Les socialistes s’affrontent autour de Maude Clavequin

Nouveau rebondissement dans la candidature de Maude Clavequin à la mairie de Belfort. Le bureau national lui a retiré son investiture. Les socialistes du Doubs se sont réjouis de cette décision. Et Yves Ackermann, au nom de la fédération du Territoire de Belfort, est sorti de son silence pour lui donner son soutien. 

Nouveau rebondissement dans la candidature de Maude Clavequin à la mairie de Belfort. Le bureau national lui a retiré son investiture. Les socialistes du Doubs se sont réjouis de cette décision. Et Yves Ackermann, au nom de la fédération du Territoire de Belfort, est sorti de son silence pour lui donner son soutien. Le point (MAJ le 20/11/19, à 20h29).

Décidément, la candidature de Maude Clavequin à la mairie de Belfort à l’occasion des élections municipales de mars 2020, n’est pas un long fleuve tranquille. Le bureau national du Parti socialiste vient de lui retirer son investiture, attribuée le 1er octobre. Fin octobre, elle avait reçu le soutien du bureau exécutif national de La République en Marche.

« Depuis de longs mois, notre fédération travaille pour réaliser une union des gauches et des écologistes en vue des prochaines échéances électorales », évoque un communiqué de presse de la fédération socialiste du Doubs, qui salue cette décision du bureau national. « La construction de ces projets (…) n’est en aucun cas compatible avec la politique menée par le gouvernement LREM et le président Emmanuel Macron. (…) Nous assistons à un accroissement des inégalités sociales et à une paupérisation toujours plus importante sur nos territoires », insiste la section doubiste. Le communiqué de presse, au nom de la fédération socialiste du Doubs, a été envoyé par Magali Duvernois, première fédérale adjointe du Doubs. Elle est également attachée parlementaire du sénateur socialiste Martial Bourquin.

Yves Ackermann intervient

Toute la journée de mercredi, Maude Clavequin, également membre du bureau national du PS, est restée injoignable. En début de soirée, la fédération départementale du Territoire de Belfort est sortie de son silence. Mais pas n’importe comment. C’est Yves Ackermann, ancien président du conseil général du Territoire de Belfort, qui a volé au secours de la candidate. « La fédération départementale du Parti socialiste du Territoire de Belfort se désolidarise de la décision du bureau national », déclare Yves Ackermann dans un message. « Nous soutenons sans réserve et à une très large majorité la candidature de rassemblement de Maude Clavequin, écrit-il. En accord avec nos valeurs socialistes, nous défendons son projet ambitieux et novateur pour Belfort. »

De son côtés, le PS du Doubs regrette que Maude Clavequin se soit « toujours refusée à exprimer clairement son soutien aux candidats de la gauche unie et des écologistes y compris lorsqu’elle aborde la construction d’un pôle métropolitain Montbéliard-Belfort-Héricourt, préférant une alliance avec LREM à contre-courant de la politique prônée par le Parti socialiste ».  

Quelles sont les raisons de ces divisions ? Le soutien de Maude Clavequin, à l’échelle nationale, à Stéphane Le Foll et non à Olivier Faure qui a été élu premier secrétaire ? La proximité entre Maude Clavequin et le Montbéliardais Denis Sommer (LREM, ex PS), qui déplaît aux socialistes du Doubs, notamment Martial Bourquin? Yves Ackermann n’élude pas l’existence de contentieux locaux, mais tente de ramener le débat sur le terrain politique. « La situation est toujours critique à Belfort, en termes de gestion, glisse-t-il par téléphone. Il faut que le système clanique de Damien Meslot prenne fin. » Une nouvelle fois, il réitère une volonté de rassemblement, le plus largement possible.

Quid de Christophe Grudler

Concernant les rassemblements, le Modem de Christophe Grudler conditionnait son soutien à Maude Clavequin à sa démission de son poste de première fédérale. Si Maude Clavequin ne quitte pas son poste, « le MoDem saura faire face à ses responsabilités, pour ne pas abandonner ses électeurs », avait-il déclaré.
« Maude Clavequin n’a pas l’intention de quitter son poste », répond Yves Ackermann. Il note que des rencontres sont toujours programmées avec le député européen. « Il faut toujours ouvrir la porte aux dialogues », glisse-t-il. Ce vendredi, Christophe Grudler organise une réunion publique à la Maison du peuple. L’idée est d’y « émettre des propositions, tant sur les thèmes municipaux que sur la meilleure façon de construire un avenir meilleur pour Belfort », précise le communiqué. Mais surtout, ce sera « l’occasion pour les Belfortains de dire ce qu’ils pensent et comment ils voient les prochaines échéances pour notre ville. » Un air de campagne électorale ! 

« Je me suis permis d’intervenir, relève Yves Ackermann, car Maude est une fille brillante. Ils sont peu à bénéficier de sa vision de Belfort et de l’agglomération. Elle doit avoir sa chance. » Rassemblement ou non, Maude Clavequin semble aujourd’hui bien esseulée.

Défilement vers le haut