« Guerre de territoire » entre trafiquants à Besançon : jusqu’à 10 ans de prison

Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Les membres d’un clan ayant participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue, entre novembre 2019 et mars 2020, dans le quartier Planoise à Besançon ont été condamnés jeudi en correctionnelle à des peines de 3 à 10 ans de prison.

(AFP)

Les membres d’un clan ayant participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue, entre novembre 2019 et mars 2020, dans le quartier Planoise à Besançon ont été condamnés jeudi en correctionnelle à des peines de 3 à 10 ans de prison.

Considéré comme le leader, Youssouf Abdou, 25 ans, a été condamné à 10 ans, la peine maximale qu’il encourait. « Le tribunal a estimé que vous étiez le dirigeant principal de ce groupement et que vous faisiez le lien entre tous les protagonistes », a expliqué le président du tribunal correctionnel de Besançon, Guillaume de Lauriston. Son frère, Omar Abdou, 27 ans, a lui aussi été condamné à 10 ans de prison, le tribunal ayant « la conviction » qu’il est « un trafiquant de stupéfiants ». Récidiviste, il encourait 20 ans. Il a été relaxé des faits d’association de malfaiteurs pour les fusillades.

Depuis lundi, sept prévenus de 23 à 30 ans étaient jugés pour « association de malfaiteurs », « trafic de stupéfiants » et « violences volontaires aggravées, en réunion et avec arme ». Quatre autres prévenus ont été condamnés à des peines allant de 3 à 9 ans de prison, le dernier étant totalement relaxé, comme le réclamait son avocate, Me Ornella Spatafora.

Onze blessés et un mort

L’avocate avait souligné que son client n’était cité par aucun des autres protagonistes dans les écoutes téléphoniques conduites par les policiers. Pendant les débats, deux des prévenus ont reconnu partiellement les faits, les autres affirmant ne pas être impliqués. Le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, avait requis mercredi de 5 à 15 ans de prison à leur encontre.

Par ailleurs, huit mineurs membres présumés de ce clan seront prochainement jugés devant le tribunal pour enfants et dix « petites mains » le seront lors d’un procès ultérieur. Entre novembre 2019 et mars 2020, deux bandes rivales, deux clans s’étaient affrontés pour le contrôle du trafic de stupéfiants dans ce quartier de reconquête républicaine (QRR).

Cette guerre de gangs avait donné lieu à 18 épisodes d’échanges de coups de feu, faisant onze blessés au total dans les deux camps, dont des mineurs, et un mort de 23 ans. L’enquête portant sur cet homicide est toujours en cours. Les membres présumés du deuxième clan seront jugés lors d’un procès distinct à l’automne. Au total, 57 personnes ont été mises en examen dans cette affaire qui a fortement ébranlé les 20.000 habitants du quartier populaire de Planoise.

Ceci vous intéressera aussi
Besançon lance un « fraudomètre » pour lutter contre la fraude dans les transports

Besançon a lancé cette semaine un système innovant expérimenté sur deux lignes de bus, un "fraudomètre" qui "vise à transformer Lire l'article

Du fournil au marché dominical, le « boulanger humaniste » de Besançon entre en campagne

Stéphane Ravacley, le "boulanger humaniste" de Besançon est entré officiellement en campagne, celle des législatives de juin.

Jonathann Daval condamné en appel à 160 000 euros de dommages-intérêts
Jonathann Daval procès novembre Vesoul

La cour d'appel de Besançon a confirmé vendredi la condamnation de Jonathann Daval, qui purge une peine de 25 ans Lire l'article

Belfort : des enseignants du Courbet dénoncent la désorganisation liée à la réforme du lycée

Des enseignants du lycée Gustave-Courbet, à Belfort, ont publié une lettre ouverte adressée à la rectrice académique pour dénoncer la Lire l'article

Défilement vers le haut