Le Trois –

PUB

Affaire Narumi: un transport sur les lieux organisé en présence du suspect

Narumi Kurosaki (photo profil Facebook)

Le principal suspect a été auditionné ce mercredi matin, avant d’être transporté sur le campus universitaire de Besançon pour « confronter ses déclarations à la réalité des lieux ».

(AFP)

Le principal suspect a été auditionné ce mercredi matin, avant d’être transporté sur le campus universitaire de Besançon pour « confronter ses déclarations à la réalité des lieux ».

Nicolas Zepeda, Chilien de 29 ans soupçonné d’avoir tué son ex-petite amie en 2016 à Besançon, l’étudiante japonaise Narumi Kurosaki, a été interrogé ce mercredi 21 octobre sur le campus universitaire pour “confronter ses déclarations à la réalité des lieux”, a annoncé dans la soirée le parquet de Besançon à l’AFP.

Le suspect a d’abord été auditionné par la juge d’instruction de Besançon, mercredi dans la matinée, à partir de 9 h 30. Il a ensuite été transporté sur le campus universitaire de la Bouloie, à Besançon. La juge d’instruction, le procureur, les avocats du suspect et de la famille ainsi que des enquêteurs étaient présents. “La chambre de Narumi est toujours sous scellés depuis quatre ans, ses parents n’ayant pas encore demandé la restitution de ses affaires personnelles”, a précisé le procureur, Étienne Manteaux.

Nicolas Zepeda, qui “n’a fait paraître aucune émotion”, a maintenu sa version des faits, à savoir qu’“il a revu par hasard Narumi Kurosaki à Besançon, qu’ils ont vécu un temps d’intimité dans sa chambre et qu’il l’a quittée en parfaite santé après plus de 24 heures”. Il affirme n’être “en aucun cas lié à sa disparition”, a poursuivi le magistrat.

Le corps reste introuvable

Ce “transport sur les lieux” fait office de reconstitution dans cette affaire d’assassinat sans corps et “sans données médico-légales”, où le suspect “nie farouchement être lié à la disparition de Narumi”, a-t-il ajouté. Les prochains “actes importants” attendus pour avancer dans l’instruction du dossier sont les expertises psychologique et psychiatrique de Nicolas Zepeda, a précisé le procureur.

Selon les enquêteurs, le suspect s’était rendu début décembre 2016 à Besançon pour voir la jeune femme. Le soir du 4 décembre, veille de sa disparition, ils étaient rentrés ensemble dans le logement de Narumi. Cette nuit-là, plusieurs étudiants avaient entendu “des hurlements de terreur, des cris”, mais “personne n’a prévenu la police”, avait rapporté le procureur.

D’après la géolocalisation de sa voiture de location, le suspect s’était rendu le 6 décembre 2016 à l’aube dans une zone boisée à l’est de Dole où les enquêteurs soupçonnent qu’il s’est débarrassé du corps. Quelques jours plus tôt, il avait acheté des allumettes et un bidon de 5 litres de produit inflammable, selon l’enquête. Malgré d’importantes recherches, compliquées par l’arrivée d’un hiver froid et neigeux, le corps n’a jamais été retrouvé.

Nos derniers articles

Avant la naissance, la pollution de l’air nous touche déjà

Certaines personnes sont plus vulnérables ou plus sensibles que d’autres à la pollution de l’air, du fait de leur capital santé ou de leur âge. Par rapport à la population générale, ces personnes vont présenter plus rapidement ou plus fortement des symptômes suite à une exposition à cette pollution, que ce soit à court terme ou à long terme. L'exposition à la pollution atmosphérique pendant la grossesse a été associée à un large éventail de conséquences néfastes à la naissance et pendant l'enfance. Récemment, une étude française a mis en évidence la vulnérabilité du placenta à la pollution de l'air…

Une proposition de résolution face aux problèmes de santé des pompiers

Florian Chauche, député de la 2nde circonscription du Territoire de Belfort, a déposé une proposition de résolution au gouvernement, pour que soit débattue les questions relatives à la santé physique et mentale des pompiers. Un document signé par 98 députés de l'hémicycle.

Le Fimu lutte contre le harcèlement sexuel avec l’application Safer

Pour sa 37e édition, le festival international de musique universitaire (Fimu) a mis en place un dispositif afin de prévenir les violences sexistes et sexuelles. Les festivaliers peuvent installer l'application Safer ou la trouver sur l’application du Fimu. Le principe est simple : si une personne est victime ou témoin d’une agression, il lui suffit de lancer l’alerte via l’application.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts