Le chômage à son plus bas niveau depuis 10 ans en Bourgogne-Franche-Comté

Les chiffres du chômage témoignent d’une importante inflexion en Bourgogne-Franche-Comté, en 2021. Ils atteignent leur plus bas niveau depuis 2011. Sur l’année 2021, le nombre de demandeurs d’emplois de catégorie A recule de 13,2 %.

Les chiffres du chômage témoignent d’une importante inflexion en Bourgogne-Franche-Comté, en 2021. Ils atteignent leur plus bas niveau depuis 2011. Sur l’année 2021, le nombre de demandeurs d’emplois de catégorie A recule de 13,2 %.

– 13,2 % ! En un an, le nombre de demandeurs d’emplois de catégorie A (inscrits tenus de rechercher un emploi, sans emploi), a diminué de 13,2 % en Bourgogne-Franche-Comté indiquent la direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Dreets) et Pôle emploi dans leur note sur les chiffres du chômage du 4e trimestre 2021.

Au 4e trimestre 2021, ce nombre a baissé de 6 % en Bourgogne-Franche-Comté, suivant une dynamique nationale (- 6,2 %). Le nombre de ces demandeurs d’emploi s’établit à 106 650 en Bourgogne-Franche-Comté au 4e trimestre 2021,  contre 122 850 au 4e trimestre 2020. Et la dynamique est particulièrement forte sur les catégorie A, car lorsque l’on regarde les demandeurs d’emplois des catégories A, B et C, leur nombre ne baisse « que » de 3,1 % sur le trimestre et de 5,1 % sur un an.

Dans la région, le recul est notable dans le Jura (- 16,6 % sur un an), en Côte-d’Or (-15,2 % en un an) et en Saône-et-Loire (- 14,6 % en un an). Le Doubs enregistre un recul des demandeurs d’emplois de catégorie A de 12,6 % entre le 4e trimestre 2020 et le 4e trimestre 2021, non loin de la tendance nationale, à – 13,2 %. Ce recul est moins marqué dans Territoire de Belfort, avec une baisse de 9,9 %, soit une différence de 3,3 points avec la dynamique nationale. Dans ce département, cela représente 820 demandeurs d’emplois de catégorie A en moins. C’est le département le moins dynamique de la région, avec la Nièvre (-9,4 %).

Dynamique moins favorable pour les plus de 50 ans

Le recul des demandeurs d’emploi de catégorie A est particulièrement marqué chez les moins de 25 ans. En un an, leur nombre a reculé de 17,9 % en Bourgogne-Franche-Comté (-18,8 % chez les hommes de moins de 25 ans), contre -9,3 % pour les plus de 50 ans. Les dynamiques entre hommes et femmes suivent sensiblement les mêmes courbes ; dans le Territoire de Belfort, le nombre de demandeurs d’emploi femmes de catégorie A recule, par contre, plus vite que les hommes, avec environ trois points de différence dans chaque catégorie d’âge (-16,7 % en un an chez les mois de 25 ans femmes contre -11,9 % chez les hommes, -11,7 % chez les 25-49 ans femmes contre -8,8 % chez les hommes, et -8,5 % chez les plus de cinquante ans femmes et -6,8 % chez les hommes).

Si il y a moins de demandeurs d’emplois de catégorie A âgés de moins de 25 ans au 4e trimestre 2021 par rapport au 4e trimestre 2011, ce n’est pas le cas des plus de 50 ans. Ils sont aujourd’hui plus nombreux, même si le pic de la dernière décennie a été observée en 2020, après le début de la crise sanitaire.

Hausse des démissions

Le nombre d’entrée à Pôle emploi ont logiquement diminué en un an. Le nombre d’entrées liées à un licenciement économique ont drastiquement baissé (-26,7 %), mais l’année 2020 avait été particulière avec la crise sanitaire, suivie de la crise économique. Par contre, on observe que les entrées, dans les catégories A, B et C, à Pôle emploi après une démission ont bondi : + 25,3 %. Et sur les sorties, on observe une forte hausse des radiations administratives : + 34,5 %. Ces dernières ne représentent toutefois que moins de 10% des sorties de Pôle emploi.

On observe aussi que les demandeurs d’emplois qui ont retrouvé un emploi étaient inscrits depuis moins d’un an à Pôle emploi. Alors le nombre de demandeurs d’emplois de catégorie A, B et C a reculé de 5,1 % en un an, le nombre de demandeurs de ces trois catégories inscrits depuis plus d’un an au chômage n’a baissé « que » de 3 %. Si ce nombre a quand même baissé depuis un an, on voit qu’il est beaucoup plus important qu’il y a 10 ans. S’il y avait environ 70 000 demandeurs d’emplois de catégorie A, B et C inscrit depuis plus d’un an à Pôle emploi au 4e trimestre 2011, ils sont plus de 100 000 au 4e trimestre 2021.

Ceci vous intéressera aussi
Héricourt : au centre Bretegnier, une plateforme novatrice pour réapprendre l’équilibre

La fondation Arc-en-Ciel vient d’investir dans son centre de médecine physique et de réadaptation Bretegnier, situé à Héricourt. Elle y Lire l’article

Boncourt : 118 Français concernés par la fermeture de British American Tobacco

Le cigarettier British American Tobacco (BAT) a annoncé fin octobre son intention de fermer son usine de Boncourt, en République Lire l’article

Belfort : la prime de la discorde au comité inter-entreprises des Trois-Chênes

Un mouvement de grève a été engagé au CIE des Trois-Chênes, qui gère les œuvres sociales des salariés de General Lire l’article

Le Belfortain Olivier Nasti élu chef de l’année de Gault et Millau

Olivier Nasti, chef du Chambard, en Alsace, a été élu cuisinier de l'année du guide gastronomique Gault et Millau, tandis Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal