Belfort : Damien Meslot réélu maire par le conseil municipal

Damien Meslot a été réélu maire de Belfort lors du conseil municipal du 3 juillet 2020.

Le conseil municipal d’installation de la nouvelle majorité, issue du scrutin du 28 juin 2020, s’est tenu ce vendredi 3 juillet. Les conseillers municipaux ont élu Damien Meslot maire de Belfort pour les six prochaines années. On a assisté aux premières passes d’armes.

Le conseil municipal d’installation de la nouvelle municipalité, issue du scrutin du 28 juin 2020, s’est tenu ce vendredi 3 juillet. Les conseillers municipaux ont réélu Damien Meslot maire de Belfort pour les six prochaines années. On a assisté aux premières passes d’armes. Reportage.

19 h. Salle Olivier-Barillot, de l’annexe de l’hôtel de ville de Belfort. Les 43 nouveaux conseillers municipaux, élus à l’occasion des élections municipales 2020, observent une minute de silence. Une minute de silence en la mémoire de Louis Souvet, ancien maire d’Exincourt et de Montbéliard, ancien sénateur du Doubs, mort lundi 29 juin à l’hôpital Nord-Franche-Comté. Un instant solennel, avant de débuter le nouveau mandat de la majorité menée par Damien Meslot. Et de donner le ton des 6 prochaines années.

L’élection du maire de Belfort débute à 19 h 06, à bulletins secrets. Un seul candidat se présente. « J’ai l’honneur de vous présenter la candidature de notre tête de liste et maire sortant Damien Meslot », indique à ce sujet Ian Boucard. 19 h 20, Damien Meslot est élu, avec 34 voix pour, 7 blancs et 2 nuls.

« Crise démocratique »

« Je veux être au service de tous les Belfortains », assure Damien Meslot, après avoir reçu son écharpe de maire. Et garantit également vouloir « laisser aucun Belfortain dans la difficulté ».  Rapidement, Damien Meslot rappelle les grandes lignes de son programme, disant notamment vouloir être plus engagé « pour l’environnement ». Il évoque la création de nouvelles pistes cyclables, le développement de l’énergie hydrogène ou encore l’agrandissement du square Lechten, avec 1 000 m2 supplémentaires. Il évoque également « une ville encore plus sûre » et sa volonté de faire de Belfort « une ville plus attractive et plus dynamique », mettant l’accent sur l’accueil de nouvelles entreprises et la création d’emplois. Il évoque l’Aéroparc de Fontaine, la promesse de 1 500 emplois sur ce site, sans évoquer le nom Amazon. Des compétences attachées au Grand Belfort, dont il devrait être le président ; l’élection est prévue lundi soir.

« Le niveau historique des abstentions a marqué l’élection municipale », relève pour sa part Mathilde Nassar, pour la liste d’opposition 2020 en commun, arrivée en 2e position dimanche soir. Elle parle de « crise démocratique ». Elle promet  d’être « le plus près des habitantes et des habitants, de leurs interrogations, de leur vécu, pour faire remonter ces données dans un esprit constructif au conseil municipal ».

Elle demande, pour faciliter le travail, d’avoir accès « suffisamment en amont à l’information, au contenu des dossiers et des projets ». L’élue d’opposition a voulu ensuite passer directement la parole à son partenaire René Schmitt… Damien Meslot d’intervenir. C’est lui qui « distribue la parole », rappelle-t-il en responsable de la police de l’assemblée.  

Penser nord Franche-Comté

Samia Jaber, pour Belfort en Grand, liste d’opposition, interpelle également sur l’abstention et insiste sur l’équilibre des logements, invitant à penser au renouvellement des logements sociaux, pour favoriser la démographie, alors que Belfort perd des habitants depuis plusieurs années. Elle a surtout insisté sur l’importance du nord Franche-Comté ; un sacré clin d’œil après avoir respecté une minute de silence en l’honneur de Louis Souvet. « Nous souhaitons que vous mettiez fin aux débats stériles avec Montbéliard. » Une position reprise par Marie-José Fleury, pour la liste Belfort autrement. Sur General Electric, Samia Jaber invite à être vigilant pour avoir « des engagements concrets ».

0
Comme le nombre d’adjoints au maire, élus vendredi soir. Sébastien Vivot reste 1er adjoint. Les questions environnementales seront portées par Yves Vola, 3e adjoint. La parité est respectée. Les trois quarts des adjoints étaient déjà dans l’équipe précédente.

2020 en Commun et Belfort autrement ont insisté sur la méthode des listes d’opposition. Parlant de « propositions », « d’opposition constructive » sans être « vindicatif » , dixit Marie-José Fleury.

Question de légitimité

Damien Meslot a écouté. Puis posé le décor : « Nous avons été élu sur un programme. » S’appuyant sur le fait qu’il a été réélu et sur l’écart de près de 38 points qui sépare les deux premières listes. Il dénonce aussi l’attitude des listes Belfort en Grand et Belfort Autrement, pendant la campagne, qui « dévalorisaient la ville ». 2020 en commun de souligner pendant sa prise de parole : « Personne ne sort de ces élections avec une légitimité telle qu’il puisse imposer ses solutions. » La liste soutenue par Europe Écologie Les Verts et la France insoumise rappelle ainsi l’abstention. En pourcentage des inscrits, Damien Meslot recueille 18,81 % des suffrages. Moins d’un électeur sur cinq. La liste menée par Mathilde Nassar recueille pour sa part 6,46 % des inscrits.

On a assisté à la première passe d’armes entre Damien Meslot et Bastien Faudot, de Belfort en Grand, qui a demandé la parole pendant le discours des oppositions. Ce qui lui a été refusé par le maire, nouvellement réélu, justifiée par « la tradition d’une seule prise de parole par liste ». Une règle « à géométrie variable », dénonce Bastien Faudot, qui note que 2020 en commun a eu deux prises de parole distinctes. Et appelle à ce que les oppositions puissent travailler « sans entraves », se référant à des notes du ministère de l’Intérieur.

Règles sanitaires

Pendant la revue des différents rapports, notamment les décisions prises par le maire pendant la crise sanitaire, 2020 en commun a voulu affirmer sa présence. Bon élève. Beaucoup de questions, dans les détails, sur les décisions prises. Jacqueline Guiot a finalement annoncé le refus de Belfort en Grand de participer à la photo de groupe, au nom des règles sanitaires, « alors que l’on a demandé au public de ne pas venir au conseil municipal d’installation ». Pour elle, c’est une question de cohérence. Damien Meslot de répondre : « Les distances seront respectées. » Comme lorsque les adjoints ont été élus et appelés à recevoir leur écharpe. La bise était de rigueur. Le ton est donné. La nouvelle mandature est lancée.

Adjoints du conseil municipal de Belfort.
Ceci vous intéressera aussi
Hydro : la CFE-CGC porte plainte contre General Electric pour mise en danger d’autrui

Le syndicat de la métallurgie de l’Isère CFE-CGC a déposé une plainte au tribunal judiciaire de Grenoble, en novembre 2020, Lire l'article

General Electric : partout en Europe, les syndicats crient leur ras-le-bol et voient leur avenir sans GE
Partout en Europe, les syndicats crient leur ras-le-bol et voient leur avenir sans General Electric

C’est un acte symbolique fort qui s’est noué ce vendredi 15 janvier 2021 à l’occasion du dernier comité de groupe Lire l'article

Belfort: H2Sys prévoit 25 recrutements en trois ans et lève 5 millions
Sébastien Faivre dans le bâtiment qui abritera les futurs ateliers d'H2Sys.

La société H2Sys, issue du laboratoire Femto-ST de l'UTBM, conçoit et produit des groupes électrogènes à hydrogène. Elle vient de Lire l'article

L’artiste Saype poursuit sa chaine humaine en Afrique du Sud

L’artiste belfortain Saype poursuit son projet Beyond the wall, la plus grande chaine humaine au monde. Il vient de terminer Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut