Covid-19 : avec 64 cas à l’hôpital nord Franche-Comté, « la situation reste gérable »

préfet Belfort David Philot

Pour le préfet du Territoire de Belfort, les réorganisations mises en place pour faire face à la crise portent leur fruit à l’hôpital. De même, les masques sont arrivés ou arrivent et les Terrifortains font plutôt preuve de civisme face au confinement. Les trois points à retenir de son premier point presse (par audio-conférence) depuis le début du confinement.

16 cas en réanimation

Ce lundi après-midi, le préfet du Territoire de Belfort, David Philot, fait état de 64 personnes hospitalisées pour le covid-19, dont 16 cas en réanimation. Une situation qui, selon lui, reste à ce jour gérable, en raison de la réactivité de l’hôpital en termes d’adaptation et de réorganisation de ses services pour faire face à l’arrivée de l’épidémie dans le nord Franche-Comté. Une anticipation rendue possible grâce au décalage dans le temps avec nos voisins alsaciens. Le préfet salue aussi la coordination mise en place avec les opérateurs privés, et notamment la clinique de la Miotte à Belfort. « À ce stade, les capacités d’accueil n’appellent pas une alerte forte », indique le préfet.

Il indique aussi que l’hôpital a reçu ce week-end une dotation importante de masques. De même, les pharmacies ont été livrées en milieu de semaine dernière en masques destinés aux médecins. David Philot salue au passage la mobilisation des entreprises qui ont collecté ou déstocké du matériel « par millier ». Quant aux policiers, qui avaient menacé de se retirer faute de masques, il indique qu’une dotation leur a été attribuée, destinée à être utilisée en cas de suspicion de coronavirus lors d’un contrôle ou d’une intervention. « À ce stade, les policiers sont au travail avec un grand sentiment du devoir », a-t-il souligné. En termes d’anticipation, un plan de mobilisation des hôtels et des taxis a été mis sur pied à destination des personnels soignants, mais il n’a pas été nécessaire à ce jour de l’activer.

200 PV depuis le début du confinement

Côté mesures de confinement, le préfet du Territoire de Belfort se montre plutôt satisfait du civisme des Terrifortains. 200 PV ont été dressés dans le département depuis le début du confinement, ce qu’il juge acceptable. D’autant qu’il nourrissait quelques craintes pour le week-end dernier, raison pour laquelle il a pris un arrêté jeudi pour interdire les accès aux forêts, chemins de randonnées et autres espaces de loisirs (arrêté complété par ceux des municipalités ou du Département pour l’accès à l’étang des Forges ou au Malsaucy).

« Nos citoyens se sont bien approprié le dispositif », estime-t-il à l’issue du week-end. Si bien que l’instauration d’un couvre-feu, comme à Mulhouse depuis ce lundi, n’est pas d’actualité. Mais, « je m’adapterai en cas de dérives », prévient-il.

76 entreprises ont fait des demandes d'activité partielle

Il estime également que les entreprises se sont bien approprié les dispositifs mis en place par le gouvernement. Dans le département, 76 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, ce qui représente un peu plus de 1 000 personnes. Une cinquantaine de demandes de différés de paiements fiscaux ou de charges ont également été faits.

Le préfet insiste sur la nécessité de se préparer d’ors et déjà à une reprise de l’activité : « Il faut préparer la reprise en veillant à préserver les ressources pour le faire », explique-t-il. Plusieurs entreprises se sont vues prélever leurs charges par l’Urssaf, alors même qu’elles avaient fait la demande de report. Le couac, « sans doute dû à une période de rodage » a été résolu avec les banques qui ont annulé les prélèvements. Quant au dilemme qui se pose entre rester confiné et travailler, le préfet souligne l’importance de préserver une activité économique, non seulement par le télétravail, mais aussi sécuriser les activités vitales : la livraison des produits pharmaceutiques tout comme l’eau, l’assainissement, le ramassage des ordures ménagères. « Beaucoup de responsables se posent la question de maintenir une activité pour être présents sur le marché, tout en veillant à la protection des salariés. Cela va très vite pour s’arrêter, mais il n’est pas sûr que cela aille aussi vite pour redémarrer », prévient-il.

Ceci vous intéressera aussi
Belfort : un nouvel espace au commissariat pour « garantir la dignité » des victimes de violences
Le commissariat de police de Belfort a aménagé un nouvel espace pour accueillir les victimes de violences graves, notamment les femmes, particulièrement touchées par les violences conjugales.

Le commissariat de police de Belfort a aménagé un nouvel espace pour accueillir les victimes de violences graves, notamment les Lire l'article

Covid-19 : les restaurants de Suisse romande rouvrent à partir du 10 décembre

Les gouvernements des cantons de Vaud, Neuchâtel, Fribourg, Genève  et Jura ont décidé conjointement la réouverture des restaurants dès le Lire l'article

Belfort : six mois avec sursis pour avoir menacé de mort le préfet
Tribunal de Belfort / palais justice / tribunal judiciaire

Une restauratrice a été condamnée à six mois de prison avec sursis pour avoir menacé de mort le préfet du Lire l'article

Covid-19 : « Nous ne sommes pas déconfinés », met en garde l’hôpital

Si la situation sanitaire s’améliore, la pression reste importante sur l’hôpital Nord-Franche-Comté. L’assouplissement du confinement inquiète les soignants. Une balade Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut