« Il faut cliquer local » pour soutenir les commerçants

Ce nouveau confinement fragilise les commerces non-essentiels. Et il encourage une nouvelle fois la e-consommation. Mais les deux ne sont pas incompatibles. C’est le pari de Pays de Montbéliard Agglomération, qui accompagne la plateforme Mon comptoir local avec Numerica pour qu’elle puisse aider les commerçants locaux à être visibles sur la toile.

Ce nouveau confinement fragilise les commerces non-essentiels. Et il encourage une nouvelle fois la e-consommation. Mais les deux ne sont pas incompatibles. C’est le pari de Pays de Montbéliard Agglomération, qui accompagne la plateforme Mon comptoir local avec Numerica pour qu’elle puisse aider les commerçants locaux à être visibles sur la toile.

Le 29 avril, une entreprise de Brognard, HLP studio, a lancé la plateforme Mon comptoir local. L’objectif est de créer une « plateforme collaborative sur laquelle tous les commerçants, artisans et entreprises locales peuvent s’inscrivent et vendre leurs produits/services en ligne », expliquait à l’époque Baptiste Husson, responsable de l’innovation et du développement (notre article à l’époque). Le nouveau confinement, les polémiques autour de l’ouverture des commerces et l’enjeu autour des résultats financiers lors des fêtes de fin d’année obligent les commerces « à se réinventer », acquiesce Christophe Froppier, adjoint au maire de Montbéliard, en charge du commerce.

Même s’ils sont fermés, on peut toujours soutenir le commerce local sans encourager « les Gafa », poursuit l’élu. « Les gens, quand ils sont chez eux, ils cliquent. Donc, il faut qu’ils cliquent local », souligne-t-il. C’est l’esprit de l’initiative prise par Pays de Montbéliard Agglomération. Ils vont accompagner les commerçants à proposer leur catalogue de produits, en ligne, en leur fournissant une assistance avec Numerica pour s’inscrire sur la plateforme Mon comptoir local. L’idée est de « valoriser l’utilisation de cette plateforme locale de e-vente auprès des commerçants pour qu’ils y aillent », résume Didier Klein, vice-président de Pays de Montbéliard Agglomération. « Pour nous, il n’y a pas que l’alimentaire qui est essentiel », explique Charles Demouge, président de Pays de Montbéliard Agglomération, pour résumer les enjeux des commerçants avec les fêtes de fin d’année. « Nous sommes présents à leurs côtés, poursuit-il. Et l’idée était d’aller très vite. » La plateforme J’aide mes commerçants, où l’on peut acheter des bons d’achat, est également réactivée. La plateforme « devrait voir sa temporalité augmenter et son action démultipliée pendant le confinement », indique PMA.

Echop-covid-19 étendu

Le dispositif Echop, sur lequel on s’est appuyé, au printemps, pour aider les entreprises face aux échéances de loyer, est également poursuivi et étendu jusqu’au 31 décembre. L’aide au loyer est automatiquement accordée aux « demandeurs aidés du premier confinement, pour leur loyer du mois de novembre, sur la base des plafonds définis dans le règlement », indique PMA dans son dossier de presse. Il faut simplement envoyer sa quittance de novembre. Sur le premier confinement, 167 aides ont été validées ; une cinquantaine sont encore à l’étude. On estime qu’il y a entre 3 000 et 3 500 commerçants dans le pays de Montbéliard. Les commerçants et artisans sans activités lors de ce second confinement peuvent donc solliciter cette aide.

Avec Echop, PMA prend en charge 50 % de deux mois de loyer, avec un plafond de 1 000 euros pour les deux mois ; à prendre en compte entre janvier et juin pour le 1er confinement. « Afin de soutenir les entreprises, dont l’effectif est compris entre 6 et 10 salariés (hors apprentis), le conseil communautaire du 1er octobre a décidé de plafonner l’aide à 2 000 euros », rappelle PMA. Sont éligibles : les entreprises artisanales ou commerciales recevant du public dans le cadre d’un bail, pour un local commercial ou artisanal ; les entreprises de 0 à 10 salariés ou indépendants, accusant une baisse de CA mensuel d’au moins 50 % (avril 2020).

Dans le cadre de ces accompagnements, PMA avait aussi abondé à des fonds régionaux de soutien aux PME, à hauteur de 280 000 euros, notamment pour des avances remboursables.

Ceci vous intéressera aussi
L’histoire entremêlée du Jura suisse et de l’Aire urbaine Belfort-Montbéliard

Depuis le Moyen Age, l'Aire Urbaine et son voisin suisse possèdent une histoire commune. Cette proximité s'est renforcée depuis la Lire l'article

Nord Franche-Comté : les eaux de baignade sont de bonne qualité

L’Agence Régionale de Santé (ARS) déploie chaque année une surveillance sanitaire de la qualité de l’eau des zones de baignade. Lire l'article

CRRI 2000 renouvelle son comité directeur

Le fédérateur d'entreprises locales Crri 2000 a un nouveau comité directeur. | ©DR Bruno Selli a été élu président du Lire l'article

Déchets : les élus de Pays de Montbéliard Agglomération gardent leur usine d’incinération et rejettent le Sertrid

Les élus du conseil communautaire du Pays de Montbéliard Agglomération (PMA) ont décidé de rénover leur usine d’incinération pour traiter Lire l'article

Défilement vers le haut