Le Trois –

L’industrie automobile demande à l’Europe de ralentir son “tsunami de normes”

Le lobby européen de l'industrie automobile a demandé aux institutions européennes de ralentir la cadence sur les nouvelles règlementations. | ©Le Trois – illustration
Entretien
"Un tsunami de normes" : le lobby européen de l'industrie automobile a demandé mercredi aux institutions européennes de ralentir la cadence sur les nouvelles règlementations du secteur.

Entre le CO2, les batteries électriques ou la sécurité, ce sont huit ou neuf normes par an jusqu’en 2030 qui sont à prévoir, a prévenu le président de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), Luca de Meo, également directeur général du groupe Renault.

Selon l’ACEA, les institutions européennes doivent “adopter un tempo règlementaire plus raisonnable” et développer davantage “une stratégie industrielle cohérente sur le long terme”.

Le pacte vert européen devrait être priorisé et le reste révisé, a souhaité M. de Meo lors d’une conférence de presse à Bruxelles, soulignant qu’un quart de ses ingénieurs étaient occupés à répondre à ces normes.

L’ACEA a émis cinq recommandations dans un “manifeste” pour l’industrie automobile publié mercredi, et signé par les dirigeants des groupes Volkswagen, Toyota, BMW, Hyundai ou encore Ferrari. Avec l’interdiction de la vente de voitures neuves à moteur thermique (essence ou diesel) à partir de 2035, les institutions européennes exigent un tournant historique de l’automobile vers la voiture électrique.

“Nous sommes l’industrie la plus engagée dans sa décarbonation (…) Personne au sein de l’industrie automobile ne doute que nous devons aller vers zéro émissions (de gaz toxiques, NDLR). C’est aussi une opportunité pour nous de réinventer notre business”, a noté M. de Meo. Le successeur de Carlos Ghosn à la tête de Renault demande à l’Europe de “garantir des conditions de concurrence égales sur le marché pour les voitures fabriquées en Europe de façon équitable” face à la concurrence de voitures électriques chinoises et américaines, que ce soit des BYD ou des Tesla.

Leur niveau de compétitivité devrait être égalé “à la fin de la décennie” par les “meilleurs joueurs” de l’industrie européenne, selon M. de Meo. D’ici là, des mesures de protection du marché européen “pourraient être utiles”.

"Kei cars"

Les constructeurs automobiles vont baisser le prix du ticket d’entrée vers la technologie électrique en proposant des modèles plus petits, comme la Renault 5 dès 2024 et la Twingo ensuite, mais ils pourraient aussi s’inspirer des “kei cars” japonaises, de minuscules voitures urbaines qui échappent aux taxes.

Il faudrait par ailleurs accélérer le déploiement des bornes de recharge électrique et des stations hydrogène, mais aussi étendre les bonus à l’achat et les avantages fiscaux pour l’achat de véhicules moins polluants. “Chaque subvention supprimée pousse le marché dramatiquement vers le bas, ce n’est pas encore un marché naturel”, a assuré M. De Meo.

Si la plupart des constructeurs se sont engagés à vendre 100% de voitures électriques avant 2035, plusieurs marques considèrent que les moteurs thermiques pourraient avoir un répit. Les constructeurs avaient déjà soufflé fin septembre quand les pays membres de l’UE avaient écarté un nouveau durcissement des normes de pollution sur les gaz d’échappement des voitures particulières, estimant qu’il risquait de freiner les investissements dans les véhicules électriques.

Lithium, cobalt

L’ACEA a aussi renouvelé jeudi son appel à la “neutralité technologique”. Elle demande “des alternatives viables pour des carburants/substances spécifiques”, sous-entendant que les biocarburants et carburants synthétiques pourraient jouer un rôle grandissant.

Le lobby des constructeurs européens demande également qu’on leur garantisse “l’accès aux matières premières critiques” via des “accords d’échange avec d’autres Etats”, alors que les batteries des voitures électriques sont composées de nombreuses matières peu extraites en Europe, comme le lithium ou le cobalt, et souvent raffinées en Chine.

D’après l’ACEA, l’industrie automobile représente 13 millions d’emplois en Europe et 7% du produit intérieur brut de l’Union. Mercredi matin, M. de Meo a été reconduit à la tête de l’association pour un deuxième et dernier mandat d’un an, selon les statuts du groupe de pression. Le deuxième constructeur européen, Stellantis (Peugeot, Fiat, Chrysler) a quitté l’ACEA en 2022 pour créer sa propre structure.

Nos derniers articles

Montbéliard : un astronaute comme grand témoin du forum hydrogène

L’astronaute Philippe Perrin est le grand témoin du 4e forum Hydrogen business for climate, organisé les 1er et 2 octobre, à l’Axone, à Montbéliard. Il a volé à bord de la navette spatiale Endeavour, en 2002. Et il accompagne Blue spirit aero, qui developpe un avion d’aéro-club avec pile à combustible.

Belfort, 2e antenne du Village by CA en Franche-Comté

Le Village by CA Franche-Comté, implanté depuis 7 ans à Besançon, ouvre un deuxième site au CrunchLab à Belfort, pour renforcer son ancrage régional dans le nord Franc-comtois. Une façon d’être toujours au plus près des start-up, entreprises et écosystèmes territoriaux, qui confirme l’ambition du Village by CA Franche-Comté d’accompagner les entrepreneurs locaux pour impulser le développement et la transformation de tout le territoire.

Champagney : après le Malsaucy, les Ballastières touchés par les cyanobactéries

Les lieux naturels de baignade continuent d’être touchés par la présence de cyanobactéries. Après l’étang du Malsaucy, des cyanobactéries ont été détectées au site des Ballastières, à Champagney, en Haute-Saône.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts