General Electric : le PCF demande « un moratoire » sur tous les plans sociaux

Le parti communiste français du Territoire de Belfort réagit aux annonces de nouveaux plans chez GE

L’entité Steam « abrite la fabrication et le brevet de la turbine Arabelle équipant la moitié des centrales nucléaires du monde, surveillée de près par l’État français par l’intermédiaire de son action préférentielle », rappelle la section du Territoire de Belfort du Parti communiste français, qui réagit au nouveau projet de suppressions de poste de General Electric dans son entité Steam Power. Une information que nous révélions ce jeudi 26 novembre. Cette entité « regroupe les activités liées aux centrales à vapeur issu du charbon et du nucléaire : turbine et alternateur, bâtiment, contrôle commande, ainsi que les compétences nouvelles dans les réseaux de distribution avec le compensateur synchrone qui doit permettre d’harmoniser les différentes sources d’électricité », détaille le parti politique. Le PCF rappelle également que l’entité « souffre de sous-investissement », alors que le contexte est à la croissance. Ce nouveau plan est inquiétant pour le PCF, notamment en termes de « sûreté nucléaire mondiale ». « Car la situation réelle chez Steam aujourd’hui, ce sont des retards de livraison, des défauts de sous-qualité générant des gâchis de temps et d’argent, un parc machine qu’il faudrait renouveler, des pressions très importantes sur les salariés dans un contexte de manque de moyen humaine », déplore le PCF. « L’État français laisse donc General Electric affaiblir encore la compétence nucléaire, tance le communiqué, évoquant les rumeurs de rachat. C’est irresponsable. » Au sujet de la transition énergétique, le Parti communiste rappelle qu’il est essentiel de développer « la transversalité des compétences dans une filière intégrée et cohérente ». Et non pas tout segmenté. Il déplore aussi les millions d’euros dépensés pour mettre en œuvre un plan social, plutôt que penser des investissements. Le PCF réclame un moratoire sur tous les plans sociaux à General Electric, « une maîtrise publique de l’ensemble de la filière énergie », avec comme finalité « une nationalisation », une nouvelle logique d’investissements et des états généraux de l’énergie pour que le choix en matière de mix énergétique soit celui des citoyens.

Ceci vous intéressera aussi
Des pochettes de pain pour interpeller sur les violences faites aux femmes

À l’occasion de la journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, le 25 novembre, la préfecture du Lire l’article

Le fonds Maugis a fléché 37 millions d’euros vers 15 entreprises

Les membres du fonds Maugis ont visité des entreprises ayant bénéficié de l’accompagnement. Et de se rendre compte, sur le Lire l’article

Stellantis : à Sochaux, les ruptures d’approvisionnement se superposent aux soucis de stockage

Stellantis doit ralentir la cadence et supprime les trois tournées de la ligne de production de ce vendredi, en raison Lire l’article

Rosatom, angle mort de la vente de la branche nucléaire de General Electric à EDF [enquête]

EDF et General Electric ont signé l’accord définitif de la cession de la branche nucléaire du géant américain, qui revient Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal