en réseau) avec Counter strike.

Seriez-vous plutôt Tomb raider ou Final fantasy ?

Stéphane Laurent – Pfiou… Je n’en sais rien du tout. J’ai arrêté les jeux vidéo car c’est trop addictif pour moi. Quand je recevais un jeu, j’étais capable de ne pas sortir de chez moi du week-end et de me dire, en me couchant à 4 h du mat’, « vivement que je me réveille » pour continuer…

On va regarder à présent votre identité numérique. Apple ou Microsoft ?

Stéphane Laurent – Les deux. J’ai un I Phone et un ordinateur fonctionnant avec Microsoft.

Snapchat ou messenger ?

Stéphane Laurent – J’ai les deux. J’aime bien Snapchat, mais je n’utilise pas vraiment le côté « story ».

Sur Instagram, vous êtes avec ou sans filtre ? Boomerangs ou Gifs ?

Stéphane Laurent – C’est clair que je suis sans filtre comme personne (éclat de rire). J’ai mon franc-parler. Les boomerangs ça me fait bien marrer. Mais je trouve que les questions sont bien orientées aussi !

Continuons avec les réseaux sociaux. Twitter ou Facebook ?

Stéphane Laurent – Twitter, j’essaie, mais je ne suis pas assez assidu. C’est chronophage. Mais c’est vraiment intéressant en termes d’informations et d’organisation des flux si on veut.

Pour finir… Lors d’une soirée à thème, c’est quoi votre déguisement geek ?

Stéphane Laurent – Je me déguise en Dragon ball Z. C’était complètement dingue ce dessin animé japonais !

Un événement Geek, généraliste

Créer une convention geek – que l’on nomme un Con, prononcé [Kone] – faisant référence à l’un des plus grands mystères de la littérature fantastique est sacrément bien joué ! Le Necronomicon est un ouvrage fictif que l’on aperçoit dans l’œuvre de l’écrivain américain Phillips Lovecraft, écrite dans la première moitié du XXe siècle. Cette référence inonde par la suite toute la littérature fantastique. Symbole du livre maléfique, on la trouve maintenant dans l’univers musical, les jeux vidéos, les BD… Dans toute la culture populaire en somme. Les étudiants qui ont lancé ce projet ont donc associé une référence culturelle en y glissant les codes de ces conventions geek, le fameux ‘Con. Et vous obtenez le Necronomi’Con ! Aujourd’hui, les conventions de ce type se multiplient (Paris, Toulouse, Grenoble, Bordeaux…). On trouve même, plus proche de nous, la SF Connexion de Turckeim, la convention Geek Unchained de Mulhouse ou encore Otak’Est à Pontarlier. Mais elles sont toutes ciblées relève Stéphane Laurent, le président de l’association qui porte ce projet. Le festival de Pontarlier est par exemple centré sur la culture pop’ japonaise. L’événement belfortain se veut donc rassembleur et généraliste. C’est surtout l’occasion de célébrer les 10 ans de la licence pro Mosel, avec des étudiants intervenant sur un événement concret lié à leurs études : l’organisation d’événementiels, tant sur le plan marketing, qu’organisationnel et la communication. « Et je trouve que ce genre d’événement colle bien à l’identité de l’Aire urbaine, sa signature numérique avec Numérica ou l’UTBM », relève aussi le président de l’événement. Et Belfort compte dans ses murs des boutiques dédiées à cet univers, en termes de jeux de société, des bandes dessinées, des librairies ou encore des bars de jeux vidéo… À terme, pourquoi ne pas imaginer carrément un évènement mettant en scène toutes les compétences enseignées à l’IUT Belfort-Montbéliard ? Parce qu’au final, cet univers semble bien toucher tout le monde.

  • Horaires : Samedi 3 février : 10h – 23h / Dimanche 4 février : 10h – 19h
  • Prix entrée : 9€ / Tarif réduit (étudiant/carte jeune) : 6€ / Forfait week-end : 11€ ; gratuit pour les moins de 12 ans
  • L’Atraxion : ZAC des près 90400 – ANDELNANS
  • Site web : necronomi-con.com
Ceci vous intéressera aussi
Confinement: les nouvelles règles à partir de ce samedi 28 novembre
La jauge de 8 m² dans les commerces devrait signer le retour des files d'attente, comme lors du premier confinement.

Le message des préfets du Doubs, du Territoire de Belfort et de Haute-Saône est le même à l'occasion de conférences Lire l'article

Ruée dans les commerces, disparités franco-suisses, fêtes de fin d’année : les 3 pièges sur la route du déconfinement
Les réveillons de fin d'année sont considérés comme des facteurs de risque pour la propagation du virus. Le gouvernement difusera des recommandations. Image par Alexas_Fotos de Pixabay

Le message est répété et décliné à l'envi par le gouvernement, les médecins, les préfets : ce n'est pas un Lire l'article

Téléchargez la nouvelle attestation dérogatoire
La nouvelle attestation entre en vigueur ce samedi.| © archives LeTrois - P.-Y.R.

La nouvelle attestation entre en vigueur ce samedi.| © archives LeTrois - P.-Y.R. A partir de ce samedi 28 novembre, Lire l'article

Le marché automobile limite la casse pendant ce confinement

Les immatriculations de voitures neuves ont chuté de 27% pendant le second confinement, contre 72% en mars et 89% en Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut