Coronavirus: information judiciaire ouverte à Belfort après le décès d’une aide-soignante à l’Ehpad de Valdoie

L'administration provisoire est prolongée jusqu'au 6 août à l'Ehpad de la Rosemontoise

Le parquet de Belfort a ouvert une information judiciaire pour « homicide involontaire » après le décès d’une aide-soignante qui avait contracté le nouveau coronavirus alors qu’elle travaillait à l’Ehpad La Rosemontoise à Valdoie.

(AFP)

Le parquet de Belfort a ouvert une information judiciaire pour « homicide involontaire » après le décès d’une aide-soignante qui avait contracté le coronavirus alors qu’elle travaillait à l’Ehpad La Rosemontoise à Valdoie.

Le parquet de Belfort a ouvert une information judiciaire pour « homicide involontaire » après le décès d’une aide-soignante qui avait contracté le nouveau coronavirus alors qu’elle travaillait dans un Ehpad, a indiqué jeudi l’avocat de sa famille. Deux soeurs de Patricia Boulak, 53 ans, qui travaillait depuis 1989 à l’Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) La Rosemontoise, à Valdoie près de Belfort, avaient déposé plainte contre X pour homicide involontaire, mise en danger de la vie d’autrui et non assistance à personne en péril.

« Cette information judiciaire va totalement dans le sens de notre plainte » et « va nous permettre d’apprécier les diverses responsabilités tant sous l’angle des soignants que des résidents », a déclaré à l’AFP Me Fabien Arakélian, qui défend également le fils d’un résident de cette maison de retraite mort du coronavirus. Les motifs retenus sont ceux « d’homicide involontaire par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence » et « d’abstention volontaire des mesures destinées à combattre un sinistre dangereux pour les personnes », qui visent tant la personne physique que la personne morale, a-t-il précisé. « C’est une étape procédurale extrêmement importante, au sein de laquelle on va pouvoir être actifs, avoir accès au dossier et faire des demandes d’actes. C’est l’avant-dernière étape avant le procès », a souligné l’avocat.

L’Ehpad La Rosemontoise, où une trentaine de résidents sont décédés du Covid-19, a été placé le 6 avril sous administration provisoire par l’Agence régionale de santé (ARS) et le conseil départemental du Territoire de Belfort en raison de dysfonctionnements dans la mise en place des mesures de protection sanitaires. Selon Me Arakélian, qui défend plus d’une trentaine de familles de résidents d’Ehpad morts du virus, la plainte de la famille de Patricia Boulak est la première en France concernant le décès d’une aide soignante des suites du Covid-19.

Ceci vous intéressera aussi
Agriculture : vents contraires pour les circuits courts dans le pays de Montbéliard

Avec la fermeture de Coeur Paysan à Sochaux, c’est un marché promis à 2 millions d’euros de chiffre d'affaires par Lire l’article

Le poids croissant de la France dans le déploiement de l’hydrogène

L’Europe et la France tirent leur épingle du jeu dans l’innovation liée à l’hydrogène. Les laboratoires publics français dominent même Lire l’article

Le chômage baisse de 6,9 % en 2022 en Bourgogne-Franche-Comté

Les chiffres du chômage continuent de s’améliorer en Bourgogne-Franche-Comté. La tendance à la baisse se confirme. Elle est toutefois moins Lire l’article

Hydrogène : Bruno Le Maire attendu sur le futur site de McPhy

Les travaux de la futur gigafactory de McPhy sont bien lancés. La construction sera menée par le groupe GSE. Bruno Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal