Le Trois –

GE : la direction « disposée » à réduire de 150 emplois contre un accord compétitivité drastique

L’intersyndicale rencontrait ce jeudi matin la direction de General Electric pour avoir ses retours sur son projet alternatif. Un projet qu’elle rejette. Elle est disposée à baisser de 150 le nombre d’emplois salariés.

L’intersyndicale rencontrait ce jeudi matin la direction de General Electric pour avoir ses retours sur son projet alternatif. Un projet qu’elle rejette. La direction est disposée à baisser de 150 le nombre d’emplois salariés. En contrepartie, les représentants du personnels doivent signer un accord de compétitivité drastique.

« Ils ont assommé les employés. Ils passent en force. » Ce salarié de General Electric, qui souhaite rester anonyme, est sous le choc. Il vient d’avoir un compte-rendu de la réunion organisée ce jeudi 3 octobre entre la direction et l’intersyndicale. Une réunion qui a duré six heures, programmée en dehors de la période d’information-consultation liée à la procédure du plan social. L’intersyndicale attendait de cette rencontre des retours sur son projet alternatif.

« Pour certaines de ces contre-propositions, les parties ont trouvé un terrain d’entente qui pourrait permettre de progresser si des discussions plus détaillées pouvaient se tenir dans le cadre officiel du processus de consultation. Pour d’autres, les propositions de l’intersyndicales ne peuvent être acceptées en l’état », déclare la direction dans un communiqué de presse. L’intersyndicale a plutôt eu le sentiment d’entendre des « non », des « peut-être » et des « on va regarder ». Les refus étaient motivés par un problème de « compétitivité » ou parce que les propositions « remettraient en cause l’organisation mondiale des activités gaz », explique la direction.

0
Le pourcentage de la masse salariale de General Electric qui sera attribué en subvention au comité inter-entreprises des Trois-Chênes, contre 2,1 % auparavant, si l'accord compétitivité est signé. 2,1 % était un taux équivalent à toutes les entreprises adhérentes (Alstom, GE et LGE). On recense 20 000 ayants droit.

Un carnage

« Avant, le problème, c’était le marché. Maintenant, c’est la compétitivité », déplore Philippe Petitcolin, de la CFE-CGC. La direction est venue à la réunion avec une contre-proposition. Elle est « disposée à envisager de conserver jusqu’à 150 postes sur un total de 792 départs initialement proposés ».  Mais cela est conditionné à la signature d’un accord compétitivité et à la reprise des échanges dans le cadre du processus d’information-consultation, qui se termine le 21 octobre. Les représentants du personnel sont dos au mur.

« L’année prochaine, on prépare le musée; et dans deux ans, on vous le fait visiter »
Cyril Caritey
Délégué syndical CGT

« C’est une boucherie, c’est un carnage, c’est un accord compétitivité qui fait froid dans le dos », dénonce Cyril Caritey, délégué CGT. Selon les syndicats, cet accord prévoit notamment la réduction des RTT de 21 à 10 jours, le gel des salaires pendant trois ans, la suppression de la journée solidarité, une révision drastique du régime des primes et des indemnités (transport, travail de nuit, déplacement…), la suppression des navettes de transport des salariés, la baisse du nombre de berceaux dans les crèches d’entreprise de Belfort et de la JonXion ou encore l’arrêt des équipes de week-end. En tout, une vingtaine de mesures.  Comme le résume l’intersyndicale, ce sont 792 départs ou 642 avec un accord “supprimant la plupart des acquis sociaux négociés depuis près de vingt ans”.

« L’année prochaine, on prépare le musée; et dans deux ans on vous le fait visiter », image Cyril Caritey, plein de dépit.
« Il n’y a pas d’avancées, regrette Philippe Petitcolin. Ils ne font pas de pas en avant et il n’y a pas de marge de manœuvre. » Direction et intersyndicale s’opposent sur la notion de négociation. La direction dit qu’elle l’attend, dans le cadre des négociations du plan social. Et qu’elle a fait un signe d’ouverture. L’intersyndicale dit qu’elle veut discuter du plan et non pas des mesures d’accompagnement. Selon nos informations, il a été confirmé aux managers de Belfort par la direction que Belfort ne serait pas le centre mondial 50 Hz, comme le demande l’intersyndicale. Et comme le stipule le contrat signé en 2014 entre l’État et l’industriel américain.

« L’intersyndicale refuse de cautionner ce carnage industriel et social et utilisera tous les moyens possibles pour s’opposer à la folie financière de GE », déclare finalement l’intersyndicale dans un communiqué. Très déçue. Elle attendait une modification significative du plan, comme demandé par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie. Ce n’est pas le cas. « C’est un gros foutage de gueule à tous les étages », s’emporte finalement Philippe Petitcolin.

Nos derniers articles

Les défis de la psychiatrie dans le nord Franche-Comté

Prise en charge, manque de personnels, défi démographique… Lors d’une conférence de presse, l’association hospitalière de Bourgogne-Franche-Comté (AHBFC), structure privée à but non lucratif, a brossé le portrait des défis de la psychiatrie des 5 prochaines années.

Peugeot Motocycles : « On ne veut pas reproduire les mêmes erreurs »

Le président de Peugeot Motocycles veut rassurer sur la suite de l’activité à Mandeure, alors que deux mois de chômage technique sont annoncés. La priorité est d’écouler les stocks. En novembre, l’activité reprendra avant un redémarrage soutenu en 2025.

Le marché automobile européen se contracte en mars, la part des électriques aussi

Les immatriculations européennes de voitures neuves ont connu leur premier repli de l'année en mars, tandis que la part de marché des automobiles électriques est restée inférieure à celle de toute l'année 2023, selon des chiffres officiels publiés jeudi.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts