Covid-19 : les chiffres de l’épidémie en Bourgogne-Franche-Comté

Le respect des gestes barrières est un moyen efficace de lutter contre le virus.

Le point hebdomadaire de l’agence régionale de santé (ARS) révèle des situations disparates à l’échelle de la région Bourgogne-Franche-Comté. Le virus circule toujours et 6 départements sont toujours en alerte.

Le point hebdomadaire de l’agence régionale de santé (ARS) révèle des situations disparates à l’échelle de la région Bourgogne-Franche-Comté. Le virus circule toujours et 6 départements sont toujours en alerte.

« Les hôpitaux s’approchent du seuil au-delà duquel ils seront contraints de déprogrammer des interventions non urgentes pour faire face. » L’agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté avertit que l’épidémie commence à peser de nouveau sur les services hospitaliers de la région Bourgogne-Franche-Comté, à la suite de l’accélération de la circulation du virus observée ces dernières semaines.

Cependant, la situation est contrastée. Certes, six départements sont toujours en alerte. Mais les dynamiques ne sont pas équivalentes. L’incidence la plus élevée est toujours enregistrée en Côte-d’Or, avec 110 cas pour 100 000 habitants (150 pour 100 000 habitants dans la métropole de Dijon). L’Yonne et la Saône-et-Loire sont toujours au-dessus du seuil d’alerte. Le Doubs reste également au-dessus du seuil d’alerte, « avec [toutefois] une incidence qui se stabilise ces derniers jours à moins de 60/100 000 habitants », indique l’ARS. Il était à 70 cas pour 100 000 habitants la semaine dernière. Le taux de positivité s’établit encore à 3,5 %.

Dans le Territoire de Belfort, « l’incidence s’établit ces derniers jours autour de 30/100 000 habitants », annonce l’ARS. Elle était de 40 cas pour 100 000 habitants la semaine dernière et de 56 la semaine d’avant, après s’être rapidement dégradé. Du 22 au 28 septembre, le taux de positivité dans le Territoire de Belfort s’établit à 2,02 %.

7 patients à l’hôpital Nord-Franche-Comté

Actuellement, « les établissements de santé de Bourgogne-Franche-Comté prennent en charge 121 patients atteints de formes graves du coronavirus, dont 29 en réanimation, ce qui représente près de 15% des capacités régionales normales de réanimation », informe l’agence régionale de santé. « La moyenne des hospitalisations (11 par jour, entre 2 et 3 par jour en réanimation) confirme l’accélération significative du rythme de l’épidémie », observe-t-elle.

À l’hôpital Nord-Franche-Comté, 5 patients touchés par la covid-19 sont accueillies dans les unités conventionnelles des maladies infectieuses. Deux sont en réanimation. La semaine dernière, cinq personnes étaient en réanimation et quatre en unité conventionnelle. Des données qui semblent confirmer une stabilisation dans le Territoire de Belfort et le Doubs. Cependant, la semaine dernière, les médecins de l’hôpital Nord-Franche-Comté craignaient une progression forte des hospitalisations, notamment pour les plus de 65 ans, à 15 jours.

Depuis le début de la crise sanitaire, au mois de mars, Santé publique France recense 1 086 décès en milieu hospitalier et 657 en établissements médico-sociaux en Bourgogne-Franche-Comté. 4 306 retours à domicile après hospitalisation sont par ailleurs répertoriés. « Chacun a le pouvoir d’agir pour faire en sorte que le virus circule moins et ait donc moins d’occasions de toucher les plus fragiles », rappelle l’agence régionale de santé.

Ceci vous intéressera aussi
Le Territoire de Belfort perd désormais des habitants
L'Insee vient de publier les chiffres de son dernier recensement. Image par Keith Johnston de Pixabay

La Bourgogne-Franche-Comté ne gagne plus d'habitants et sa population reste stable. Le Territoire de Belfort quant à lui connaît une Lire l'article

Covid-19 : les 20 premiers établissements où vont commencer les vaccinations dans la région
Le vaccinations vont commencer dans les quinze premiers jours de janvier dans une vingtaine d'établissements.

La vaccination contre le covid va démarrer dans les quinze premiers jours de janvier dans une vingtaine d'établissements de Bourgogne-Franche-Comté. Lire l'article

L’inquiétude de l’ARS de Bourgogne-Franche-Comté à la veille du Nouvel An

Alors que la situation est « très défavorable », l'agence régionale se montre inquiète lors de son bilan mensuel et appelle à Lire l'article

Le docteur Mohamed Si Abdallah nommé directeur adjoint de l’ARS
Le docteur Mohamed Si Abdallah, nommé directeur général adjoint de l'agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté.

Le docteur Mohamed Si Abdallah, directeur général adjoint de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté. | ©ARS BFC Le docteur Mohamed Si Abdallah a Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut