Le Trois –

PUB

4 pistes de diversification évoquées par des élus belfortains à Macron

Cinq élus belfortains ont adressé aujourd’hui une lettre ouverte au président de la République au sujet de la situation de la filière turbines à gaz de GE. Pour assurer l’avenir industriel, ils évoquent quatre pistes de diversification, dont le prolongement de la vie des centrales nucléaires (consultez notre dossier complet).

“C’est à vous qu’il revient de prendre toutes les mesures nécessaires à l’avenir industriel de Belfort.” Damien Meslot (LR), président du Grand Belfort et maire de Belfort, Florian Bouquet (LR), président du conseil départemental, Cédric Perrin (LR), sénateur, ainsi que les députés Ian Boucard (LR) et Michel Zumkeller (UDI) interpellent dans une lettre ouverte de trois pages le président de la République, Emmanuel Macron, sur la situation de la branche turbines à gaz de General Electric à Belfort. “Aujourd’hui, l’activité gaz du site de Belfort est menacée par un plan social [de] près de 1 000 emplois. Dans le même temps, GE transfère aux États-Unis, et notamment sur le site de Greenville, le savoir-faire français”, dénoncent-ils. “Nous craignons que General Electric ne quitte Belfort, confirme Damien Meslot. Nous voulons du concret et nous donnons quatre pistes.” Les élus veulent mobiliser avant le scrutin européen, craignant l’annonce d’un plan par la suite.

Prolonger les centrales nucléaires

La première piste concerne le plan de grand carénage du parc nucléaire français. Il doit prolonger la durée de vie des centrales. Belfort fabrique les turbines à vapeur Arabelle. Son savoir-faire peut être mobilisé selon les élus. Ce “lancement” relève de “la décision du gouvernement” écrivent-ils, assurant “commandes” et “maintien de l’emploi” à Belfort.

La deuxième piste mène à l’aéronautique et Safran. Le succès du moteur LEAP génère des besoins. Ce moteur est réalisé avec General Electric, dans le cadre d’une co-entreprise. Selon les élus, “Safran est prêt à s’engager dans cette voie, sous réserve d’une action similaire par General Electric Aviation”. Ils demandent donc le lancement des démarches pour la “qualification aéronautique” du site de Belfort.

La troisième piste concerne le “développement du digital”. Ils veulent faire de Belfort un centre mondial de développement des jumeaux numériques, dont l’objectif est de simuler le comportement théorique d’une centrale électrique.

Déjà des plans de départs volontaires

Dernière piste: la filière industrielle de l’hydrogène, dans laquelle Belfort est impliquée “depuis plus de 20 ans”. Le Grand Belfort et Pays de Montbéliard Agglomération prévoient “la création à Belfort de l’Institut national de stockage d’hydrogène (ISTHY)”. Les élus rappellent au président que le gouvernement peut “retenir” Belfort comme Territoire d’innovation pour accompagner ce développement industriel et choisir la Cité du Lion comme site d’accueil d’ISTHY.

Depuis le début de l’année, le géant américain a lancé plusieurs procédures de rupture conventionnelle collective (RCC) et de plans seniors à Alstom Power Systems, Power Conversion ou encore Grid. Plus de 500 suppressions de poste sont attendues par la direction avec ces départs volontaires.

General Electric emploie près de 4 000 personnes à Belfort. 1 900 personnes travaillent dans l’entité turbines à gaz.

Nos derniers articles

Peugeot Motocycles : plus de deux mois de chômage pour les salariés

La CGT alerte. Peugeot Motocycles, à Mandeure, annonce plusieurs semaines d’arrêt complet de la production à la fin de l’été pour écouler les stocks de véhicules.

Montbéliard : l’usine d’incinération fait sa mue

L'usine d'incinération du pays de Montbéliard est en travaux pour 18 mois afin d'arrêter un des deux fours existants et de remplacer le deuxième. Avec trois objectifs : répondre aux nouvelles normes écologiques et énergétiques, produire un réseau de chaleur pour une partie de la Petite-Hollande et que l’usine soit autosuffisante en électricité.

Stellantis : le salaire de Carlos Tavares pourrait atteindre 36,5 millions d’euros

Les actionnaires du constructeur automobile Stellantis ont validé mardi à 70,2% des voix la rémunération du directeur général du groupe, Carlos Tavares, qui pourrait atteindre 36,5 millions d'euros pour l'année 2023 - un vote purement consultatif.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts