Indochine, Skrillex, Shaka Ponk et Gojira aux Eurockéennes de Belfort

Le groupe légendaire Indochine, le roi de l’électro Skrillex, le plus grand groupe de métal français Gojira, les rappeurs Orelsan et Lomepal et le show de Shaka Ponk seront aux Eurockéennes de Belfort, organisées du 29 juin au 2 juillet 2023, ont annoncé les organisateurs.
Les Eurockéennes de Belfort reviennent du 29 juin au 2 juillet 2023. | ©Le Trois – Sam Coulon
Le groupe légendaire Indochine, le roi de l’électro Skrillex, le plus grand groupe de métal français Gojira, les rappeurs Orelsan et Lomepal et le show de Shaka Ponk seront aux Eurockéennes de Belfort, organisées du 29 juin au 2 juillet 2023, ont annoncé les organisateurs.

Le festival prend une nouvelle vague. C’est l’affiche du festival, dévoilée en ce mois de décembre, qui l’indique. Et avec des couleurs chaudes. Réconfortantes. Retour à la photo pour le visuel du festival. Photo signée Gilles Frappier, affichiste bien connu du festival de Cannes. Avec les années Covid-19 et les intempéries de 2022, le festival veut repartir de l’avant. « On en a sous le pied », promet Jean-Paul Roland, le directeur. Sur les trois dernières années (2020, 2021, 2022) les Eurockéennes n’ont pu être ouvertes que deux jours sur les douze initialement prévus.

Pour cette édition 2023, la formule 4 jours avec « la même configuration » que celle de 2022 est reconduite. La soirée du dimanche est sortie de la formule classique, pour être consacrée à Indochine (lire notre article), qui vient pour la première fois aux Eurockéennes. 25 000 spectateurs pourront participer à ce concert. Le groupe, qui fête ses 40 ans, a suscité un énorme enthousiasme sur les réseaux sociaux des Eurockéennes, lors de l’annonce, fin novembre. « Cela balaie de 7 à 77 ans », image Kem lalot, le programmateur. On promet déjà « une grosse production », dixit Jean-Paul Roland, pour cette tournée des festivals d’Indochine. Ce show nécessite une préparation particulière de la scène, qui motive aussi de consacrer la soirée du dimanche.

Lomepal, Zola, Orelsan, Dinos

Les Eurockéennes font revenir l’un des plus grands artistes de l’électro, Skrillex, un peu en retrait ces dernières années. Il avait fait un show « phénoménal », en 2014, se souvient Kem Lalot. Le jeudi soir, il sera accompagné du phénomène britannique Wet Leg, du groupe ukrainien de métal Jinger et de Shaka Ponk, de la partie pour « un show décapant » en forme de tournée d’adieu. « C’est une programmation à énergie », promettent les organisateurs.

La scène rap n’est pas en reste dans cette première annonce, avec le phénomène Zola, qui a vécu plusieurs années à Lure (Haute-Saône), non loin de Belfort. « Il est en train d‘exploser », note Kem lalot. Le même soir, le vendredi, Orelsan fera son grand retour à Belfort, lieu où il a tissé un lien fort depuis 2009, avec une participation au festival hivernal Generiq. Le samedi, le rap mélancolique de Lomepal prendra place, pour montrer toute la diversité de la scène rap française. Scène rap qui sera complétée de Dinos.

La billetterie dès ce vendredi 16 décembre à 12 h

La billetterie de l’édition 2022 des Eurockéennes de Belfort ouvre à 12 h ce vendredi 16 décembre. Le pass journée est à 62 euros, le pass 4 jours à 190 euros (contre 204 euros l’an dernier). Un billet étudiant et pour les moins de 30 ans (via la carte avantage jeune) est à 49 euros pour la journée et à 125 euros pour les 3 jours. Le festival sera une nouvelle fois éligible au Pass culture. En 2022, 25 % des billets vendus l’avaient été à tarifs réduits.

Le plus grand groupe de métal français Gojira sera sur scène le samedi soir, alors que la veille, le phénomène Tic Toc de rock indépendant Surf case aura animé la presqu’île du Malsaucy. Il faudra aussi compter sur Yard Act, groupe post-punk anglais qui s’est fait connaître pour son verbe acerbe à l’égard de Boris Jonhson ; c’est le coup de cœur de Kem Lalot.

Les Eurocks ont aussi le projet de réinventer la scène de la Loggia, avec des focus pour lui donner un caractère « total » confie Jean-Paul Roland. La programmation est en construction, mais les organisateurs ont déjà dévoilé un temps autour du Shatta Bouyon, qui arrive directement des Antilles. « C’est la forme créole du Dance hall jamaïquain », explique le directeur. Et pour ne pas perdre l’ADN découverte du festival, Les Eurockéennes proposent une plongée dans l’univers islandais, grâce au groupe Sigur Ros, « un vrai ovni avant-gardiste », résume Kem Lalot, mélangeant dynamique post-rock et musiques traditionnelles, avec toujours de belles projections vidéos. « C’est tout un univers et la scène du Chapiteau s’y prête bien », indique-t-il. Cette édition des Eurockéennes de Belfort devrait accueillir une soixantaine de groupes. Quatorze viennent d’être dévoilés.

Empreinte carbone

L’inflation est observée dans le coût du festival, dont le budget avoisine 9,5 millions d’euros. Et l’enveloppe « inflation » est estimée « à 6 chiffres », indique Jean-Paul Roland. « Le festival coûte plus cher à fabriquer pour la même envergure », schématise-t-il, sachant que Les Eurockéennes assurent aussi des missions qu’elles ne faisaient pas auparavant, notamment autour de la technique. L’artistique pèse 25 % du budget, lui aussi touché par la hausse des cachets. « On ne va pas faire les Tartuffe, dénonce Jean-Paul Roland. Certains se plaignent, mais ils y participent. » Aux Eurockéennes, le budget artistique n’est pas extensible. Si l’on ouvre d’un côté, on ferme de l’autre indiquent les organisateurs. L’effet post covid-19, où l’on a pu se faire des fleurs, est terminé.

Sur l’édition 2022, en admettant qu’elle se soit tenue intégralement, les Eurockéennes ont calculé leur empreinte carbone. Selon le calcul, le festival émet 887 tonnes équivalent CO2, correspondant au vol aller-retour de 220 personnes, entre Paris et Pretoria (Afrique du Sud) ; les déplacements pèsent 69 % dans ce bilan. Le festival a travaillé à un plan d’actions. Il va encore renforcer leurs incitations à privilégier les mobilités douces – et notamment le train – pour venir au festival. Il va aussi regarder le dimensionnement des capacités d’énergies et une salariée vient d’être embauchée à temps plein pour s’occuper de cette question du développement durable au quotidien. Le festival veut aussi réduire la consommation de carburants fossiles, promouvoir les produits locaux, de saison, bio et frais et atteindre 50 % d’alimentation responsable. Les organisateurs se fixent l’objectif de réduire de 25 % la production de déchets par festivalier et d’augmenter à 70 % la part de déchets réutilisés, recyclés ou valorisés. « On fait de plus en plus attention », convient Kem Lalot. Même sur les artistes. Le festival agit avec « humilité », insiste Jean-Paul Roland, mais avec « détermination ».

L’édition 2024 maintenue

La ministre de la Culture a confirmé ce mardi que l’édition des Eurockéennes 2024 était maintenue (lire notre article). Un doute subsistait compte tenu de l’organisation des Jeux olympiques de Paris. Les organisateurs ne savent pas encore si ce sera le dernier week-end de juin ou le premier week-end de juillet. D’autres festivals vont devoir, par ailleurs, décaler leurs dates de programmation. Il risque donc d’y avoir quelques festivals organisés simultanément. Dès janvier, le festival et les autorités vont pencher sur l’organisation et les besoins en termes de sécurité. On cherche des solutions, notamment avec la police nationale et la police municipale.

Ceci vous intéressera aussi
FCSM : Charles Demouge dénonce des comportements de « voyous »

Il n’était pas à l’ordre du jour, mais le sujet du transfert du centre de formation et d’entraînement du FCSM Lire l’article

Mandeure : Mutares finalise l’acquisition de Peugeot Motocycles

La société allemande Mutares vient de finaliser son acquisition de Peugeot Motocycles, rachetée à l’Indien Mahindra. Elle prend le contrôle Lire l’article

Alstom : la tension monte à Belfort à la suite des négociations salariales

Les propositions de la direction nationale d’Alstom dans le cadre des négociations salariales passent mal auprès des salariés du constructeur Lire l’article

Gen-hy s’associe à Eiffage Énergie systèmes pour son usine d’électrolyseurs

Gen-hy et Eiffage Énergie systèmes s’associent et créent la société Gen-hy Cube, qui va porter l’usine de fabrication d’électrolyseurs créés Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal