Le Trois –

PUB

À Besançon, les entreprises incitées à faire appel au travail des détenus

La maison d'arrêt de Besançon. | ©Google street view
Décryptage
A la maison d'arrêt de Besançon 23% des 377 détenus travaillent, une proportion plus faible qu'ailleurs et la Chancellerie a donc invité une délégation de chefs d'entreprise de la région pour les inciter à sous-traiter une partie de leur production en milieu carcéral, voire à y implanter leur propre atelier.

Vincent Quartier – AFP

“Aujourd’hui au niveau national 31% des détenus travaillent, et le ministre de la Justice a fixé l’objectif de passer à 50% d’ici 2027”, précise Albin Heuman, directeur de l’Agence du travail d’intérêt général et de l’insertion professionnelle des personnes placées sous main de justice (Atigip), rattachée au garde des Sceaux. “Nous disposons de 700 m2 au sein de la maison d’arrêt et il y a encore de la place”, souligne de son côté Kamel Laghoueg, le chef d’établissement.

 

Le travail en milieu carcéral n’est plus obligatoire depuis 1987 et c’est donc “sur la base du volontariat”, que les détenus peuvent signer un contrat d’emploi pénitentiaire, explique Julien Luquin, référent insertion professionnelle à la Direction interrégionale des services pénitentiaires. “Ils sont rémunérés à 45% du Smic et effectuent en moyenne 25 heures par semaine.”

Meilleure réinsertion

Parmi les détenus employés à la maison d’arrêt bisontine, Thierry, marié et père de deux filles, est en détention provisoire et attend son jugement: “Dans ma vie d’avant j’ai toujours été actif et je ne pourrais pas rester sans rien faire. Travailler me permet de ne pas tout attendre de ma famille et de provisionner une somme pour le paiement des frais de justice”, explique-t-il.

Yohan, détenu depuis plus de trois ans, espère lui sortir de prison d’ici la fin de l’année: “Je réceptionne des pièces mécaniques, je les monte et j’assure le suivi qualité, avant leur réexpédition. L’activité me permet de sortir de ma cellule et d’être en lien avec mon employeur, avec qui je suis toujours sous contrat. Je gagne un peu d’argent pour payer mes cigarettes et la nourriture.”

“L’enjeu d’inciter les détenus à se mettre au travail vise à mieux les réinsérer ensuite dans la société”, relève Albin Heuman de l’Atigip. “De plus, on constate que les détenus qui travaillent récidivent moins à leur sortie de prison.” Et les employeurs y trouvent aussi leur compte. Déjà implantée dans les ateliers de la maison d’arrêt, la société STIMP présente ainsi l’activité de sous-traitance qu’elle réalise pour le compte d’entreprises régionales du secteur des micro mécaniques: “Les détenus réalisent les tâches jusqu’à l’assemblage de pièces de roues électriques motorisées pour les fauteuils roulants des personnes à mobilité réduite”, détaille Mathieu Vuillecard, directeur industriel de l’entreprise, habitué des lieux.

5 euros de l'heure

Dans une autre dépendance de la maison d’arrêt, Micro-Méga Besançon, un des leaders européens de la fabrication de matériel médical, a externalisé son service de packaging. “Nos salariés viennent former les personnes en détention qui peuvent rebondir professionnellement à leur sortie”, résume Mélanie Bonfils de l’entreprise Micro-Méga. Gilles Demougeot, directeur industriel d’une fabrique de systèmes de production à partir de tôles en bobines, salue lui la qualité des produits finis : “Sur 30 commandes passées auprès des détenus, nous n’avons enregistré aucune non-conformité et les délais ont été respectés.”

Le dirigeant de l’entreprise y voit aussi une solution au manque de main d’œuvre dans le secteur de l’industrie, même si le recours au travail pénitentiaire ne représente pas une variable d’ajustement au service de sociétés qui rencontreraient des difficultés temporaires: “Avec la sous-traitance, nous cherchons à développer des relations durables avec les entreprises locales afin d’assurer un volume d’heures de travail aux détenus”, reprend ainsi Mathieu Vuillecard, de la société STIMP.

Toutefois, la faible rémunération, qui correspond à un peu plus de 5 euros de l’heure, ne serait-elle pas un repoussoir, comme le montre le faible pourcentage des détenus qui travaillent à Besançon ? “C’est la base édictée par le code pénitentiaire, mais l’entreprise qui fait travailler des détenus peut augmenter le taux, voire verser un treizième mois”, nuance Julien Luquin.

En France, 314 entreprises font appel à des travailleurs détenus. Elles s’engagent à faciliter leur réinsertion dans le cadre de leur politique RSE (responsabilité sociale et environnementale des entreprises).

Nos derniers articles

Vellescot : l’écloserie de Philippe Courtot, un savoir-faire en danger

Philippe Courtot est le seul pisciculteur de Franche-Comté à posséder une écloserie. Il devra bientôt prendre sa retraite. Son savoir-faire est en danger. Pour faire part de ses inquiétudes, il a convié préfecture et élus.

Fesches-le-Châtel : Cristel, la revanche de l’inox face à la menace PFAS

Numéro un des fabricants d’articles culinaires en inox, l’entreprise Cristel, localisée à Fesches-le-Châtel dans le Doubs, ne cesse de grandir depuis 2020. Rencontre.

Peugeot passe au volant rectangulaire à partir de 2026

Peugeot va équiper un premier modèle de voiture d'un volant rectangulaire en 2026 avant de l'étendre à toute la gamme, a indiqué vendredi le chef de produit du constructeur, Jérôme Micheron.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts