Le Trois –

PUB

Héricourt : dans les coulisses du centre de recyclage des véhicules usagés

Opérateur sur un poste de démontage mécanique, dans le centre de recyclage des véhicules usagés, à Héricourt. | ©Le Trois – Thibault Quartier
Reportage
Depuis le printemps, SC 70-25 a ouvert son centre de recyclage des véhicules usagés, à Héricourt, dans la zone des Guinottes. 4 000 véhicules seront recyclés chaque année. L’automatisation a fait son entrée pour soutenir le travail des opérateurs. L’entreprise haut-saônoise déploie un outil clé de l’économie circulaire du secteur automobile.

Il est loin le petit atelier du centre d’Héricourt, acquis en 1985, par Thierry Marie, où l’actuel sexagénaire démontait ses premières voitures. Quand il en a pris possession, il n’y avait ni eau, ni électricité. Quarante ans après, il a inauguré un outil de travail de 3 300 m2, automatisé, installé sur un terrain utile de 3 ha, aux Guinottes 2, à Héricourt, au-dessus de la 4-voies menant à Lure. Avec ce centre de recyclage, on remise au placard le nom de casse. On enterre, en même temps, les clichés du Doberman, du fusil, des hauts grillages et des voitures qui s’amoncellent sur un terrain vague. Ici, on vise un travail à flux tendu.

Le centre de recyclage des véhicules usagés de SC 70-25 est ouvert depuis le 22 mai ; 6 millions d’euros ont été investis pour développer ce site vitrine. « On espère démonter 20 voitures par jour, explique Vincent Rebichon, le responsable du site, c’est-à-dire expertisé, démonté et compacté. » L’usine devra traiter jusqu’à 4 000 véhicules par an, récupérés notamment auprès des compagnies d’assurance. Le démontage suit quatre étapes : l’expertise ; le démontage de la carrosserie ; la dépollution ; et le démontage mécanique. Le site est équipé d’un convoyeur, afin d’acheminer les pièces démontées et de limiter les manipulations des opérateurs. Des potences équipent chaque poste de travail pour faciliter la manutention. Et des retourneurs ont été installés sur le postes de démontage mécanique, afin de retourner le véhicule et de faciliter l’intervention de l’opérateur, dont les opérations restent manuelles.

Thierry Marie, fondateur de SC 70-25, en 1985. | ©Le Trois – Thibault Quartier

En moyenne, l’entreprise récupère une vingtaine de pièces par voiture. « Tout dépend de la génération de la voiture », observe Vincent Rebichon. Parfois c’est trente. Parfois c’est cinq. Une fois que le centre a récupéré les pièces qu’elle peut revendre, il les nettoie, les photographie, les référence sur son site Internet et les stocke dans la travée jouxtant l’atelier. 1 200 m2 sont dédiés au stockage, avec des rayonnages de 7 m de haut. Actuellement, 5 500 références, toutes marques, sont accessibles. Moteurs, freins, portes, plages arrières, tableaux de bord… Le centre n’a pas de boutique, comme à Brevilliers. On peut seulement retirer une commande faite sur Internet. « Nous sommes fournisseur de pièces issues de l’économie circulaire », note le responsable de site. Et l’enjeu de cette économie est de taille. Refabriquer un véhicule avec des pièces d’occasion, ce sont 12 tonnes d’émission de CO2 en moins.

Production électrique et récupération de l’eau

Ensuite, le centre recycle tout ce qui peut être valorisé : aluminium ; cuivre… Les produits sont adressés à des filières spécifiques. Des ensembles entiers sont aussi démontés, comme les trains arrières. Ils sont envoyés à des entreprises qui les rénovent avant de les remettre sur le marché. Une fois qu’il ne reste que la carcasse, le voiture est compactée. « Quand on dépose au compactage, la voiture est vraiment à poil », sourit Vincent Rebichon.

 

Le cube sera envoyé chez un broyeur, qui poursuivra la mission de recyclage de cette ferraille platin. SC 70-25 va même bientôt être centre de test pour récupérer les tissus et les mousses pour accroître encore le taux de recyclage, sachant qu’il affiche un taux de 97 %, calculé entre le poids d’entrée et le poids de sortie du véhicule. La loi oblige à un taux de 95 %.

[ En images ]

Au sol, on est bien loin de l’imaginaire d’une casse automobile et de ces langues d’huile qui s’étalent. Sous les postes de travail, une canalisation récupère les fluides et les dirige vers un séparateur d’hydrocarbures. L’eau utilisée pour nettoyer le sol et les pièces a été captée par deux récupérateurs d’eau de pluie, capable de stocker 120 m3. Et l’électricité du bâtiment est assuré par 1 300 m2 de panneaux photovoltaïques installés sur le toit. SC 70-25 est auto-suffisants et une partie est même revendu au réseau.

SC 70-25, c’est 12 millions d’euros de chiffre d’affaires par an, avec le site de Brevilliers et celui de Besançon, pour 80 salariés au total, dont 20 à Héricourt. Avec ce nouvel outil, elle vise, dans les années à venir, 20 millions d’euros de chiffre d’affaires. « Cela fait 40 ans que je suis en travaux », confie Thierry Marie, qui continue d’avancer, d’innover et de faire évoluer son métier.  Et l’histoire se poursuit. Le site historique de Brevilliers, où il s’était installé en 1987 et qu’il n’a cessé de faire grandir, va accueillir prochainement une activité autour de la réhabilitation des « motorisations électriques », apprend-il. Pour avancer. Toujours.

Nos derniers articles

Le FC Sochaux classé meilleur centre de formation de national

La fédération française de football a dévoilé le 21 juin le classement annuel des centres de formation. Le FC Sochaux-Montbéliard domine le classement de national.

Montbéliard : au coeur des derniers réglages du prototype Sbarro

L’école Sbarro de Montbéliard a dévoilé son second prototype de l’année samedi 22 juin. Elle rend hommage aux 25 ans de l’université de technologie Belfort-Montbéliard. Et au 15 ans de l’intégration de la formation Sbarro à l'université. La veille, tout n’était pas encore prêt. Reportage au cœur de l’atelier.

Retrouvez les lieux de baignade dans le nord Franche-Comté

Alors que la saison estivale vient d’ouvrir, Le Trois vous propose une carte interactive pour repérer tous les lieux de baignade dans le nord Franche-Comté (piscines, sites naturels et surveillés de baignade).

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts