Le Trois –

PUB

Pour le Conseil d’Etat, une commune peut refuser l’accueil d’un écolier à la cantine faute de places

Le Conseil d'Etat a donné raison à la Ville de Besançon.(illustration - Image par Ejilee de Pixabay )
Le Conseil d'Etat a donné raison à la Ville de Besançon.(illustration - Image par Ejilee de Pixabay )

Le conseil d’Etat vient de donner raison à la Ville de Besançon qui avait refusé d’inscrire un enfant au motif que les limites des capacités d’accueil de ses cantines étaient atteintes.

(AFP)

Le conseil d’Etat vient de donner raison à la Ville de Besançon qui avait refusé d’inscrire un enfant au motif que les limites des capacités d’accueil de ses cantines étaient atteintes.

Le Conseil d’Etat a donné raison à la ville de Besançon en estimant que la municipalité pouvait “légalement refuser” d’admettre un élève à la cantine si elle n’avait pas la “capacité” matérielle de l’accueillir, a-t-on appris ce vendredi 26 mars.
La mairie de Besançon avait saisi le Conseil d’Etat pour contester l’obligation imposée par le tribunal administratif, confirmée ensuite par la cour administrative de Nancy, d’inscrire à la cantine un écolier écarté faute de place.
Dans son arrêt rendu lundi, le Conseil d’Etat rappelle la loi Egalité et citoyenneté du 27 janvier 2017: “L’inscription à la cantine des écoles primaires, lorsque ce service existe, est un droit pour tous les enfants scolarisés” et “il ne peut être établi aucune discrimination selon leur situation ou celle de leur famille”. Le “principe d’égalité” entre élèves doit être respecté pour leur accès à la cantine, mais les dispositions de cette loi “ne font pas obstacle à ce que les collectivités territoriales puissent légalement refuser d’y admettre un élève lorsque, à la date de leur décision, la capacité maximale d’accueil de ce service public est atteinte”.
En décembre 2017, le tribunal administratif de Besançon avait donné raison à la maman d’un petit garçon de 7 ans, qui se plaignait que son enfant n’avait pas pu obtenir de place à la cantine. La restauration scolaire est “un droit”, avait à l’époque estimé le tribunal dans une décision inédite, “susceptible de concerner de nombreuses communes” en France. “Les collectivités publiques qui choisissent de créer un service de restauration scolaire pour les écoles primaires (…) sont tenues de garantir à chaque élève le droit d’y être inscrit”.
La mairie de Besançon soutenait pour sa part que sa “capacité d’accueil” dans les restaurants scolaires était “limitée”, et qu'”accueillir davantage d’enfants serait susceptible de créer de graves difficultés en termes de sécurité et d’encadrement des enfants”.

Une décision qui fera jurisprudence

La décision du Conseil d’Etat, qui demande à la cour administrative de Nancy de rejuger le dossier, a ainsi valeur de jurisprudence pour les nombreuses communes confrontées au problème du manque de place dans les cantines scolaires.
Selon le quotidien des élus locaux Maire Info, l’Association des maires de France a constaté dans une enquête sur la restauration scolaire publiée en 2020 que “le droit d’accès de tous les élèves au service existant, lorsque les parents en font la demande, continue de soulever des difficultés pour 14% des collectivité”.

Nos derniers articles

Belfort : l’ultimatum de Damien Meslot envers l’Education nationale

Damien Meslot annonce quitter un dispositif commun avec l’Éducation nationale et l’État qui permet de mettre des moyens supplémentaires dans les quartiers prioritaires. La raison : la fermeture de 9 classes à Belfort. Une annonce qui agace profondément certains élus.

Des élus RN brandissent des affiches anti-immigrés en plein conseil régional

La présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

FCSM : « Le bouclage financier de la saison 24/25 ne posera aucun problème »

Pierre Wantiez, président délégué du FCSM était invité au conseil communautaire de Pays de Montbéliard Agglomération mercredi 10 avril. Les élus ont acté un soutien d’un million d’euros afin d’entrer dans la société coopérative d'intérêt collectif, en faveur du centre de formation et de la section féminine. L’occasion de refaire un point sur la santé du club.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts