Bourgogne-Franche-Comté : la gauche en tête à Dijon et Besançon, la droite confortée ailleurs

À l’échelle régionale, on aperçoit une prime au sortant, notamment à Dijon, Montbéliard ou encore Belfort. La gauche est bien placée à Dijon et Besançon. Alain Chrétien est confirmé à Vesoul, comme Marie-Noëlle Biguinet à Montbéliard. Damien Meslot était à deux doigts de l’être au premier tour.

Loïc Venin et Angela Schnaebele (AFP)

À l’échelle régionale, on aperçoit une prime au sortant, notamment à Dijon, Montbéliard ou encore Belfort. La gauche est bien placée à Dijon et Besançon. Alain Chrétien est confirmé à Vesoul, comme Marie-Noëlle Biguinet à Montbéliard. Damien Meslot était à deux doigts de l’être au premier tour.

La gauche est arrivée en tête du premier tour des municipales dimanche à Dijon avec le maire socialiste François Rebsamen, et à Besançon avec l’écologiste Anne Vignot, mais la droite conforte le terrain gagné en 2014 dans les plus petites villes de Bourgogne-Franche-Comté. À Besançon, la liste d’union PS, PC, EELV de la candidate écologiste Anne Vignot a viré en tête, avec 31,2% des voix, contre 23,6% pour le LR Ludovic Fagaut. Le candidat LREM, qui n’était pas soutenu par le maire sortant Jean-Louis Fousseret (LREM, ex-PS), termine troisième (18,9%).

À Dijon, François Rebsamen, fidèle de François Hollande, est en bonne voie d’emporter son quatrième mandat. Avec 38% des voix, il devance largement son adjointe Stéphanie Modde (EELV, 15%) ainsi que le candidat Les Républicains Emmanuel Bichot (20%). La droite réalise ainsi son pire score à Dijon, contrastant avec sa bonne tenue ailleurs dans la région.

Ainsi à Mâcon, Jean-Patrick Courtois (LR) est réélu pour la troisième fois consécutive dès le premier tour, avec 60,79% des voix à la tête d’une liste qui comprend Benjamin Dirx, député LREM qui avait battu Jean-Patrick Courtois lors des législatives de 2017. Le LR l’emporte également dès le premier tour à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), avec la victoire du maire sortant Gilles Platret (52,93%), ainsi qu’à Montbéliard (Doubs), avec Marie-Noëlle Biguinet (54,52%).

Ballotage très favorable pour Damien Meslot

À Vesoul, le maire sortant Alain Chrétien (Agir, ancien Les Républicains) a également été réélu avec 57,8% des voix, avec le soutien du parti présidentiel. À Auxerre, le LR Crescent Marault arrive en tête, avec plus de 37%, devant le maire sortant Guy Férez (33%). L’ex-PS n’a visiblement pas réussi son grand écart : investi par son ancien parti, il avait également reçu le soutien de La République en marche.

Le maire sortant LR de Belfort, Damien Meslot, est en ballottage encore plus favorable, avec 48% des voix, à l’issue d’une campagne marquée par la suppression annoncée de près de 500 postes chez le géant américain General Electric. À Sens (Yonne), la maire sortante Marie-Louise Fort (LR) rassemble 39,2% des voix, devant Laurent Moinet (16,78%), un sans-étiquette à la tête d’une liste comptant la secrétaire locale du PS. Troisième avec seulement 14,7%,

Julien Odoul, le chef de file du Rassemblement national au conseil régional, ne confirme pas le bon score de l’extrême droite aux dernières européennes (plus de 26%). LR se qualifie également en tête à Montceau-les-Mines, où la maire sortante Marie-Claude Jarrot rassemble 40% des voix. À Nevers, Denis Thuriot (LREM) est élu dès le premier tour avec 51,23%.

Défilement vers le haut