Jeune homme tué par balle à Besançon : le tireur présumé interpellé

le tireur présumé Jeune homme tué par balle à Besançon, dimanche soir, a été interpellé lundi par la police.

Un homme de 23 ans suspecté d’avoir tué un jeune de 17 ans, dimanche soir dans le quartier sensible de Planoise à Besançon, a été interpellé lundi à la mi journée, a-t-on appris de source policière.

(AFP)

Un homme a été interpellé ce lundi après-midi, dans le quartier de Planoise, à Besançon. Il est suspecté d’être l’auteur des coups de feu de dimanche soir, qui ont tué un adolescent de 17 ans. mis à jour le 18/05/2020 à 17h40.

Un homme de 23 ans suspecté d’avoir tué un jeune de 17 ans, dimanche soir dans le quartier sensible de Planoise à Besançon, a été interpellé lundi à la mi journée, a-t-on appris de source policière.

Sa compagne, avec laquelle il s’était caché dans un appartement de Besançon, et trois autres personnes qui se trouvaient avec lui dans une voiture au moment de l’homicide ont également été placées en garde à vue, a précisé à l’AFP le procureur de la République de Besançon, Étienne Manteaux. Le suspect, un habitant du quartier Planoise est connu de la justice pour des faits de violence et des affaires de stupéfiants, selon une source policière.

D’après les premiers éléments de l’enquête de la police judiciaire, co-saisie avec la sûreté départementale, « il s’agirait plutôt d’un litige personnel », a relevé Étienne Manteaux. Une altercation verbale a eu lieu dimanche vers 19 h 30 entre la victime et un homme plus âgé au pied d’une barre d’immeubles, sur un lieu supposé de deal.

L’homme arrivé en voiture, à visage découvert et muni d’une arme de poing a tué la victime d’une seule balle dans le thorax avant de s’enfuir. « Le conducteur du véhicule ne savait pas du tout ce qu’il allait faire », a noté le procureur, « il est resté sur place, où il a été interpellé ». Selon Étienne Manteaux, « le mode opératoire ne ressemble pas du tout à ce qu’on a pu observer de novembre 2019 à mars 2020 à Planoise, ça fait plus penser à un motif personnel qu’à une guerre de clans ».

Le maire demande des renforts

La vie de ce quartier sensible a été rythmée entre novembre et mars par des affrontements armés entre bandes rivales pour le contrôle du trafic de drogue. Dans le cadre de ces règlements de compte, un jeune homme de 23 ans avait été tué de deux balles et son passager de 21 ans avait été grièvement blessé début mars à proximité du centre de Besançon. Le maire de la ville, Jean-Louis Fousseret (LREM), a indiqué lundi à l’Est Républicain qu’il avait demandé la venue de renforts supplémentaires de forces de l’ordre.

Le procureur de Besançon tiendra une conférence de presse mercredi, à l’issue de la garde à vue des personnes interpellées. La députée LREM du Doubs, Fanette Charvier, a de son côté écrit au ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, pour réclamer des « mesures pérennes et globales » afin de « lutter efficacement contre la mainmise des trafiquants de drogue et de garantir la sérénité du quartier au quotidien ».

Ceci vous intéressera aussi
Doubs : 5 membres de la famille de la jeune Bosniaque tondue expulsés vers Sarajevo
Les parents de la jeune Bosniaque tondue ont été expulsés.

Condamnés hier vendredi en première instance, les parents de la jeune femme ont été expulsés ce samedi matin. Les parents Lire l'article

Relaxe disciplinaire confirmée en appel pour l’avocat de Jonathann Daval
Me Randall Schwerdorffer

Me Randall Schwerdorffer était accusé de violation du secret professionnel. Me Randall Schwerdorffer| © photo profil Facebook (AFP) Me Randall Lire l'article

Besançon: un automobiliste condamné pour avoir délibérément percuté la terrasse d’un bar
Justice

Un automobiliste de 46 ans qui avait percuté la terrasse d'un bar en septembre à Besançon, sans faire de blessé, Lire l'article

Besançon : manifestation contre la « marchandisation » de la santé
Les manifestatnts réclamaient des moyens pour l'hôpital.

Les manifestants ont réclamé plus de moyens pour l'hôpital public. Les manifestants ont réclamé plus de moyens pour l'hôpital public. Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut