Le Trois –

GE : le directeur général et la DRH partent avec le plan social

La direction a reçu une délégation de l'intersyndicale en début d'après-midi, après avoir écouté les griefs des salariés vers 9h45, devant le siège de GE à Belfort.

Antoine Peyratout, directeur général de l’entité turbines à gaz de l’usine General Electric (GE) à Belfort, et sa directrice des ressources humaines, ont déposé un dossier pour bénéficier du plan de départs volontaires en cours, au grand dam des syndicats qui ont négocié les mesures du plan face à eux.

Avec AFP – Thibault Quartier (correspondant à Belfort)

Antoine Peyratout, directeur général de l’entité turbines à gaz de l’usine General Electric (GE) à Belfort, et Catherine Létang, sa directrice des ressources humaines, ont demandé à bénéficier du plan de départs volontaires en cours, a-t-on appris lundi des syndicats, mécontents de cette situation.

Le plan social prévoit la suppression de 485 emplois sur 1 750 sur le site de production des turbines à gaz (GE EPF), en plusieurs phases. La première concerne 294 dossiers, qui ont été acceptés par la commission de suivi.

Celle-ci a déjà reçu davantage de candidatures que de places disponibles pour cette première phase qui devait initialement s’achever fin mars. Les deux derniers dossiers validés ont été ceux d’Antoine Peyratout et de Catherine Letang, la directrice des ressources humaines, a-t-on appris de sources syndicales. “Ce sont les deux derniers dossiers acceptés”, confirme une source syndicale. Tous deux ont piloté le plan social et le fait qu’ils en bénéficient fait grincer salariés et syndicats.

“Ce sont des gens forcément au courant de l’articulation du plan”, regrette sous couvert d’anonymat un élu syndical, qui évoque un problème de “délit d’initié, entre guillemets”. “Ils ont bénéficié d’informations que d’autres salariés n’avaient pas”, regrette-t-il.

Problème "moral"

Ce départ “n’est pas moral, mais ils n’apportent rien industriellement”, s’emporte un autre représentant syndical souhaitant conserver l’anonymat. Ils n’étaient là que “pour nettoyer”. “Je ne demande qu’une chose, qu’ils se cassent”, poursuit-il. “Finalement, les syndicats ont bien négocié pour lui”, sourit avec sarcasme un dernier élu syndical. “On peut imaginer que compte tenu de leur salaire de base et de leur ancienneté, ils auront une prime plus que confortable”.

Antoine Peyratout, qui n’a pas souhaité réagir, “n’a pas forcément été nommé pour mettre en place un plan social mais pour redresser la situation de GE EPF”, répond-t-on dans l’entourage de la direction. “Nous prenons acte de cette décision et nous mettons en place une transition”, s’est contenté d’indiquer un porte-parole de General Electric.

L’entité turbine à gaz de General Electric subit un vaste plan social : 485 suppressions de postes sont prévues d’ici la fin de l’année. À l’origine, 792 emplois devaient être supprimés. L’entreprise comptait 1 760 salariés le 30 avril 2019. L’effectif final doit être ramené à 1 275. En marge de ce plan social, un autre plan a supprimé 252 emplois à Alstom management SA, une société qui portait des fonctions support (comptabilité) et située à Paris et Belfort.

Nos derniers articles

Les défis de la psychiatrie dans le nord Franche-Comté

Prise en charge, manque de personnels, défi démographique… Lors d’une conférence de presse, l’association hospitalière de Bourgogne-Franche-Comté (AHBFC), structure privée à but non lucratif, a brossé le portrait des défis de la psychiatrie des 5 prochaines années.

Peugeot Motocycles : « On ne veut pas reproduire les mêmes erreurs »

Le président de Peugeot Motocycles veut rassurer sur la suite de l’activité à Mandeure, alors que deux mois de chômage technique sont annoncés. La priorité est d’écouler les stocks. En novembre, l’activité reprendra avant un redémarrage soutenu en 2025.

Le marché automobile européen se contracte en mars, la part des électriques aussi

Les immatriculations européennes de voitures neuves ont connu leur premier repli de l'année en mars, tandis que la part de marché des automobiles électriques est restée inférieure à celle de toute l'année 2023, selon des chiffres officiels publiés jeudi.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts