Le Trois –

Freiner la vigne pour la préserver du gel: une parade écologique testée en Bourgogne

Retarder la taille de la vigne réduit considérablement les conséquences du gel sur le rendement. (illustration Jill Wellington de Pixabay )
Retarder la taille de la vigne réduit considérablement les conséquences du gel sur le rendement. (illustration Jill Wellington de Pixabay )

Bougies, câbles chauffants, hélicoptères: la lutte contre le gel dans les vignes est souvent polluante et coûteuse. En Bourgogne, des chercheurs testent une solution écologique: retarder l’apparition des bourgeons en retardant la taille.

(AFP)

Bougies, câbles chauffants, hélicoptères: la lutte contre le gel dans les vignes est souvent polluante et coûteuse. En Bourgogne, des chercheurs testent une solution écologique: retarder l’apparition des bourgeons en retardant la taille.

“Je me demandais si je n’allais pas tout arracher”: la vigneronne Claire Naudin “observait du gel quasiment tous les ans” sur une de ses parcelles particulièrement exposée, située dans les Hautes côtes de Beaune (Côte d’Or). “Mais je me suis dit: le gel, ce n’est pas inéluctable”.
La propriétaire des 21 hectares du Domaine Naudin-Ferrand, à Magny-lès-Villers, appelle alors à l’aide l’Institut de la vigne et du vin (IVV, Université de Bourgogne à Dijon) qui pratique une série de relevés: à trois mètres de hauteur, à deux mètres, et au ras du sol. “On peut avoir -2° au sol et -1° plus haut”, explique Catinca Gavrilescu, la climatologue qui travaille sur l’étude.
En cas de gelée dite “radiative”, c’est-à-dire sans vent, l’air chaud, plus léger, monte, et l’air froid est “plaqué au sol”. “Il y a donc plus de risque de gel au sol qu’en hauteur”, explique-t-elle.
Or, en Bourgogne, la vigne est généralement taillée de manière à rester “à environ 50 centimètres du sol”, ce qui favorise le risque de gel. De plus, la taille a lieu en plein hiver, déclenchant ainsi l’éclosion précoce de jeunes bourgeons, “formés à 90% d’eau” et donc plus sensibles au froid, rappelle la chercheuse.

La taille repoussée à fin avril

La solution semble dès lors s’imposer: il faut à la fois rehausser les bourgeons et empêcher, autant que faire se peut, qu’ils n’apparaissent avant les gelées. Pour ce faire, l’IVV propose à Mme Naudin d’expérimenter, dès 2019, la “taille tardive”: au lieu de passer le coup de sécateur en plein hiver, on coupe la vigne fin avril, quand le plus gros des gelées est derrière les vignerons. “On retarde ainsi le départ en végétation. Et on laisse des branches très hautes”, explique Benjamin Bois, chercheur qui pilote l’expérimentation.
Ainsi, avant la taille, “les bourgeons débourrés, sensibles au gel dès -2°, -3°, n’apparaissent qu’en haut et on garde, plus proches du sol, des bourgeons non débourrés, encore enfermés dans leurs écailles, qui résistent jusqu’à -6, -7° environ”, ajoute-t-il.
Et, si par malheur, la gelée est “advective”, c’est-à-dire présente même en hauteur, les bourgeons du haut seront certes perdus, mais ceux du bas auront résisté. “On sacrifie un peu de raisin mais, finalement, c’est toujours mieux que de perdre 50 à 60% de récolte avec le gel”, souligne M. Bois. Et, contrairement aux “bougies et aux hélicoptères, il n’y a pas d’impact sur l’environnement. Le coût est très réduit et c’est sans nuisances pour les riverains”, souligne le chercheur.
“La taille tardive, c’est la solution écologique”, résume Mme Naudin.

Utile également contre les canicules

La méthode fait de plus d’une pierre deux coups: en freinant le développement de la vigne, elle retarde également sa maturation, un atout dans la lutte contre les canicules à répétition qui ne cessent d’avancer la date des vendanges.
La taille tardive ne représente “pas une nouveauté”, reconnaît Catinca Gavrilescu. Déjà pratiquée en Nouvelle-Zélande, où “elle réduit l’impact du gel de 40 à 50%”, selon M. Bois, elle se répand actuellement en France. Mais l’expérimentation de l’IVV veut connaître son efficacité en Bourgogne, de manière scientifique, et en “quantifier l’impact”, explique le chercheur.
“La perte de rendement semble limitée entre 5 et 15%”, évalue-t-il, attendant cependant les résultats à venir de l’expérimentation d’ici à plusieurs mois voire années. “Ça se gère très bien, surtout si on met en face les 30 à 60% de pertes dues au gel”, se félicite Mme Naudin, d’autant que les calamités se multiplient avec le réchauffement climatique.
“On s’imagine qu’il va faire de plus en plus chaud et que les gelées vont disparaître, mais ce n’est pas du tout le cas”, explique Catinca Gavrilescu. “Depuis les années 1960”, explique-t-elle, on note que le développement des bourgeons se fait plus tôt mais, le gel, lui, est toujours là.

Nos derniers articles

France 2030 : l’État soutient Neext Engineering à hauteur de 7,3 millions d’euros

La start-up belfortaine Neext Engineering, qui veut repenser la conception et l’usage des centrales thermiques, est lauréate d’un appel à projets de France 2030, « i-Démo 3 ». Son programme de recherche et développement Sparta reçoit un soutien de près de 10 millions d’euros, dont 7,3 millions d’euros sont fléchés vers la start-up.

Voitures neuves: la part des électriques a reculé en Europe au premier semestre

La part des modèles électriques dans les voitures neuves a diminué en Europe au premier semestre 2024, marquant un coup d'arrêt à l'envolée de ces motorisations, selon les chiffres publiés jeudi par les constructeurs.

Chaux : des dizaines d’animaux maltraités et des chatons dans le congélateur d’une maison

Vingt chats morts, dont 14 chatons conservés dans un congélateur, et plus d'une trentaine d'autres animaux de compagnie vivant dans l'obscurité et les excréments ont été découverts dans une maison du Territoire de Belfort, a indiqué jeudi le parquet.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts