Agression à la hachette à Besançon : la victime est décédée

Quartier des Montboucons à Besançon.

L’homme frappé lundi de plusieurs coups de hachette était hier en état de mort cérébrale et son agresseur présumé en prison. L’enquête se poursuit pour comprendre comment les choses se sont déroulées.

(AFP)

L’homme frappé lundi de plusieurs coups de hachette était hier en état de mort cérébrale et son agresseur présumé en prison. L’enquête se poursuit pour comprendre comment les choses se sont déroulées.

Un Ivoirien de 27 ans blessé à la tête par des coups de hachette lundi à Besançon est décédé ce mercredi des suites de ses blessures, a indiqué le parquet qui a ouvert une information judiciaire pour meurtre.

La victime avait été retrouvée lundi attachée à un radiateur avec des draps, grièvement blessée au niveau du crâne, dans un appartement du quartier des Montboucons à Besançon, a indiqué à l’AFP le procureur de Besançon, Etienne Manteaux. L’occupant de l’appartement, un Français de 40 ans, avait lui-même appelé les secours. Il a été mis en examen et placé en détention provisoire soupçonné d’avoir frappé de plusieurs coups de hachette ce jeune homme originaire de Côte d’Ivoire.

D’après les déclarations du suspect, « son appartement était utilisé depuis plusieurs mois par des dealers » et dimanche soir, veille du déconfinement de la France, « trois hommes seraient venus chez lui pour faire la fête », a expliqué le procureur. Lorsqu’il s’est réveillé le lundi, l’un d’eux était en train de dégrader le mobilier de l’appartement avec une hachette. Il l’aurait désarmé et lui aurait donné des coups sur la tête avec l’arme.

Mais les enquêteurs cherchent à comprendre pourquoi la victime a été retrouvée attachée avec des draps à un radiateur, a poursuivi le magistrat, soulignant que « la situation est encore confuse ». Les investigations se poursuivent pour permettre de comprendre le déroulé exact des faits. Le meurtrier présumé et la victime n’étaient pas connu de la justice.

PUBLICITÉ

Défilement vers le haut