Fusillades à Besançon: marche blanche en hommage à Houcine, « victime collatérale »

Marche blanche en mémoire de Houcine Hakkar à Besançon

Le jeune homme de 22 ans a été tué début mars. Son passager, qui était visée par les assaillants, a été grièvement blessée.

(AFP)

Le jeune homme de 22 ans a été tué début mars. Son passager, qui était visée par les assaillants, a été grièvement blessée.

 

« Nous voulions à la fois rendre hommage à Houcine », victime « collatérale » et « innocente », et « dire que ces violences doivent cesser », a déclaré à l’AFP Nadia Hachémi, 54 ans, cousine du jeune homme victime de l’un des multiples règlements de comptes qui minent la ville depuis des mois. La marche, autorisée par la préfecture et organisée par les proches de ce jeune mécanicien de 22 ans, s’est déroulée dans l’après-midi dans le quartier de Planoise, théâtre depuis près d’un an d’une violente guerre de territoire entre trafiquants de drogue. La marche devait être initialement organisée en mars, mais le confinement a contraint les organisateurs à la repousser, a précisé Mme Hachémi.

Une douzaine de blessés de 14 à 31 ans, en plus de la mort de Houcine Hakkar

Les faits remontent au 8 mars. Houcine Hakkar circulait avec un passager dans les rues de Besançon, lorsqu’il a été pris en chasse par un véhicule dont les occupants ont ouvert le feu sur le sien. Houcine, qui devait fêter ses 23 ans le lendemain, avait été mortellement atteint par plusieurs balles, tandis que son passager, manifestement la personne recherchée par les assaillants, avait été grièvement blessé.
Cette fusillade est liée « à la série quasi ininterrompue de violences et de tentatives d’assassinats constatées depuis le 21 novembre 2019 » à Planoise, quartier dit « de reconquête républicaine » de l’ouest de Besançon, où vivent 20 000 habitants, avait alors indiqué le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux.
Pour l’heure, une trentaine de personnes, dont des mineurs, ont été interpellées dans l’enquête sur ces violences, la plupart étant écrouées. Elles sont suspectées d’appartenir à deux équipes rivales qui ont multiplié les fusillades pour tenter de s’arroger le contrôle du marché de la drogue à Planoise.
Outre la mort de Houcine Hakkar, ces règlements de comptes ont fait une douzaine de blessés, âgés de 14 ans à 31 ans.

Ceci vous intéressera aussi
Alain Fousseret, l’écologie en partage

C’est un pionnier de l’écologie politique qui s’en est allé subitement. Alain Fousseret, ancien vice-président du conseil régional Franche-Comté, est Lire l’article

La pive, cette monnaie locale qui se développe dans le Territoire de Belfort

Redonner du sens à l’économie. Promouvoir une économie locale et circulaire. C’est le but de la pive, une monnaie locale Lire l’article

Les Fake news : la construction d’une autre réalité [vidéo]

Les Fake news inondent nos réseaux à une échelle jamais vu et avec une rapidité qu’il est très difficile de Lire l’article

40 communes du nord Franche-Comté ont un fort potentiel radon dans leur habitat

Le pôle métropolitain, après une étude de l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, propose aux communes potentiellement soumises à Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal