[Évasion] Les incontournables des Alpes de la compagnie Air Condo

L'Illuminé, journal des lycéens du Condorcet, propose une nouvelle rubrique Evasion, sur les Alpes.

Le Condorcet à résidence.- C’est la fin des vacances. Mais pas, pour autant, la fin du besoin d’évasion.  L’équipe de L’Illuminé, le journal du lycée Condorcet, à Belfort, propose de nouvelles découvertes. La compagnie Air Condo propose un séjour à travers les alpes suisses, italiennes, autrichiennes, slovènes et même liechtensteinoises ; entre nous les Alpes françaises et le mont Blanc, c’est trop connu !

Lisa Zaugg et Gautier Drouin

Le Condorcet à résidence.- C’est la fin des vacances. Mais pas, pour autant, la fin du besoin d’évasion. L’équipe de L’Illuminé, le journal du lycée Condorcet, à Belfort, propose de nouvelles découvertes. Après une virée dans les îles et une plongée en Nouvelle-Zélande, la compagnie Air Condo propose un séjour à travers les alpes suisses, italiennes, autrichiennes, slovènes et même liechtensteinoises ; entre nous, les Alpes françaises et le mont Blanc, c’est trop connu ! Ainsi, pour vous faire voyager depuis votre canapé, notre équipe d’experts propose une sélection de châteaux, sommets mythiques, villes, curiosités et lacs à découvrir !

Les sommets mythiques

Le trio Eiger Mönsch Jungfrau, emblème des Alpes suisses. Ces trois sommets recouverts de neige éternelles culminent à près de 4 000 m d’altitude, un bonheur pour les yeux et un régal pour les randonnées alpines, entre Edelweiss et vastes pâturages. Par ailleurs, par temps très clair, ou au crépuscule, rendez-vous sur la terrasse de la citadelle de Belfort, et vous apercevrez ce trio remarquable, au loin !

Matterhorn, ou Cervin, il est à la Suisse ce que la tour Eiffel est à la France, l’incontournable ! Il est considéré comme point de repère comme frontière entre suisse et Italie ; cependant, vu du côté italien, le cervinia est tout « aplatit », et ne ressemble absolument à rien, le pauvre…  Du côté suisse, sa forme de pic pyramidal a fait sa renommée ainsi que celle de la ville attenante, Zermatt, considérée comme la ville la plus chère de suisse ; comptez une trentaine d‘euros pour une Margherita, pas forcément fameuse… Mais bon, lorsque vous êtes face à cette merveille géologique, vous ne pouvez qu’être époustouflés, comme si le temps s’était figé, une expérience à vivre, passionnément !

Le Finsteraarhorn, le sommet le plus abrupte des Alpes, mais le moins connu. Situé à côté du trio Eiger Monsch Jungfrau, il est l’un des plus remarquables, il est lui aussi visible depuis la citadelle de Belfort, alors à vos jumelles ! L’environnement est typique de l’Oberland bernois (la région de la capitale, Berne) avec des lacs éparpillés de toute part, de très grands glaciers et hauts-sommets qui entourent ce pic légendaire. Avec ses 4274 mètres d’altitude, le Finsteraarhorn est considéré comme le plus difficile à gravir selon les alpinistes, alors pour le contempler sans y laisser sa vie, autant s’arrêter à la station de ski de Grindelwald depuis laquelle il est possible d’admirer sa splendeur tout en buvant un excellent chocolat chaud !

Quoi de plus impressionnant que des centaines de pics rocheux qui submergent des forêts et créent une ambiance montagnarde si spécifique au sein de l’Italie. Le patrimoine naturel du massif des Dolomites est inscrit à l’Unesco car il protège une série de paysages de montagne hautement distinctifs et de beauté naturelle exceptionnelle. Ces paysages sont à couper le souffle, comme au fin fond d’une petite vallée alpine, à Vilnoẞ, où l’italien a cédé sa place à l’allemand. Partout, de petites fermes isolées se dressent au-dessus des collines et l’hospitalité est le maître mot de cette région ; l’accueil se fait à bras ouvert, en proposant directement de délicieuses spécialités du terroir comme l’AlpenKäse, würstel, speck ou encore le strudel. Enfin bref, une région sublime, aux accents autrichiens et subtils, qui vous feront voyager durant l‘éternité !

Les châteaux

Le château de Vaduz (Liechtenstein). Vive le prince ! Cette phrase semble venir d’un tout autre temps, et pourtant la principauté se cache encore de nos jours au milieu des Alpes. Il est temps de retourner à ses cours d’histoire et de partir vers le Liechtenstein (en se munissant d’une carte et d’une loupe car avec sa faible superficie, beaucoup passent sans le voir). Un pays parfois oublié au profit de ses géants voisins et  qui fait pourtant la fierté de ses 38 000 habitants. Cette contrée entièrement montagneuse cache d’innombrables paysages aussi escarpés que solennels. Surplombant la vallée où se trouve la capitale du même nom, le château de Vaduz accueille la famille princière. Plus modeste que Buckingham Palace, certes, mais issu de la période médiévale, ce château transmet l’histoire d’une région longtemps influencée par ses voisins suisses et autrichiens. Alors que le soleil se couche, depuis son balcon, le prince ne se lasse pas d’admirer les Alpes, les seules fidèles à la principauté.

Château de Chillon (Suisse) “Lake Leman lies by Chillon’s walls : A thousand feet in depth below Its massy waters meet and flow.” En 1816, Lord Byron, poète anglais de renom, visite le château de Chillon. Ses souterrains ayant accueilli autrefois des prisonniers fascinent son âme d’artiste. Ses sublimes vers donneront l’intemporel poème Le prisonnier de Chillon, mais avant tout ils rendront à la forteresse de Chillon son éclat d’antan. Érigé vers 1150, ce château a accueilli les Savoyards, les Bernois et finalement les Vaudois. De nos jours, il fait partis du riche patrimoine suisse. Sous ses pieds, l’eau du lac Léman, au-dessus de son donjon, les Alpes. Quand Courbet peignait ce domaine, il s’attelait à représenter la délicatesse du paysage. Le château dévoile des salles tout aussi surprenantes les unes que les autres : la Camera Domini et ses peintures murales permet de rentrer dans la peau du comte de Savoie l’espace d’un instant ; les grandes salles rappellent l’élégance des réceptions (c’est le moment de montrer ses talents de danseur) et les souterrains invitent à se perdre. Enfin, pas trop longtemps, car il existe un risque de voir des fantômes de prisonniers comme Lord Byron les vit. Ces derniers n’ont jamais vu la beauté crépusculaire sur les monts rocheux (et notamment le mont Blanc !) si proches mais pourtant si lointains.

Neuschwanstein Schloss (Allemagne). Rêver de contes de fée, c’est possible ! Rendez-vous en Bavière où Louis II créa en 1868 une merveille encore très appréciée des Allemands et du monde entier. Il ne s’agit pas ici d’une fantastique bière allemande mais d’un bijou architectural dressé fièrement à 200 m de hauteur avec, à l’horizon, les Alpes. En son sein, on distingue un mélange éclectique de néo-gothique, néo-byzantin et de roman classique ; ce château au charme indescriptible semble sortir d’un songe lointain. Porter une belle robe, participer à un banquet au bras d’un beau chevalier ou alors combattre un terrifiant dragon, chaque enfant a déjà rêvé de se faufiler au cœur de ces mythes. L’enfant le plus connu au monde l’a lui-même reconnu en s’inspirant de cette œuvre architecturale dans son adaptation du conte La Belle au bois dormant. Walt Disney avait en effet le don de matérialiser les rêves dans ses films avec une précision hors norme. Avait-il remarqué les différents cygnes cachés dans le Neuschwanstein Schloss ? Assurément !

La vie n’est pourtant pas toujours des plus roses. Endetté, Louis II ne verra jamais le château entièrement fini ; il n’aura dormi qu’une centaine de jours à l’intérieur et ne se sera jamais assis sur le trône d’or et d’ivoire qui lui était destiné. Et pourtant, il était sûr d’une chose : son Neuschwanstein Schloss traversera les siècles et il inspirera les âmes des enfants comme celles des adultes.  

Les lacs

Le lac Oeschinen (en allemand, Oeschinensee) est sans aucun doute le lac le plus secret et discret des Alpes suisses. Il faut dire qu’il est cerné de dizaines de sommets tous plus élevés les uns que le autres. Sa couleur turquoise envie les randonneurs de s’y baigner, cependant, il ne faut pas être frileux, car la température de ses eaux ne dépasse que rarement la dizaine de degrés!

Le Bachalpsee est sans aucun doute le plus beau point de vue sur les plus pointus des sommets suisses, le Schreckhorn et le Finsteraarhorn, tout deux culminants à plus de 4 000m. Sa petite taille n’empêche en rien sa réputation légendaire. Malgré les 6 petits mètres de profondeur maximum du lac, il se dit qu’une créature mythologique y aurait trouvé son abri, comme au Loch Ness, en Écosse ! Mais au-delà de ces légendes suisses, ce lieu est tellement préservé qu’on y entendrait presque le silence, entrecoupé de quelques éboulements de neige lointaine, magique!

Au lac de Garde, en Italie, le temps semble s’arrêter quand les ruissellements de l’eau se mêlent aux chuchotements du vent passant à travers les Alpes. Et pourtant, le lac de Garde a gardé une trace de chacune des époques qu’il a vues. Il a conservé le luxe romain, les châteaux médiévaux et l’intensité spirituelle des églises et monastères. Au carrefour des régions italiennes, le lac le plus large du pays (bonne chance aux joggeurs ambitieux) a réalisé un pacte avec les montagnes pour protéger sa pureté aussi bien culturelle que naturelle. Avoir des enfants hyper actifs au lac de Garde n’est pas un problème, ils pourront faire de la planche à voile ou des châteaux de sable. Les bambinos férus de marine pourront admirer les ports qui l’entourent. Quant à ceux qui ne pourront pas échapper aux loisirs plus classiques, ils pourraient se trouver une passion pour l’architecture vénitienne. Après une journée bien chargée, se reposer au pied d’un palmier avec les odeurs d’olivier fait rêver d’un beau petit repas dans un décor coloré avec des musiciens traditionnels. Incroyable, le rêve devient réalité au Lago di Garda.

Au tour du Lac Bled en Slovénie, à travers ses eaux cristallines, ses couleurs chatoyantes ou encore sa douceur glacière vers l’aube des nouvelles années, le lac Bled situé aux pieds des Alpes juliennes offre l’occasion aux voyageurs d’atteindre une certaine paix d’âme. La Slovénie luxuriante se mêle aux Alpes intemporelles pour offrir un joyau de balades à pieds, à vélo ou encore à bord des pletnas. Il n’est pas question ici de la polenta des grand-mères mais de petits bateaux typiques qui mènent au centre du lac, là où réside une église néogothique. Sonner ses cloches permet de réveiller son âme d’enfant, de fermer les yeux et de faire un vœu. Comme celui de devenir un vaillant chevalier galopant jusqu’au château qui surplombe le lac pour profiter des vues imprenables sur les Alpes. Enfin l’enfant fougueux qui sommeille en chaque être peut se lever aux aurores pour voir le soleil qui dépasse les pics alpins. Cette étoile rappelle sans cesse que chaque jour est différent mais qu’au fond, ils commencent tous par le même rituel.

Les villes

Un diamant au cœur de l’écrin des Alpes autrichiennes, il s’agit bien évidemment de la merveilleuse ville d’Innsbruck dans le Tyrol. Cette ville est un joyau baroque, chacune de ses façades est ornée de décorations comme des feuilles d’acanthe, grappes de fruits, coquillages, angelots, masques et nombreux autres motifs. Les murs et les encorbellements recouvrent tout le centre-ville pour le plus grand bonheur des amateurs d’architecture et de lieux insolites ! Mais le charme de la ville s’est bâti au fil des siècles, avec un mélange de styles gothiques et baroques, le tout avec une grande influence italienne et germanique, ces deux pays étant à une vingtaine de kilomètres de la ville. Le seul repère que nous pouvons avoir à Innsbruck, ce sont ses sommets enneigés qui ont toujours été présents, comme protégeant la cité de tout dommage. Cette ville colorée est mondialement connue pour avoir organisé les Jeux olympiques d’hiver en 1976, mais bien moins pour son patrimoine. Pourtant, il y a de quoi satisfaire tout type d’aventurier : urbain, naturel, skieur, grimpeur, ou juste simple promeneur, se laissant charmer par la splendeur de cette cité, de l’eau cristalline de la rivière Inn qui s’y coule lentement, et de son panorama alpin unique !

Située au cœur de la Lombardie au nord de l’Italie, au pied des Alpes bergamasques, la sublime ville de Bergame se dresse au-dessus de l’immense plaine du Pô, surplombant Milan, Venise et la méditerranée. La città Alta (ville haute) n’a pas bougé depuis le Moyen Âge, la campanone (grande tour comme un beffroi) se dresse fièrement au-dessus des dizaines d’églises, de chapelles, toutes plus baroques les unes que les autres. Dans les petites ruelles colorées à l’accent alpino-provençal, les grands étals des maraîchers, fromagers, pizzaiolos (on est en Italie hein !) apportent des odeurs délicieuses et subtiles, les étoffes et autres tissus donnent des couleurs luxuriantes au lieu, déjà très charmant ! Si vous êtes un peu aventurier, devant l’une des imposantes portes donnant accès à l’intérieur des murailles se trouve le point de départ du funiculare di San Viglio, qui vous mènera tout droit aux ruines d’un château lui-même surplombant le ville haute. De là, vous pourrez admirer l’un des plus beaux couchers de soleil de votre existence, sur les Alpes, le mont Blanc, le mont Rose et le monte Viso. À ce moment précis, vous aurez de quoi vous sentir privilégiés. Il n’y a quasiment personne, loin de l’euphorie du centre-ville, mais vous bénéficierez d’un petit vent de Sud, d’odeurs d’oliviers, et surtout de lumières magiques sur Milan et sur les crêtes enneigées. Cette ville constitue surtout une ressource inépuisable de culture – liée au patrimoine mais également à la musique avec Donizzeti, grand compositeur italien classique – et de gastronomie, avec la fameuse polenta bergamasque. La culture religieuse est très présente ; Bergame accueille quelques-unes des plus belles églises et chapelles d’Italie, à l’image de la basilique Santa Maria Maggiore ou la chapelle Calleoni. À cela ajoutez les multiples musées, les grandes places, les fontaines, la chaleur humaine des habitants, enfin bref ! Cette ville est sublime, riche en activités et très préservée, ce qui fait tout son charme. Alors, comme on dit en italien : Ci vediamo a Bergamo !

Lucerne (ou Luzern en allemand), est sans aucun doute la plus romantique des villes alpines, se balader le long du fameux Kappelbrücke, admirer le mont Pilate qui domine la ville, ou tout simplement flâner du bord du lac des 4-Cantons – l’un des plus grands du pays – est un bonheur. Nous connaissons tous le fameux lion de Belfort, mais connaissez-vous le lion de Lucerne ? Bien moins réputé, il en est tout aussi beau, érigé en souvenir des gardes suisses morts au service du roi de France Louis XVI. Mais ce ne sont pas les monuments qui manquent à Lucerne. Les hautes tours moyenâgeuses des remparts se dressent fièrement en entourant la cité, les multiples ponts en bois se confrontent au courant torride de la rivière de la Reuss sortie du lac, ou encore la fameuse église des Jésuites, joyau du baroque ! À cela ajoutez les nombreuses places, ruelles, échoppes, musées, châteaux et bien évidemment le plus beau carnaval de suisse (qui pourrait se mesurer à celui de Venise !) et ses centaines de fanfares venues de tout le pays pour apporter joie et bonheur dans une ville déjà si chaleureuse ! Cependant, vous êtes plutôt nature qu’urbain ? Aucun souci, vous êtes à Lucerne, alors ce n’est pas la nature qui manque. Cyclisme, course, bateau… Il y a mille et une manières de profiter pleinement du lac des 4-Cantons, dont l’embouchure est en plein centre-ville (pas mal non ?), tout en admirant les cimes blanches qui se dressent devant vous. Vous voulez encore plus de sensations ? Il faut alors emprunter le train à crémaillère le plus raide du monde, frissons garantis, mais aussi panorama époustouflant au sommet du mont Pilatus, à plus de 2 000 mètres d’altitude, sur Lucerne, le lac, la grande plaine suisse, et au loin le Jura et le Ballon d’Alsace (avec de bonnes jumelles quand même !). De l’autre côté, on aperçoit toutes la chaîne des Alpes, du Zugzpitze en Allemagne/Autriche jusqu’au massif du Mont-Blanc et l’Italie. Le trio Eiger Monsch Jungfrau, le Finsteraarhorn, ou même le Cervin vous sembleront à portée de main ! Mais le sentiment qui dominera restera tout de même la liberté, le bonheur, la solitude face au monde et le privilège d’être à cet endroit à cet instant ! Alors comme on dit en Suisse Allemand : Wir lieben schwyzerdütsch und Luzern !

Les curiosités

Le nombre de vallées au sein des Alpes est immense (attention à ne pas se perdre). Parmi ces innombrables vaisseaux saillants se trouve la vallée du Lauterbrunnen. Au cœur, on trouve une petite ville suisse du même nom. Comment la remarquer ? Il faut sortir son tuba et son masque car cette vallée a une particularité unique : 72 cascades. Les chutes du Staubbach y règnent, puissantes et protectrices. Peut-être qu’Heidi s’y cache ? Quoi qu’il en soit, le cadre idyllique et naturel charme autant les randonneurs que les skieurs ! Au milieu de ces murs rocheux, ce n’est pas la claustrophobie qui saisit le voyageur mais plutôt l’envie de rester plonger au milieu des immensités vertigineuses !

Un détour vers Côme en Italie ? Alors il faut gravir le quartier de Brunate pour atteindre le phare Volta ! Attention à ne pas mettre les deux doigts dans la prise ! Au sommet du lac de Côme siège le phare Volta. Du nom du célèbre physicien, lui-même né sur les rives du lac, cette maison lumineuse veille. Comme une épée sortant des Alpes, monter à son sommet donne une vue aussi imprenable que poétique. Pourquoi ne pas mêler électricité et poésie, le charme se trouve partout ! Au sommet du monde, crier « Liberté » (Mel Gibson se reconnaîtra !) permettra d’exprimer cette béatitude qui emplit le cœur de l’aventurier. Puis ce cri s’évanouira en profond soupir au creux des pics alpins. Profitez désormais de cette série de photos prises au crépuscule depuis le phare !

Aller dans les Alpes, c’est jouir de la nature et sortir les chaussures de randonnée ! Précieuses alliées, elles permettent de gravir toutes les montagnes et d’atterrir au cœur du canton d’Appenzell dans le Nord Est de la Suisse. Enfouie dans la roche, l’auberge Aescher offre une cuisine traditionnelle, gourmande et raffinée. Un petit rayon de soleil, et la terrasse promet le charme alpin. Un petit vent glacial et l’intérieur boisé offre un réconfort incroyable (une décoration un peu kitsch certes, mais chaleureuse) ! Un bon repas et une vue imprenable sur les Alpes et le Säntis. Attention car après un aussi bon repas, la descente risque d’être difficile mais le paysage répare tous les maux, même les repas trop chargés !

Ceci vous intéressera aussi
Le groupe Alliance Immobilier : trois agences, cinq métiers [publi-clip]

PUBLI-clip Le groupe Alliance Immobilier : trois agences, cinq métiers https://youtu.be/eYMDZ93uIWc

Belfort: l’intersyndicale veut attaquer l’Etat et GE pour non respect des accords
Le_Maire Belfort GE juin 2018

Le comité paritaire de suivi des engagements de General Electric dans le cadre des accord d’octobre 2019 qui s'est déroulé Lire l'article

8 membres d’En Commun pour Belfort signent la tribune pour taxer les ventes d’Amazon
Colis Amzon e-commerce

Responsables politiques, syndicaux, mais aussi libraires ou éditeurs appellent lundi à imposer une taxe exceptionnelle sur les ventes d'Amazon et Lire l'article

Covid-19 : la crèche des Glacis-du-Château de Belfort fermée
La détection d’un cluster, phénomène de cas groupés à la covid-19, à la crèche des Glacis-du-Château, à Belfort, entraîne la fermeture de l’établissement

La détection d’un cluster, phénomène de cas groupés à la covid-19, à la crèche des Glacis-du-Château, à Belfort, entraîne la Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut