Belfort : 2020 en commun interpelle le préfet sur le Coronavirus et la tenue des élections

« L’épidémie qui se développe aujourd’hui en France pose à l’évidence de nombreux problèmes quant au déroulement à la fois de la campagne électorale, mais aussi du vote lui-même, le dimanche 15 mars », écrit Mathilde Nassar, tête de liste de 2020 en commun, dans une lettre adressée au préfet du Territoire de Belfort, David Philot, ce mardi 3 mars. Une lettre dont une copie a été envoyée aux six autres têtes de liste du prochain scrutin municipal. « La tenue des meetings comme les actions de porte à porte multiplient naturellement, en effet, les contacts entre les habitantes et habitants, contacts qui vont se démultiplier le jour des opérations de vote. Plusieurs milliers de Belfortaines et Belfortains vont alors se croiser devant les différents bénévoles qui tiendront les bureaux, avec un risque qui doit être mesuré et discuté », remarque le courrier. Pour que la fin de campagne et que le scrutin se passe le mieux possible, Mathilde Nassar demande l’organisation d’une réunion avec toutes les têtes de liste « pour évoquer ensemble l’organisation de cette fin de campagne, [pour] permettre de dépasser les polémiques partisanes, les éventuelles interrogations sur la sincérité du scrutin et de mettre au premier plan de nos préoccupations la santé des Belfortaines et des Belfortains ».

Ceci vous intéressera aussi
Les volleyeuses de Belfort à une marche du niveau semi-professionnel 

Dans le gymnase George Thurnerr, à Belfort, les ballons retentissent. L’équipe féminine de Volley-Ball vient de reprendre les entraînements pour Lire l'article

Le prestige de la ration de combat française [vidéo]

24 heures avec le 35e RI. Le Trois a passé 24 heures avec les soldats de la 4e compagnie du 35e Lire l'article

Les mercredis du château de retour au rythme du jazz et du blues

Faire mieux, chaque année, c’est l’ambition de François Lanneau, qui a repris la gestion des Mercredis du château avec l'association Lire l'article

Belfort : infirmière, elle change de vie pour reprendre la boulangerie familiale Lescuyer

Caroline aura 30 ans en octobre. Avant, elle travaillait en tant qu’infirmière, à Montbéliard. Une vocation, raconte-t-elle. Une vocation, mais Lire l'article

Défilement vers le haut