General Electric : la direction re-convoque la réunion le 21 juin

La réunion R1 lançant le plan de restructuration dans l’entité turbines à gaz de General Electric, à Belfort, devait se tenir ce lundi 17 juin. Près de 1 000 salariés ont pu empêcher sa tenue. La direction la re-convoque dans quatre jours.

À la suite de l’annulation de la réunion R1, ce lundi matin, qui devait lancer la procédure du plan de restructuration dans l’entité turbines à gaz à General Electric, la direction belfortaine a annoncé le report de cette réunion à vendredi 21 juin. « Cette procédure d’information-consultation devait être lancée aujourd’hui (lundi 17 juin, NDLR), explique un porte-parole de General Electric, avant de préciser : La direction devait présenter les motifs économiques et financiers [de ce plan de restructuration], présenter les mesures d’accompagnement proposées et les diversifications. »

Cette démarche visait, selon ce même porte-parole, « à baisser autant que faire se peut les conséquences sur l’emploi ». La direction de General Electric rappelle qu’elle souhaite « engager des discussions constructives avec les représentants du personnel » dans l’unique but « de retrouver de la compétitivité à Belfort ».

Des plans sociaux en Suisse

Le géant américain a également annoncé, ce lundi 17 juin, la suppression de 450 emplois à Birr et Baden (Argovie) en Suisse, apprend-t-on dans la presse helvétique. En juin 2018, un plan social de 1 200 suppressions de poste avait également été annoncé en Suisse. À cette époque, General Electric annonçait près de 4 500 suppressions de poste en Europe.

La réunion organisée en dehors de Belfort ?

La direction de General Electric, qui ne souhaite pas s’exprimer directement, reste sur ses arguments initiaux : les difficultés du marché des turbines à gaz. Un argument battu en brèche depuis plusieurs semaines par l’intersyndicale. Même le gouvernement français ne le reprend plus.

La forte mobilisation des salariés à proximité du site de la réunion a permis à l’intersyndicale de remporter « une bataille », comme elle l’a rappelé. Selon nos informations, il n’est pas certain que la réunion de vendredi soit convoquée sur le site de General Electric. Elle pourrait être délocalisée. La direction n’a pas voulu répondre à cette question de la localisation. Plusieurs sources évoquent le site de la JonXion, à proximité de la gare TGV.