Le Trois –

PUB

Avec le passe vaccinal, la violence envers les élus locaux décuplée [enquête]

Les élus subissent de plus en plus de violences morales sur les réseaux sociaux.

Plusieurs élus l’affirment : la crise sanitaire et l’étude du passe vaccinal ont échauffé les esprits et décuplé les phénomènes de violence. Témoignages d’élus et décryptage avec Marie-Laure Pezant, lieutenante chargée de mission sécurité à l’association des maires de France (AMF).

Plusieurs élus l’affirment : la crise sanitaire et l’étude du passe vaccinal ont échauffé les esprits et décuplé les phénomènes de violence. Témoignages d’élus et décryptage avec Marie-Laure Pezant, lieutenante chargée de mission sécurité à l’association des maires de France (AMF).

Il y a quelques jours, Denis Sommer, député LREM de la 3e circonscription du Doubs a révélé avoir subi des menaces de morts à plusieurs reprises (lire notre article), ces dernières semaines. Notamment depuis le début des débats à l’Assemblée nationale sur le passe vaccinal, lorsqu’il a affirmé son soutien à ce projet de loi. Il affirme, au micro de France Bleu Belfort-Montbéliard : « On m’annonce des coups de couteau, une décapitation même. » Le député, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions et qui affirme vouloir « tourner la page », n’est que l’un des nombreux exemples d’élus ayant subit des violences depuis le début de la crise sanitaire.

« On sent des pressions. Nous recevons régulièrement des messages peu agréables, des lettres anonymes », abonde Frédéric Barbier, député du Doubs, membre du parti Territoires de Progrès et rattaché à l’assemblée nationale au groupe de La République en Marche (LREM). Une impression confirmée par Ian Boucard, député Les Républicains (LR) du Territoire de Belfort : « Oui, dans les messages qu’on reçoit, nous voyons un phénomène de radicalisation. La plupart du temps, j’évite d’ouvrir les mails. J’ai reçu des menaces qui me disaient que je serais pendu à la libération. » Michel Zumkeller, député UDI, confirme avoir reçu le même type de menace : « J’ai reçu un mail où l’on me menace de me mettre une balle dans la tête, avec mon adresse. C’est un signe que la démocratie va mal. » Il poursuit : « Nous recevons très régulièrement des mails de mécontentement, mais d’une telle violence, c’était la première fois. »

Dans tous ces témoignages, un point d’orgue : l’anonymat. « Avec l’anonymat, les gens se lâchent beaucoup plus qu’avant. Les réseaux sociaux, les mails, les fake news : tout cela accroît et exacerbe les tensions. C’est sûrement pour cela qu’il y avait moins de violences il y a quelques années », pointe Frédéric Barbier. Ian Boucard et Frédéric Barbier se rejoignent sur un autre point : il est rare (même si elles existent) que les violences soient physiques. La plupart des violences se passent aujourd’hui derrière les écrans. « Les moyens modernes multiplient la violence », analyse Michel Zumkeller.

Pour mieux appréhender ce phénomène, l’association des maires de France a créé, en octobre 2020, un observatoire des violences faites aux élus. Marie-Laure Pezante, lieutenante de police chargée de mission sécurité et prévention et en charge de l’observatoire relève une « accélération des faits de violence », liée à une « médiation forte » et une « libération de la parole sur les réseaux sociaux, notamment ». « Au moment de la crise des Gilets jaunes, le phénomène était déjà palpable. Aujourd’hui, [avec la crise sanitaire], nous atteignons des stades critiques avec une explosivité des violences », poursuit la lieutenante. Elle remarque une tendance qui se dégage : « Évidemment, cela passe par les réseaux sociaux en grande partie. Mais depuis peu, il y a une augmentation de la personnalisation dans les menaces. En menaçant la famille, en s’en prenant aux véhicules, au domicile. C’est ce qui inquiètent les élus. »

Une colère montante

Pour Ian Boucard, cette colère envers les élus s’est décuplée au fur et à mesure de la crise sanitaire : « Les gens vrillent avec la crise et ce qu’elle implique. Certains lâchent complètement les chevaux, ils ne supportent plus la contradiction. » Une dynamique que confirme Michel Zumkeller mais aussi le sénateur Cédric Perrin (LR) : « Le covid mène les gens vers un degré d’énervement qui n’existait pas avant. » Le sénateur poursuit : « Cette dynamique de violence n’est pas propre aux élus. Mais dans leur colère, les gens voient dans les élus des boucs-émissaires. Ils ont le sentiment que les élus font tout. D’où le fait qu’ils s’en prennent à nous. »

Marie-Laure Pezant s’inquiète, dans cette dynamique, de l’approche des élections présidentielles. « Les élus vont être amenés à se prononcer à l’approche des élections. Il y a peu, encore, un élu a été attaqué pour avoir affirmé son soutien à Emmanuel Macron. »  Elle précise que des groupes de travail doivent avoir lieu en début d’année, notamment pour renforcer la coopération entre les élus et à la justice. « Il existe des conventions entre les procureurs et les maires, par exemple, dans certaines villes. Certains parquets ont créé des référents pour répondre aux élus face aux violences. Avec ces actions, on constate une légère inflexion de l’action de la justice, mais dans l’ensemble, cela reste encore très hétérogène », conclut la chargée de mission.

Au niveau national, le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a annoncé une réunion pour établir un « point précis » de la situation, dans les prochaines semaines, avec les ministres de l’Intérieur et de la Justice.

Nos derniers articles

Belfort : Neext engineering explore la technologie quantique

Neext Engineering annonce une collaboration avec Quobly et Colibritd à l'occasion du salon Vivatech, pour mettre la technologie quantique au service de l’énergie et de la décarbonation.

Audincourt : un festival « unik » pour Capitale française de la culture

Rendez-vous le 27 juin. Le deuxième temps fort de Capitale française de la culture se déroulera à Audincourt, sur le site Japy, à la veille du festival Rencontres & Racines. Le festival « Unik », gratuit, accueille des têtes d’affiches comme Morcheeba ou Etienne de Crecy.

Belfort : le 35e RI expérimente un nouveau dispositif de recrutement

Le 35e régiment d’infanterie (35e RI) de Belfort expérimente, à partir de ce lundi 27 mai, un nouveau programme de recrutement : volontaire découverte de l’armée de terre (VDAT). Il est le seul en France. 120 jeunes sont incorporés pendant 4 mois. Ils défileront le 14 juillet à Paris et participeront à la sécurisation des Jeux paralympiques.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts