Le Trois –

PUB

Le modèle français de sécurité civile à “bout de souffle”, alerte François Sauvadet

François Sauvadet, président de l'assemblée des Départements de France alter sur le financement du modèle français de sécurité civile avec le risque des feux (CC BY-SA 2.0 – Medef / Adobe stock – Kiki).

Le modèle français de sécurité civile fonctionne mais est “à bout de souffle”, estime le président de l’assemblée des Départements de France (ADF), François Sauvadet, qui appelle à repenser le financement des services départementaux d’incendie et de secours (Sdis), en sollicitant davantage l’Etat et les métropoles.

Le modèle français de sécurité civile fonctionne mais est “à bout de souffle”, estime le président de l’assemblée des Départements de France (ADF), François Sauvadet, qui appelle à repenser le financement des services départementaux d’incendie et de secours (Sdis), en sollicitant davantage l’Etat et les métropoles.

François Sauvadet s’est entretenu avec l’AFP après avoir lancé une “mission flash” dans les zones sinistrées cet été par les incendies pour faire remonter – d’ici à la mi-septembre – les besoins des pompiers, réfléchir à de nouvelles pistes pour le financement des SDIS, et favoriser le recrutement des sapeurs-pompiers volontaires (François Sauvadet était aussi à Belfort fin août pour évoquer les problématiques des conseils départementaux ; lire notre article).

Comment consolider le modèle français de sécurité civile ?

Notre mission flash doit permettre de réfléchir à de nouvelles pistes pour améliorer notre système de sécurité civile, dont on a vu qu’il marche mais qu’il est à bout de souffle. Il a été poussé dans ses retranchements. Jusqu’à présent, on mobilisait les sapeurs-pompiers volontaires et professionnels du Nord pour les envoyer dans le Sud faire face aux épisodes de sécheresse et d’incendies. Aujourd’hui, vous avez une multiplicité d’incendies – Gironde, Jura, Bretagne… Comment faire face aux méga-feux tout en préservant aussi, dans chaque département, les capacités de lutte contre les incendies ?

Quelles sont les pistes pour l’améliorer ?

Je souhaite d’abord qu’on favorise le recrutement et la mobilisation des sapeurs-pompiers volontaires. Ils sont absolument indispensables. Aujourd’hui, nous sommes déjà en difficulté, selon les départements, pour mobiliser en période diurne dans le monde rural. Alors imaginez demain pour faire face aux méga-feux. Les pompiers ne sont pas là pour assurer des carences ambulancières, ils sont là pour assurer la protection des biens et des personnes. Il faut donc que leur mission soit exclusivement dédiée aux nouveaux risques liés aux changements climatiques. Par ailleurs, le chef de l’État lui-même a pointé du doigt les moyens aériens (bombardiers d’eau, NDLR) : il faut qu’on ait une réflexion sur leur pré-positionnement. Actuellement c’est insuffisant. Outre la base de Nîmes et les quelques pré-positionnements en Corse, il faut réfléchir à une organisation territoriale des moyens aériens.

Faut-il modifier le financement des Sdis, assumé à plus de 50 % par les Départements ?

La question de la mobilisation de moyens nouveaux pour faire face au changement climatique ne peut pas reposer sur les seules épaules des départements. On a besoin du soutien de l’État. Il faudra aussi qu’on ait une réflexion sur le financement global et notamment la nouvelle répartition. Les métropoles devront aussi participer beaucoup plus activement. Par ailleurs, est-il normal qu’un véhicule de secours soit assujetti à la TICPE (taxe sur le carburant, NDLR) ? L’armée en est exonérée alors il faut qu’il en soit de même pour les véhicules de lutte contre les incendies.

Nos derniers articles

Sophie Rollet, dix ans de combat contre Goodyear

"Dix ans sur ce dossier": entre "soulagement" et "frustration", Sophie Rollet, lanceuse d'alerte, a "enfin" passé la main à la justice dans son enquête sur l'éclatement des pneus Goodyear à l'origine de la mort de son mari.

Fimu : « Ce festival est fou et les gens qui en sont fiers ont raison »

Le Fimu se termine doucement ce dimanche soir. C’est l’heure d’un pré-bilan, avec Julian Catusse, directeur du festival et Delphine Mentré, adjointe à la Ville en charge de la culture.

Fimu : les confidences et anecdotes d’une hébergeuse d’artistes

Comme de nombreux musiciens à Belfort pour le Festival international de musique universitaire (Fimu), le duo Mastella-Sorchiotti séjourne chez l’habitant jusqu’à la fin du festival. Une tradition pour ce festival qui permet de lier de belles amitiés. Rencontre avec leur hébergeuse.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts