Le Trois –

PUB

Covid-19: ces élus qui redeviennent soignants pour affronter la crise

Jean Rottner Mulhouse
Jean Rottner Mulhouse

A Besançon ou Mulhouse, des élus retournent à leur métier d’origine pour venir en soutien aux équipes de soignants. Un moyen pour eux, aussi, de prendre la mesure de la situation et de s’en faire le relais.

(AFP)

A Besançon ou Mulhouse, des élus retournent à leur métier d’origine pour venir en soutien aux équipes de soignants. Un moyen pour eux, aussi, de prendre la mesure de la situation et de s’en faire le relais.

Députée-infirmière, sénatrice-généraliste, président de région-urgentiste: depuis le début de l’épidémie de Covid-19 en France, ils sont nombreux à avoir troqué leur écharpe d’élu pour reprendre la blouse blanche de leurs débuts. Un retour aux sources qu’ils racontent à l’AFP.
A commencer par le Mulhousien Jean Rottner, le président LR de la région Grand Est. Il est de retour à l’hôpital depuis quelques semaines, mais il y exerce plus une fonction de soutien aux soignants. Cet ancien urgentiste n’a pas pratiqué la médecine depuis plusieurs années, et pour lui, on ne la reprend pas “du jour au lendemain”. “Je donne des coups de main épisodiques en régulation au Samu, en répondant aux appels, en fonction des besoins, souligne-t-il. Cela m’a permis de me rendre compte dès début mars qu’il se passait quelque chose et qu’il fallait presser sur le bouton d’alerte.”
Pour Jean Rottner, c’est sa “connaissance du milieu hospitalier” qui lui permet d’être “une courroie de transmission” entre l’Agence régionale de santé (ARS), le préfet, les autorités allemandes transfrontalières, et le gouvernement. “J’ai essayé d’être un facilitateur et de lancer quelques alertes, (…) mais je n’étais pas au front comme d’autres peuvent le faire” dit-il. “Quand on vient donner un coup de main comme ça, il faut juste rester à sa place”, soutient celui qui fut élu en 2017 après plus de sept ans en tant que maire de Mulhouse.

En renfort à Besançon depuis les Alpes-de-Haute-Provence

La députée LREM des Alpes-de-Haute-Provence, Emmanuelle Fontaine-Domeizel est infirmière libérale de métier. Inscrite sur la liste de la réserve sanitaire, l’élue s’est rendue du 16 au 22 mars à l’hôpital de Besançon à six heures de route de chez elle pour “soulager les équipes sur place”. Elle a exercé de nuit au service des maladies infectieuses, donc auprès des malades atteints du Covid-19. “On a eu tout le matériel nécessaire, masques, gants, blouses, lunettes… tout en sachant qu’il fallait l’économiser, car on ne sait pas combien de temps ça va durer. Mais ça, les hospitaliers savent le faire !”, explique la députée.  Au fil des jours, dans ce service où étaient hospitalisées 20 personnes, il lui “a semblé que les patients qui arrivaient étaient de plus en plus jeunes”.
Sénatrice du Mouvement radical et ancienne médecin généraliste, Véronique Guillotin travaille de nouveau depuis quelques jours à l’hôpital de Mont Saint Martin (Meurthe-et-Moselle), “dans le service dédié à l’accueil des patients atteints ou suspectés d’être atteints du Covid-19” a précisé son équipe. Pour d’autres élus-soignants, il s’agit désormais de jongler entre les deux fonctions.
Le député LREM de la Charente Thomas Mesnier a ainsi repris du service lundi aux urgences de l’hôpital d’Angoulême, mais sans abandonner son autre fonction. “Je ne quitte pas mon habit de député mais j’enfile la blouse blanche par-dessus”, a-t-il fait valoir à l’AFP, expliquant que, après sa journée de travail, il reprendra sa casquette d’élu pour des audioconférences et autres rendez-vous téléphoniques. “Je n’ai pas eu à réfléchir” assure ce médecin urgentiste, retourné à l’hôpital où il exerçait avant son élection, avant de s’alarmer: “On voit la vague qui va arriver.”

"Je ne ferai pas de consultation"

Bernard Accoyer (LR), ancien président de l’Assemblée nationale et toujours maire de la commune déléguée d’Annecy-le-Vieux (à cause du report du deuxième tour, car il ne se représentait pas) est également médecin ORL retraité. Il vient d’être chargé d’une mission par le maire d’Annecy (Jean-Luc Rigaut, UDI) d’organiser la mise en place de centres de consultation externalisés.
“Nous sommes dans un territoire avec un cluster important à côté (La Balme de Sillingy, ndlr), la Lombardie est à quelques heures d’ici. J’ai été sollicité par des médecins libéraux d’Annecy, qui rencontraient des problèmes pour recevoir des malades Covid-19″, raconte l’élu. Pour autant, Bernard Accoyer ne verra pas de malades. “J’ai 74 ans ; je ferai très, très attention et je ne ferai pas de consultation. Ce n’est pas mon rôle”, a-t-il expliqué.

Nos derniers articles

Le Fimu lutte contre le harcèlement sexuel avec l’application Safer

Pour sa 37e édition, le festival international de musique universitaire (Fimu) a mis en place un dispositif afin de prévenir les violences sexistes et sexuelles. Les festivaliers peuvent installer l'application Safer ou la trouver sur l’application du Fimu. Le principe est simple : si une personne est victime ou témoin d’une agression, il lui suffit de lancer l’alerte via l’application.

Vers un renforcement du protocole de sécurité des établissements scolaires dans le Territoire de Belfort

Travaux de sécurisation des entrées des établissements scolaires, renforcement du lien avec les forces de l’ordre, travail pour aider les victimes de violences au sein des écoles… Le Territoire de Belfort signe une convention ce 17 mai en ce sens, qui est en fait un protocole pour les années à venir.

De Belfort à Nevers à la force des bras pour sensibiliser au handicap

Le top départ est donné mardi 21 mai à 12 h. Jérôme Guidet, Mélanie Decrind et Hervé Lenfant, tous les trois en situation de handicap, se lanceront dans une course de 500 km reliant Belfort à Nevers. L’objectif de ce périple en vélo à main, sensibiliser les habitants de la Bourgogne-Franche-Comté au handisport.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts