Le Trois –

Le monoxyde de carbone, un danger de l’hiver

L’hiver est la saison des accidents domestiques impliquant les appareils de chauffage. | ©Daveydavidson from Pixabay
Partenariat
L’hiver est la saison des accidents domestiques impliquant les appareils de chauffage. Chaque année, on dénombre environ plus de 3 000 intoxications au monoxyde de carbone dont un millier nécessite une hospitalisation. Pour une centaine de cas, l’issue est malheureusement fatale. Pour se chauffer en toute sécurité, quelques précautions s’imposent…

Article rédigé par Atmo BFC, association en charge de la qualité de l’air – PARTENARIAT

Un polluant intérieur de l’hiver

En période de froid, les installations de chauffage sont fortement sollicitées, en plus des appareils habituels fonctionnant avec divers combustibles (bois, butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane…) : 

  • Appareils de chauffage : inserts de cheminées, poêles, chaudières
  • Production d’eau chaude : chauffe-eau, chaudière
  • Chauffages mobiles d’appoint
  • Groupes électrogènes à moteur thermique
  • Moteurs automobiles dans les garages
  • Appareils de cuisson
  • Appareils de type brasero
 

Dans certaines conditions d’utilisation, ces installations peuvent émettre du monoxyde de carbone (formule chimique CO). Ce gaz, qui se diffuse très vite dans un logement, trouve le plus souvent son origine dans des conditions de « combustion incomplète » des combustibles organiques en raison de quantités d’oxygène insuffisantes. Parmi les causes les plus répandues :

  • Mauvaise évacuation des produits de combustion (conduit de fumée obstrué, mal dimensionné, mal raccordé…)
  • Absence de ventilation dans la pièce où est installé l’appareil (pièces calfeutrées, sorties d’air bouchées)
  • Défaut d’entretien de l’appareil de chauffage ou de production d’eau chaude
  • Vétusté de ces mêmes appareils
  • Incompatibilité des différentes installations présentes dans le logement (chaudière à gaz et hotte, foyer ouvert et chaudière…)
  • Utilisation inappropriée de l’appareil (chauffage d’appoint en continu, groupe électrogène en lieu fermé…).
 

Le monoxyde de carbone s’introduit dans les logements, mais pas que…

D’après Santé Publique France, la grande majorité des intoxications au monoxyde de carbone a lieu au sein des habitats (86 %). Mais les sources de monoxyde de carbone se retrouvent aussi dans les salles de spectacle, restaurants, patinoires, salles municipales, lieux de culte… En milieu professionnel, les principales sources de monoxyde de carbone sont les outils à moteur thermique, les engins à gaz (chariots élévateurs), les fours, les systèmes de production de chauffage ou d’eau chaude, les groupes électrogènes..

Les signes d’intoxication

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore, inodore et non irritant : impossible à détecter sans matériel approprié. Hautement toxique, même en faible quantité, le monoxyde de carbone est un gaz qui se fixe sur les globules rouges à la place de l’oxygène, empêchant ainsi la bonne oxygénation des organes. De fait, ce gaz agit par asphyxie.  Le cerveau et le cœur sont les organes les plus sensibles au manque d’oxygène.

L’affinité du CO pour l’hémoglobine est 210 à 260 fois plus forte que celle de l’oxygène. Même présent en quantité infime dans l’air, le CO se liera préférentiellement à l’hémoglobine du sang au lieu de l’oxygène.

Les principaux symptômes sont :

  • 1er stade: mal de tête, nausées, fatigue
  • 2e stade: mal de tête persistant avec sensation de battements, nausées, vertiges, somnolence, vomissements
  • 3e stade: malaise, évanouissement, coma, décès
 

La densité du monoxyde de carbone est voisine de celle de l’air, il se diffuse donc très vite dans l’environnement. Dans un espace clos, le monoxyde de carbone peut tuer en moins d’une heure :

  • 0,1 % de CO dans l’air tue en 1 heure,
  • 1 % de CO dans l’air tue en 15 minutes,
  • 10 % de CO dans l’air tue immédiatement.
 

La gravité de l’intoxication dépend de la quantité de monoxyde de carbone fixée par l’hémoglobine. Chaque année, les victimes d’intoxication à ce gaz se comptent par milliers. En Bourgogne-Franche-Comté, les derniers chiffres disponibles font état de 105 personnes intoxiquées au monoxyde de carbone admises aux urgences, et 3 en sont décédées (données pour la période du 1er juillet 2021 au 20 juin 2022, source : Agence Régionale de Santé).

Comment est traitée l’intoxication au monoxyde de carbone ?

Les victimes d’intoxications au monoxyde de carbone suivent une « oxygénothérapie », le plus souvent par l’apposition d’un masque à oxygène, dans les cas les plus graves par des séances en caisson hyperbare. Les femmes enceintes, pour qui l’intoxication au monoxyde de carbone comporte un risque élevé de mortalité ou d’atteintes chez le fœtus, nécessitent souvent une prise en charge spécifique.

Certaines personnes gardent des séquelles à la suite d’une intoxication : migraines chroniques, troubles de la coordination, troubles de la mémoire, changements dans l’humeur (irritabilité, agressivité verbale, violence), mouvements anormaux, paralysies… que l’on relie à un « syndrome séquellaire post-intervallaire ». Ces troubles peuvent apparaître pendant une période de 2 à 40 jours après une intoxication, même si elle a été traitée. Ils sont souvent, mais pas toujours, réversibles.

Les bons gestes

Quelques gestes simples peuvent permettre d’éviter un grand nombre d’accidents.

Toute l’année :

  • J’aère mon logement pendant au moins 10 minutes tous les jours, même en hiver
  • Je fais entretenir la Ventilation Mécanique Contrôlée
  • Je ne bouche pas les entrées d’air
  • Je n’utilise pas en intérieur les appareils prévus pour l’extérieur (braséro, barbecues, grill, groupes électrogènes)
  • Je ne fais pas fonctionner de moteur thermique dans un garage fermé (voiture, tondeuse, tronçonneuse…)
  • J’installe un détecteur de monoxyde de carbone qui affiche le marquage NF EN 50291 (ou NF 292), seule norme garantissant une mesure fiable
  • Je nettoie régulièrement les brûleurs de ma cuisinière à gaz
 

Avant l’hiver :

  • Je fais vérifier chaque année mes installations par un professionnel : chaudière, chauffe-eau, cheminées, inserts et poêles, conduits d’aération
  • Je fais effectuer un ramonage mécanique des conduits et cheminées au moins une fois par an, je m’assure qu’ils sont en bon état et que l’évacuation des fumées se fait à l’extérieur de l’habitation
 

Pendant l’hiver :

  • J’utilise mes appareils mobiles de chauffage d’appoint (fonctionnant au butane, propane ou pétrole) uniquement de manière intermittente (pas plus de 2 heures) et dans des pièces convenablement ventilées
  • Je n’utilise pas d’appareils non destinés à se chauffer : réchauds et radiateurs de camping, fours ouverts, pots de fleurs retournés sur les brûleurs de cuisinières, braséros, barbecues…
 

En cas d’intoxication ou si le détecteur CO se déclenche :

  • J’aère immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres
  • J’arrête si possible les appareils à combustion
  • Je fais évacuer les locaux pour mettre en sécurité à l’extérieur (à l’air libre)
  • J’appelle les secours (numéro unique d’urgence européen (112, ou 114 pour les personnes malentendantes), les pompiers (18) ou le SAMU (15)) et suis leurs directives : réanimation de la victime, position latérale de sécurité…
  • Je ne réintègre pas les lieux avant d’avoir reçu l’avis d’un professionnel du chauffage ou des sapeurs-pompiers

Aller plus loin

Pour en savoir plus

  • Lire l’alerte de l’Anses sur le monoxyde de carbone

https://www.anses.fr/fr/chauffage-attention-intoxications-monoxyde-carbone

  • S’informer de manière ludique avec le site Stop Monox

http://www.stopmonox.com/

  • Passer sa maison au crible, pièce par pièce, installation par installation

https://www.centreantipoisons.be/monoxyde-de-carbone/pr-venir-l-intoxication-au-co

  • Télécharger la plaquette d’information « Les dangers du monoxyde de carbone (CO) – Pour comprendre » éditée par le Ministère en charge de la santé

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/depliant_monoxyde_de_carbone.pdf

  • Télécharger le guide de l’ADEME et du Ministère en charge de l’environnement sur l’entretien des chaudières

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guide_6728_entretien_chaud1209.pdf

  • Télécharger notre fiche polluant consacrée au « monoxyde de carbone »

https://www.atmo-bfc.org/medias/fichiers/monoxyde_de_carbone1.pdf

  • Quelques témoignages de rescapés de l’intoxication au monoxyde de carbone
    • Est Républicain – 14/11/2022

https://www.estrepublicain.fr/faits-divers-justice/2022/11/14/mes-jambes-ne-me-portaient-plus-le-recit-d-une-famille-rescapee-d-une-intoxication-grave-au-monoxyde-de-carbone-a-vesoul

  • Le JSL – 03/12/2020

https://www.lejsl.com/faits-divers-justice/2020/12/03/sans-la-presence-d-esprit-de-mon-mari-nous-n-etions-plus-la

  • Est Républicain – 19/03/2015

https://www.estrepublicain.fr/faits-divers/2015/03/18/intoxiquee-et-en-colere-une-pontissalienne-temoigne-on-a-failli-mourir

  • Le Progrès – 28/03/2011

https://www.leprogres.fr/faits-divers/2011/03/28/barbecue-dans-un-garage-cinq-personnes-intoxiquees

  • APPA et ARS Hauts-de-France – Témoignages de victimes et experts (Podcasts)

https://www.intoxco-hautsdefrance.fr/podcasts-contre-les-intoxications-au-co-je-me-protege/

Sources

  • ARS Grand Est

https://www.grand-est.ars.sante.fr/comment-eviter-les-intoxications-au-monoxyde-de-carbone

  • Ministère de l’intérieur

https://www.interieur.gouv.fr/A-votre-service/Ma-securite/Conseils-pratiques/A-votre-domicile/Monoxyde-de-carbone-attention-danger

Nos derniers articles

Un tremblement de terre de magnitude 3,5 ressenti à la frontière suisse

Le Bureau central et sismologique français - Réseau national de surveillance sismique a enregistré un séisme de magnitude 3,5 sur l'échelle de Richter, dans la nuit de lundi à mardi, à proximité de la frontière franco-suisse.

Belfort : l’appel de la CGT pour finaliser l’achat des turbines Arabelle par EDF

La CGT a organisé à Belfort un rassemblement ce mardi devant General Electric pour appeler à la finalisation du rachat de la partie nucléaire de General Electric par EDF. Et elle attend des réponses du gouvernement sur les modalités.

Montbéliard : l’école de la Combe-aux-Biches s’agrandit pour accueillir les élèves du Parc

Il n’était plus question de rénover l’école maternelle des Batteries du Parc. Elle sera démolie et les élèves seront accueillis à l’école maternelle de la Combe-aux-Biches, dès 2025, après des travaux d’agrandissement et de rénovation.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts

Aller au contenu principal