Centre mobile de vaccination : la gauche vent debout contre Florian Bouquet

Jeudi dernier, les élus du conseil départemental du Territoire de Belfort ont approuvé, à l’unanimité, une motion dénonçant l’arrêt « prématuré » du centre mobile de vaccination. Ce mardi, Le Trois publiait le contenu d’une lettre du préfet mettant en valeur des contradictions du discours de Florian Bouquet, président du Département. Ce mercredi, l’opposition monte au créneau et dénonce une « tromperie ».

« C’est avec stupéfaction que nous avons, élus du groupe d’opposition, appris par voie de presse la tromperie du président du Conseil départemental dans l’annonce de l’arrêt du Centre de vaccination mobile contre la covid-19 », écrivent les élus d’opposition de la gauche républicaine au conseil département, dans un communiqué de presse, publié ce mardi en fin d’après-midi.

À la suite de l’approbation d’une motion (notre article), à l’unanimité, jeudi, des élus du conseil départemental contre la fermeture « prématurée » du centre mobile de vaccination, le préfet du Territoire de Belfort a replacé quelques faits dans un courrier adressé à Florian Bouquet, président du conseil départemental. Un courrier que Le Trois a pu consulter. Dans le courrier (notre article ici), le préfet indique qu’une demande de fermeture avait été formulée en mars par Florian Bouquet, mais aussi la semaine précédente le vote de la motion. Il avait indiqué dans son courrier que Florian Bouquet lui avait rappelé « la charge organisationnelle pesant sur [les] équipes ». Le préfet indique également dans le courrier qu’aucune décision n’a été prise pour le moment sur l’avenir du centre mobile de vaccination. « Nous nous interrogeons sur la fiabilité du président du département qui, prenant une décision scandaleuse au regard de la situation sanitaire, n’hésite pas à manipuler l’opinion sur un sujet aussi grave que celui de la santé des habitants », écrivent les six élus.

L’opposition soutient le maintien jusqu’à l’automne

Contacté, le président du Département « ne veut pas entrer dans une polémique ». Il soutient qu’on lui a évoqué la date du 7 mai comme la fin d’approvisionnement en doses de vaccin du centre de vaccination. Il « déplore » donc toujours une décision « prématurée ». S’il est conscient que le centre n’a pas vocation à vacciner les publics plus jeunes, Florian Bouquet estime « que le travail n’est pas achevé » car seulement « 42 % » des plus de 70 ans sont vaccinés dans le département. Et de préciser que si le centre ferme, il sera difficile de le rouvrir. Il indique également avoir demandé au préfet le « maintien » de ce service, « d’autant plus que le centre de vaccination de Giromagny va fermer pour cause de travaux », indique-t-il au Trois. Selon nos informations, le centre de vaccination mobile coûte 40 000 euros par mois à la collectivité, notamment en ressources humaines.

Le préfet propose, dans son courrier, de contractualiser un « engagement durable », « jusqu’au mois d’octobre ». « Nous soutenons cette proposition de bon sens permettant de maintenir l’effort de vaccination au service de la santé de tous », écrivent les élus de la gauche républicaine. Florian Bouquet est aussi favorable à cette idée. Il maintiendra ouvert le service « aussi longtemps que le préfet voudra bien me fournir [en doses] », indique-t-il, précisant qu’il serait heureux « si le service est pérennisé ».

« Au moment où toutes nos forces doivent être consacrées à la sortie de la crise sanitaire et anticiper la crise sociale qui arrive, il est indispensable que le Département travaille en toute confiance avec les services de l’État et au service de tous les habitants du Territoire de Belfort », terminent Bastien Faudot, Samia Jaber, Guy Miclo, Isabelle Mougin, Christian Rayot et Sylvie Ringenbach, les élus de la gauche républicaine.

Ceci vous intéressera aussi
Sochaux : négociations salariales à haut risque pour Stellantis

Les négociations salariales obligatoires débutent ce jeudi 1er décembre, à Stellantis. Les attentes des salariés sont énormes, notamment avec les Lire l’article

Deux LRU du 1er régiment d’artillerie de Bourogne envoyés en Ukraine

Deux lance-roquettes unitaires (LRU) appartenant au 1er régiment d’artillerie de Bourogne ont été réceptionnés par l’armée ukrainienne, ce mardi, a Lire l’article

Alstom fait rouler une locomotive complètement autonome

Le constructeur ferroviaire Alstom a fait rouler mardi une locomotive de manœuvre complètement autonome lors d'un essai aux Pays-Bas, avec Lire l’article

Héricourt : au centre Bretegnier, une plateforme novatrice pour réapprendre l’équilibre

La fondation Arc-en-Ciel vient d’investir dans son centre de médecine physique et de réadaptation Bretegnier, situé à Héricourt. Elle y Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal